Sommes-nous devenus incapables de lire une écriture cursive ?

Clément Solym - 26.01.2009

Zone 51 - Insolite - devenus - incapables - écriture


Une nouvelle forme d'analphabétisme pourrait voir le jour, du fait de l'omniprésence de nos écrans et de feuilles dûment imprimées et rédigées en Times new roman : l'incapacité de lire une écriture cursive. Tout email qui transite nous épargne d'avoir à déchiffrer la graphie de son expéditeur, et même pour les personnes instruites, les difficultés semblent poindre.

Dans un article du Wall Street Journal, une discussion s'engage sur ce thème entre Cullen Murphy et Kitty Burns Florey, autour de son livre Script & Scribble: The Rise and Fall of Handwriting. En clair, naissance et déclin de l'écriture manuscrite.

« Il existe une idée, largement répandue qui veut que, dans un univers numérique, prendre le temps de rédiger des lettres avec un stylo sur du papier est inutile et obsolète, et que quiconque pense le contraire fait partie des groupes d'arrière-garde », explique Kitty.

Plus qu'un comportement social, estime Cullen, le fait de taper sur un clavier ou de rédiger des textos « a provoqué une sorte d'atrophie dans notre capacité à écrire en cursif ». Il se pourrait même qu'un jour, l'écriture à la main puisse ne plus être déchiffrée par le commun des mortels, poursuit Murphy : « Vous aurez alors à apporter vos veilles lettres trouvées au fond d'un grenier à de croulants grincheux conservateurs de musée. »

Sinistre projection... Et quel avenir dans ce cas pour la graphologie qui n'a pas eu le temps d'acquérir ses lettres de noblesse d'après laquelle Milton N. Bunker, qui en fut l'inventeur se targuait de pouvoir deviner si une personne aimait les confiseries et les sauces d'une autre qui préfère la salade ?

Et que dire dans ce cas du simple fait d'écrire correctement avec un stylo ?