Rentrée littéraire : La fashion week des libraires

medias

Spellfucker sabote votre orthographe pour déjouer les robots

Bouder Robin - 04.05.2017

Zone 51 - Insolite - correcteur orthographique - cacher données privées - robots espions


Spellfucker est un site bien particulier, qui se charge de réécrire vos textes en phrases qui, à première vue, n'ont ni queue ni tête. Le but : empêcher vos ordinateurs de recueillir vos informations en les rendant non identifiables.


Spellfucker sabote votre orthographe pour déjouer les robots

Le correcteur orthographique sauve votre français, mais le saboteur orthographique sauve vos données privées. Elle est bien belle la langue française, mais ce que l’homme est capable de lire, les robots le peuvent aussi... sauf lorsque vos propos sont bourrés d’erreurs.

C’est l’idée derrière la création du Spellfucker (« saboteur d’orthographe ») : transformer vos phrases en un charabia qui ne se décrypte qu’en le lisant à voix haute. Un procédé qui rend les ordinateurs incapables de vous comprendre.

 

Pratique dans un monde où les robots tentent de collecter un maximum d’informations sur nous pour pouvoir cibler plus facilement leurs publicités, entre autres. Le Spellfucker n’est pas le premier à s’y essayer, mais est peut-être le plus efficace.

Text Obfuscator se charge de rajouter des accents sur les lettres, tandis que Bbboing change l’ordre des lettres dans les mots, mais la technologie, de plus en plus puissante, peut parfois passer outre. En revanche, le Spellfucker utilise le principe de l’homophonie, en remplaçant les mots par d’autres qui n’ont aucun sens mais se prononcent de la même façon.

 

Mieux que Batman, découvrez le Grammar Vigilante, le justicier de l’orthographe !


Là où le Spellfucker montre toute son efficacité, c’est dans le fait de changer l’écriture du texte à chaque actualisation. « Bonjour » deviendra « Bonjor », « Bonjer » ou encore « Bonjar ». Ainsi, il sera plus difficile pour les robots de détecter le sens de vos phrases.

 

Le site en est encore à son stade expérimental, et ses concepteurs cherchent de nouvelles façons de l’optimiser pour déjouer la surveillance des ordinateurs. Pour le moment, plusieurs mots n’ont encore qu’un homophone, mais ce ne devrait plus être un problème à terme. Les créateurs cherchent également un moyen de faciliter la compréhension de certains mots...

Denz thous lese ckas, Spelphuckor scemble un bon muoyen de gerdar cez donées a l’abri.


Via The Next Web