Stephen King : Le fantôme de la bibliothèque du Maine

Clément Solym - 18.04.2014

Zone 51 - Insolite - fantôme - spectre - hanter les couloirs


Les amateurs d'effroi et d'horreur connaissent l'État du Maine (États-Unis), comme le fief de Stephen King. Il s'y passe, du moins dans ses romans, des choses incroyables, qui rendraient folle n'importe quelle personne saine d'esprit. Eh bien, la Bibliothèque d'État du Maine aurait pu figurer dans les annales du romancier, puisqu'un fantôme hanterait les allées et les couloirs de l'établissement.

 

ghost

jonfeinstein, CC BY SA 2.0

 

 

À l'automne 1991, les membres du personnel sont convaincus qu'un esprit frappeur - et qui n'a pas sa carte d'adhérent - partage les lieux avec eux. Des choses étranges ont été observées, comme il se doit, avec des disparitions d'objets, des machines à bonbons entièrement vidées, et des réfrigérateurs qui connaissaient le même sort. Une note manuscrite d'excuses avait temporairement rassuré tout un chacun, après tout larcin.

 

Mais comme les vols se sont poursuivis dans la bibliothèque, sans aucun signe d'effraction, il est finalement devenu évidemment qu'une personne vivait dans les lieux, une fois la nuit tombée. 

 

Le mystère aura été rapidement éclairci, après que les forces de l'ordre ont retrouvé, dans un débarras, un jeune garçon, âgé d'une vingtaine d'années, qui était un ancien libraire travaillant à Santa Clara, en Californie. André Jatho avait quitté ses verts pâturages pour se rendre dans le Maine, à la recherche d'un meilleur emploi. 

 

Pourtant, accusé et confondu, pour les différents vols, il devait être jugé. La population s'est prise d'affection pour le garçon, et son ingéniosité, et finalement, André est devenu une sorte de héros local. Il a écopé d'une amende de 500 $ et a réalisé 25 heures de travail d'intérêt général, dans une école primaire locale, en tant que tuteur de lecture. 

 

En dépit de cette notoriété soudaine, l'ex-fantôme n'est pas parvenu à concrétiser son poste avec un emploi durable, et quelques mois plus tard, est retourné en Californie…  Au vu de la générosité dont sait faire preuve Stephen King, il est presque étonnant que celui-ci n'ait pas payé la facture. (via Mental Floss)