Stylo, alcool et aspirine : les écrivains s'affichent pour les marques

Antoine Oury - 19.11.2013

Zone 51 - Insolite - publicités - écrivains - auteurs US


Avec la renommée acquise au cours de leur carrière, les écrivains peuvent se permettre de la proposer à des marques, en plus de leur image. Certes, le public reste plutôt ciblé, pour ses publicités du XXe siècle : tabac, alcool et... aspirines, les écrivains ont le vice rivé au corps.

 



Mark Twain connaît son outil

 

 

Les publicités n'hésitent pas, en plus de l'image, à utiliser la parole ou les écrits des auteurs, forcément gage de confiance et de qualité. Dans la publicité pour les plumes Paul E. Wirt, Mark Twain s'explique ainsi :

Avec une seule plume Wirt, j'ai pu subvenir aux besoins de ma famille pendant des années. Avec deux, j'aurais pu devenir riche.

Ernest Hemingway, de son côté, l'assure : rien ne vaut une bonne bouteille de Ballantine « après un combat avec un gros poisson ». Et plus particulièrement lorsqu'il s'agit d'un « marlin suivi par des requins », explique-t-il dans une lettre qui paie sa référence au Vieil homme et la mer. La marque s'est également offert l'image de Steinbeck, capitalisant sur les écrivains « à la dure ».

 

 

<

>

 
 
Guiness a également joué le jeu, avec l'auteur de polar Robert Ludlum et « son mystérieux secret ».
 
 
 
 
Sans oublie Mickey Spillane :
 
 
 
 
Et, si Modération n'était pas avec vous au moment de consommer les différents breuvages, Erle Stanley Gardner a la solution...