medias

ReAnimator : le jeu de société qui défie la Mort, d'après Lovecraft

Victor De Sepausy - 19.09.2017

Zone 51 - Insolite - Lovecraft reanimator roman - Herbert West reanimateur - Lovecraft jeu société


Les Grands Anciens bichent déjà : un nouveau projet de jeu de société autour de l’univers de Lovecraft verra le jour, peut-être, ou pas. Mais tout de même, on l’espère bien. ReAnimator est proposé par Dynamite Entertainement, et s’inspire du livre Herbert West : ReAnimator (qui avait déjà donné un film...).

 

 

 

Le jeu est proposé en financement participatif, et en anglais, bien évidemment : l’idée est d’associer, de façon ludique ET terrifiante, le monde d’horreur de Lovecraft, et les petites activités scientifiques. 

 

Thomas Gofton, qui porte le projet, souhaite que chacun des joueurs puisse plonger avec déléctation dans des aventures terrifiantes à partir d’un récit légendaire de Lovecraft. « Le monde du pulp et de l’horreur, réunis », explique-t-il. 

 

Cette expansion de l’univers autour d’un jeu de plateau n’est pas une nouveauté en soi, mais le monde du ReAnimator, en revanche, est des plus intéressants. La livraison des produits débutera en février 2018. 



 

Le principe est simple : dans la pauvre et misérable ville d’Arkham, dans le Massachusetts, les joueurs devront rassembler des ingrédients mystérieux et des cadavres pour accomplir leur besogne obscure. À quelle fin ? Combattre et défier la Mort en personne...

 

Quatre joueurs en simultané pourront s’affronter pour réaliser le fameux sérum expérimental qui permet de ressusciter les morts. Sympa, non ? 

 

Pour soutenir le jeu, c’est à cette adresse.


Pour les amateurs de Lovecraft, il est chaudement conseillé de se précipiter sur le Tiers Livre pour découvrir le travail de François Bon sur l'auteur et ses nouveles traductions. Tout un billet est consacré, évidemment, à Herbert West, Réanimateur, voyez plutôt : « Le thème dont il va se saisir pour Herbert West Reanimator, cette fin d’année 1921, vient de très loin : le Frankenstein de Mary Shelley par exemple. Il s’en moquera : ah, si nous étions des poètes de l’horrible des artistes et non des scientifiques, s’écrie le narrateur dans le premier chapitre. Faire revenir de la mort à la vie, et exploiter toutes les harmoniques, des plus fines aux plus excessives, qu’autorise le thème. Ce serait assez pour le lire. » 
 

Et ReAnimator le film, c’est ci-dessous pour la bande-annonce.