"Quand 40 personnes s'habillent comme un con, c'est l'Académie française"

Florent D. - 06.08.2014

Zone 51 - Humour - Pierre Desproges - Françoise Sagan - littérature livres


Puisque les vacances nous laissent le temps de nous plonger dans de petites légèretés, autant s'y ruer. Et autant parler pour l'occasion des gens qui avaient cette classe indiscrète, cet humour impossible aujourd'hui. Et donc de s'intéresser à Pierre Desproges, auteur de plusieurs livres, dont il ne ratait pas même le titre. 

 

 

 

Dans cette émission de 1981, l'humoriste est sur le plateau de l'émission Droit de réponse, de Michel Polac. Nous sommes le 19 décembre, et avec lui, on retrouve Guy Bedos. L'émission est encore toute jeune, et Desproges a fait paraître Manuel de savoir vivre à l'usage des rustres et des malpolis. Une pièce de maître. 

 

On fume à l'antenne, éventuellement, on boit. Et Desproges s'en donne à coeur joie. « Je vous lis un passage où l'on ne parle pas de cul. On parle de cons. »

 

 

 

Amateur de bons mots, certes, et de littérature, Desproges gardait un profond respect pour la littérature, sauf peut-être pour Marguerite Duras. « Marguerite Duras n'a pas écrit que des conneries. Elle en a aussi filmées… »

 

N'oublions pas - n'oublions jamais ! - qu'à l'époque où l'humoriste travaillait pour Le Petit Rapporteur, son travail consistait à interviewer des personnalités de l'époque. Cette émission télévisuelle, que Jacques Martin et Bernard Lion avaient façonnée, se voulait critique et humoristique. Tous les dimanches, elle réunissait une jolie troupe de bras cassés, à partir du mois de janvier 1975 - et fut arrêtée en juin 1976. De TF1, les loustics se transférèrent vers Antenne 2. 

 

Journal télévisé animé par d'authentiques journalistes, il livrait des informations brutales et caustiques, avec pour devise, « Sans la liberté de flatter, il n'est pas d'éloge blâmeur », écornant par la même occasion la devise du Figaro. Durant l'une de ses interviews, ce fut à la jeune romancière Françoise Sagan de découvrir les questions improbables de Pierre Desproges.