Sarah Palin : du haut de cette palissade, 14 pieds nous séparent

Clément Solym - 28.05.2010

Zone 51 - Insolite - palin - livre - biographie


Elle est complètement tarée. Sarah Palin tire à boulets rouges sur son nouveau voisin, l'écrivain Joe McGinniss, qui s'est installé dans la maison qui fait face à celle de l'ex-colistière de McCain. Ce dernier, décidé à écrire un livre qui colle au plus près de la vie de la dame a décidé de prendre une location pour six mois qui lui permettra de voir la Palin évoluer dans son environnement, avec mari et enfants...

Une situation qui déplaisait tant à l'intéressée qu'aux personnes qui ont laissé sur sa page Facebook des messages de soutien. Sans oser se dire violée dans son intimité, Sarah présentait l'ennuyeux locataire comme « à environ 15 mètres de mon voisinage, surplombant l'aire de jeux de mes enfants et la fenêtre de ma cuisine ».

Et que croyez-vous qu'elle a fait ? Elle est malade, je vous dis... Pour empêcher Joe d'y voir quoi que ce soit, l'ancien gouverneur de l'Alaska a fait édifier une palissade de 14 pieds, soit plus de 4,20 mètres de hauteur, pour se barricader dans sa propriété. Sans s'expliquer le moins du monde, ni même se rendre compte que ce genre de comportement en dit plus long sur elle et sa manière de penser que n'importe quelle déclaration...


D'autant qu'elle a reçu un certain soutien de la part des habitants, pour qui cette clôture est une excellente décision, lui permettant de préserver sa famille de l'intrusion que représente ce pseudo-paparazzi de pacotille. Ainsi, tout le monde dans la ville de Wasilla semble rangé du côté de Palin. Oubliant par là même qui cette femme est autant que ses opinions et penchants politiques.

Mais McGinniss ne se démonte pas, estimant que s'il n'avait pas emménagé, ç'aurait été une faute professionnelle. Le propriétaire de la maison avait d'ailleurs refusé des sommes assez folles proposées par le National Enquirer, qui souhaitait faire camper un photographe qui aurait arrosé de clichés le journal. Mais pour le proprio, la démarche de Joe est à l'opposé du harcèlement criminel ou du voyeurisme. Alors aucune raison de refuser, puisqu'il fait cela pour répondre aux exigences des futurs lecteurs autant qu'à celles de son éditeur.

Quatorze mètres de palissade... Elle est tarée...