Les liens du sang, le Roman feuilleton pour iPhone épisode 9

Clément Solym - 17.03.2009

Zone 51 - Chez Wam - liens - sang - feuilleton


C’est aux infos télé du soir que Harry avait appris que Jack O’Reefe, ex-agent du FBI, avait été retrouvé chez lui égorgé.
- Vous pensez que je l’ai tué ? demanda Simon.
- Qu’aurais-tu pensé à ma place ?
Simon ne répondit pas. Il faisait tourner la croix d’argent entre ses doigts. Harry s’étira, bâilla et se leva de table.
- Il est tard. J’en ai encore beaucoup à te raconter. Nous reprendrons demain, OK ?
- Une dernière chose : pourquoi m’avez-vous déposé sur cette plage, il y a huit mois ?
Harry s’accouda au bastingage.
- C’est toi qui me l’as demandé. J’étais parti en croisière dans les Caraïbes. Pour me reposer. M’éloigner de toute cette histoire. Un soir, je faisais une escale dans le port de Kingston, en Jamaïque. Tu as surgi sur le pont, la tête en sang. Tu m’as dit : « La Guadeloupe. Emmenez-moi en Guadeloupe. » Et tu as perdu conscience. J’ai paniqué. J’ai quitté Kingston la nuit même et j’ai fait route pour la Guadeloupe. Tu ne t’es pas réveillé de toute la traversée. Je t’ai déposé sur cette plage et j’ai appelé la police. Et puis je suis reparti.
- Je venais chercher quoi en Guadeloupe ?
- Tu ne l’as pas trouvé ?
- Je ne savais plus que j’y cherchais quelque chose.
- C’est vrai. Ton amnésie…
Harry se retourna vers Simon.
- Je t’envie, dit-il.
- Pourquoi ?
- Moi aussi, j’aimerais bien avoir tout effacé de ma vie. Tu n’as vraiment plus aucun souvenir ? Et Claire, Claire Fairy, tu l’as oubliée elle aussi ?
- Qui est-ce ?
- Celle que tu aimais.
Simon se troubla.
- J’ai aimé quelqu’un avant Lelita ?
- En tout cas, je l’ai cru. Je n’étais pas le seul.
- Et cette… Claire, où est-elle ?
- Elle a disparu. En même temps que toi. Tout porte à croire que vous vous êtes enfuis ensemble.
- Comment l’ai-je connue ?
- Sur le tournage. Elle était comédienne. Elle tenait le rôle féminin principal. Celui de Mina Harker.
- Mina Harker ?
- La jeune fille dont Dracula est amoureux parce qu’elle ressemble à sa femme morte.
- Je faisais quoi, sur le tournage ?
- Tu étais son ange gardien.
Harry bâilla à nouveau.
- C’est une longue histoire, Paul. Je te la raconterai demain. Qui sait ? Peut-être que d’ici là certains souvenirs te seront revenus ? Bonne nuit.
Il se dirigea vers l’échelle qui descendait aux cabines. Simon ouvrit la bouche pour lui poser une autre question, puis se ravisa. Il resta là, seul, faisant tourner machinalement la croix d’argent entre ses doigts. Un homme d’équipage vint débarrasser la table.
Simon empocha la croix d’argent et se leva. Il fit quelques pas sur le pont. Il n’avait pas sommeil. Trop de questions se bousculaient dans sa tête.
Qui était Claire Fairy ? L’avait-il aimée ? Pourquoi se seraient-ils enfuis ensemble ? Que voulait dire Harry en disant qu’il était son « ange gardien » ? Pourquoi voulait-il aller en Guadeloupe ? Qui étaient ce Golo et cette Regina Ritter pour lesquels il était censé travailler ? Avait-il tué ce Jack O’Reefe ? Pourquoi ? Que signifiait Silvercross et est-ce que ça avait un rapport avec la croix d’argent qui était dans sa poche ? Quel rapport ?
Il avait espéré que Harry lui donnerait des réponses sur son passé et son identité. Pour l’instant, il ne lui avait fourni que des questions. A commencer par celle-ci :
Pourquoi Harry s’était-il manifesté le jour de son mariage ? Pourquoi pas avant ? Pourquoi juste le jour où un sniper avait abattu Lelita devant l’église ? N’était-ce qu’une sinistre coïncidence ? Ou bien…?
Sa vieille angoisse lui tordit soudain d’estomac. Il ne pouvait pas laisser plus longtemps ces questions sans réponse. Il descendit dans l’entrepont. Il remonta la coursive où donnaient six portes semblables. Laquelle était celle de la cabine de Harry ? Il en ouvrit une au hasard.
Ce qu’il vit le surprit tellement qu’il s’immobilisa net sur le seuil.
La cabine était plongée dans la pénombre. Seules les trois bougies d’un chandelier l’éclairaient faiblement. Un rideau masquait le hublot. Allongé dans un lit d’hôpital, le dos calé sur trois gros oreillers blancs, un adolescent paraissait endormi. Son bras nu, livide et maigre était relié à un sachet à perfusion.
Simon hésita avant de s’approcher. L’adolescent avait les joues creuses, de grands cernes violets, des lèvres trop pâles. Il respirait doucement : le bord de ses narines était bleuâtre. Il paraissait gravement malade.
Simon jeta un coup d’œil au sachet à perfusion. Il contenait un liquide rouge et ne portait aucune inscription.
Simon ressortit silencieusement de la chambre. Décidément, les questions s’accumulaient. Qui était cet adolescent ? Pourquoi Harry ne l’avait-il pas averti de sa présence à bord ?
Il fit quelques pas dans la coursive. Il entendit soudain le bruit d’un moteur, à l’extérieur, qui n’était pas celui du cruiser. Il se retourna vivement.
C’est alors qu’il vit les empreintes de pas qu’il avait laissées sur le sol depuis la porte de la cabine. Il regarda les semelles de ses chaussures : elles étaient maculées d’une terre rougeâtre et grasse.

À suivre...


Plus d'informations sur Smart novel