medias

Sobre, ce retraité saccage des livres de Kim Kardashian

Nicolas Gary - 09.03.2017

Zone 51 - Insolite - Kim Kardashian librairie - retraité téléréalité livres - dégrader livres Kardashian


Que diable allait-il faire dans cette galère ? Remplacer « il » par Kim Kardashian et « galère » par librairie, et soudain, tout cela devient plus amusant. Dans le Connectictut, un retraité de 74 ans s’en est en effet pris aux livres qu'a fait paraître la star, faisant un saccage dans une librairie. Attendez... Kardashian, des livres ?

 

Top Kim Kardashian Hairstyles

celebrityabc, CC BY SA 2.0

 

 

Carl Puia, plus personne n’oubliera ce nom – au mois durant les 24 prochaines heures. Inculpé pour préjudice criminel, cet homme de 74 ans a détruit plusieurs ouvrages de Kim Kardashian. À l’intérieur d’une boutique de la chaîne Barnes & Noble, ce 13 octobre 2016, l’homme a été pris en flagrant délit.

 

Les caméras de sécurité du magasin l’avaient filmé en train de répandre un liquide rouge sur des exemplaires de Selfish, un beau livre constitué de photos prises par la célébrité issue de la téléréalité. Selon le rapport de police, six livres ont été détruits, sans espoir d’être revendus par la suite.

 

Et en dépit de ce geste héroïque, on a cru bon d’interpeller le bonhomme. 

 

Mais Carl ne s’est pas arrêté en si bon chemin, preuve que son geste était mûrement réfléchi. Il a laissé une note dactylographiée, à l’attention du personnel de la librairie, dans laquelle il raconte par le menu et en détail, toute son aversion pour Kim Kardashian, et « les gens comme elle ».

 

Et là, c'est le drame...

 

D’ailleurs, Carl avait prémédité son acte : il était venu dans la librairie et avait découvert l’ouvrage en évidence. Il le signale à un employé, qui a dû légitimement le prendre pour un joyeux farfelu.

 

Trois jours plus tard, Carl revient, constate avec effarement que ses recommandations n’ont pas été suivies. Et voici qu’il décide de faire justice lui-même. 

 

Le livre contient des centaines de photos de Kim, prises chacune par ses soins, en style selfie. Son éditeur, Rizzoli, à la publication de l’ouvrage, l’avait gratifié du titre de pionnière dans le mouvement selfie. 

 

Le retraité a été libéré avec une caution de 2500 $ et doit comparaître devant le tribunal le 22 mars, indique la Glastonbury Police Department, sur sa page Facebook.

 

Kim Kardashian ouvre son club de lecture 

 

Mais alors, est-ce une haine farouche qui animait ce sémillant sénior : non point. En réalité, il trouvait que le livre était trop pornographique, et ne supportait pas l’idée que des enfants puissent le consulter aussi facilement. Personne n’a encore pensé à demander à Barnes & Noble pourquoi le bouquin était d’ailleurs placé dans un endroit proche de la section jeunesse de la librairie.

 

Osera-t-on parler de ligne éditoriale ?