Samuel Beckett n'a pas attendu Godot pour écrire son court-métrage

Antoine Oury - 17.04.2014

Zone 51 - Insolite - Samuel Beckett - court-métrage - Film


Alors que sa pièce En attendant Godot faisait son chemin dans les théâtres, Samuel Beckett s'est tourné vers le cinéma, ou du moins la réalisation. Au début des années 1960, le dramaturge rédige un court scénario qui deviendra finalement Film, soit 17 minutes d'images, sans bande sonore, au pitch plutôt nébuleux. Beckett voulait Chaplin, mais a finalement préféré Buster Keaton pour le rôle-titre.

 


 

 

Le film s'ouvre sur un oeil en gros plan, mais pas de lame de rasoir façon Bunuel pour Beckett : le personnage principal, O, cherchera à éviter tout au long du film un autre oeil, celui de la caméra. Mais aussi ceux de tout ce qui l'entoure, d'un couple dans la rue au regard d'un tableau suspendu dans l'unique pièce de son habitation.

 

C'est bien Buster Keaton qui prête ses traits à l'individu, constamment filmé de dos. Beckett souhaitait d'abord engager Charlie Chaplin, mais, après avoir entendu dire que l'acteur ne lisait pas les scénarios, lui a préféré Keaton. Si Beckett a signé le scénario, Alan Schneider, metteur en scène d'origine russe, a réalisé le tout. 

 

Même lui, particulièrement rompu au style de Beckett, est resté dubitatif devant un scénario de 6 pages plutôt nébuleux, auquel étaient joint des diagrammes, notes explicatives et autres digressions philosophiques.

 

Samuel Beckett expliquait le film, pour apporter un peu d'aide au New Yorker : « Il s'agit d'un film sur l'oeil qui observe, sur celui qui perçoit et celui qui est perçu - deux aspects réunis en un même homme. Celui qui observe veut à tout prix voir, et celui qui est observé veut à tout prix se cacher. À la fin, l'un d'entre eux gagne. »

 

Attention, spoiler.

 

(via Open Culture)