Que raconte le petit livre rouge que Facebook distribue à ses employés ?

Antoine Oury - 21.05.2015

Zone 51 - Insolite - Facebook - petit livre rouge - employés salariés


Un ancien designer chez Facebook a risqué sa vie pour dévoiler ces informations : Ben Barry avait été chargé de créer et de mettre en page un livret d'accueil, distribué aux nouveaux employés de la firme. Comme on pouvait s'y attendre, le bouquin met en avant quelques-unes des valeurs chères à la société : réactivité, inventivité, rigueur.

 


Le « petit livre rouge » distribué aux employés

 

 

Fin 2012, alors qu'il franchissait la barre du milliard d'utilisateurs, le réseau social avait souhaité accueillir ses nouveaux salariés avec un ouvrage leur présentant les différentes valeurs chères à l'entreprise. Un moyen de s'intégrer plus rapidement et facilement, en somme : mais le bouquin est aussi un véritable « petit livre rouge », et, au cours de ses recherches pour le rédiger, Ben Barry s'est vu affublé du surnom de « ministre de la propagande »...

 

Une proximité avec le best-seller de Mao Zedong, assez assumée avec la présentation de petites maximes à suivre pour profiter de la meilleure expérience possible du monde du travail. Même si, pour être certain que les travailleurs comprennent bien, des photographies ont été ajoutées en guise d'illustration. Ici, par exemple, on rappelle qu'il faut se tenir correctement sur son lieu de travail :

 

 

 

« Prestance et confort vont rarement de pair »

 

 

Des recommandations comme celle ci-dessus étonnent quelque peu les personnes extérieures à la société, surtout si l'on a retenu l'image de Mark Zuckerberg relayée dans le film The Social Network, où il se baladait en peignoir avec une carte de visite disant « I'm CEO, b*tch » (« Je suis PDG, conn*rd »).

 

 

 

 

Visiblement, le livre expliquait aussi que les employés peuvent librement accéder et utiliser les services d'impression de la société, pour réaliser des petits livrets comme celui qu'ils tiennent entre leurs mains...

 

Les quelques images scannées diffusées par Ben Barry sont désormais inaccessibles sur son site, mais Internet a déjà fait son œuvre. Et Facebook a fait disparaître le dissident ?

 

(via The Next Web)