Roméo, Juliette et Yoda : Montaigu et Capulet au pays de la Force

- 18.03.2013

Zone 51 - Insolite - shakespeare - Star Wars - George Lucas


Tatooine pourrait bien voir débarquer Othello, et les marais de Dagobah être un rappel aux tourbières sauvages d'Ecosse. Un facétieux auteur à eu l'idée d'associer la saga Star Wars à la somme théâtrale du barde William.

 


 

 

Peu de visuels pour l'heure si ce n'est un Dark Vader qui a revêtu une armure sortie tout droit de la renaissance pour jouer les Iago ou Tybalt de l'espace. Mais les thèmes communs du côté obscur et de l'ivresse du pourvoir font bon ménage. Si Tonton Lucas a toujours estimé que son épopée de Jedis est une œuvre originale, ses multiples référencent au cycle arthurien, et plus largement à la culture celtique, permettent des parallèles évidents.

 

L'empereur Palpatine est-il un Hamlet qui s'ignore, Obiwan, mentor du futur Vador, un roi Lear aveugle ? Et la grammaire fantasque de Yoda un rappel aux délires lunaires de Mercutio ? L'ouvrage est prévu cet été pour le marché américain, mais par le passé de nombreux internautes se sont déjà amusés à glisser une large dose de Force dans le théâtre élisabéthain.

 

Pour le plaisir, on pourra relire un extrait de The war of the starres qui relate l'épisode IV entre graphie archaïque et conjugaison de l'anglais moderne naissant. Pour la déclamation baroque, rien de tel qu'un coryphée déclamant les tragiques aventures de l'ordre Jedi.