Science-fiction et recherche scientifique "vont main dans la main"

- 31.05.2013

Zone 51 - Insolite - science fiction - festival - recherche scientifique


Le Hay Festival of Literature and Arts réunit chaque année les courants de pensée émergents. Au point d'avoir été surnommé « le Woodstock de l'esprit » par Bill Clinton. Des projections de films, des spectacles et des rencontres de penseurs qui battent en brèche quelques idées reçues.

 

 


 Illustration du roman De la terre à la Lune, Jules Verne (1865)

 

 

Et parmi les a priori vilipendés lors de cette édition, l'éminente Zita Martins, astrobiologiste à l'Imperial College et membre de la Royal Society a enthousiasmé les plus geeks. Au risque de faire perdre un peu de sérieux à la recherche académique, le Dr Martins a réconcilié l'imaginaire et la science dure. Dans son travail, elle estime « que l'imagination est un grand moteur de motivation ». Et cite pêle-mêle les rêveries de Jules Verne et les trouvailles incluses dans Star Wars comme balises vers des découvertes bien réelles.

 

En illustrant l'impossible technique – à une période donnée – la fiction «  alimente la recherche » et « fait se tourner le milieu académique vers les bonnes directions », argumente-t-elle. En somme, les délires scénaristiques des artistes permettent de proposer d'autres perspectives de regard. Des horizons qui seraient moins complexés par le réel ou le faisable. Expérimentation scientifique oblige, l'astrobiologiste prend appui sur De la terre à la lune de Verne.

 

Dans le roman-feuilleton de 1865, un explorateur est expédié sur notre satellite par un obusier. Bien sûr, les vols spatiaux ne se résument pas à une dose astronomique de poudre noire chauffée sous une bonne fenêtre de tir. Mais pour la scientifique, « Jules Verne a réellement écrit un livre sur une expédition lunaire. Si vous comparez le premier voyage vers la lune au livre, vous remarquerez de nombreuses occurrences communes. Cela marche toujours main dans la main. »

 

Pas moins probable, l'illustration par la saga de Georges Lucas : « Dans Star Wars, il y a la planète Tatooine qui tourne autour de deux étoiles. Récemment la mission Kepler a découvert qu'une planète en faisait de même. Elle a été baptisée Kepler 16b, avec Tatooine comme surnom ».  Cette semaine, l'invention d'un jeune américain de 17 ans faisait le tour du web. Drake Anthony a réalisé un sabre laser d'une puissance de 3 watts. Dans une vidéo, le jeune inventeur manipule son « arme », capable de trancher ou perforer papier et balles de ping-pong. 

 

Plus que des parieurs de l'inconnu, les artistes auraient même parfois ce don d'anticipation. Via le Telegraph, principal sponsor du festival.