Text Clock : les livres du domaine public deviennent horloge parlante

Antoine Oury - 27.01.2015

Zone 51 - Insolite - Text Clock texte domaine public - Ross Goodwin Project Gutenberg - horloge parlante


Ross Goodwin, étudiant à l'université de New York, est ghost writer à ses heures perdues, et programme sur celles qui lui restent. Il vient de dévoiler sa dernière création, une sorte d'horloge parlante à lire, qui indique l'heure en l'écrivant avec des textes du domaine public. C'est beaucoup plus simple à expérimenter qu'à décrire, en se rendant sur la page de Text Clock.

 

 

 

Capture d'écran de Text Clock, à 1:55 PM, heure de Paris

 

 

L'outil de Goodwin sait s'adapter aux différents fuseaux horaires, et indiquera l'heure en fonction de la provenance de la connexion. La page se mettra automatiquement à jour, en générant une nouvelle sélection de textes. Cat Text Clock fonctionne à partir de véritables textes, numérisés en plein texte par le Projet Gutenberg.

 

Ce site, déjà évoqué dans nos colonnes, est un organisme à but non lucratif qui s'est donné pour mission de numériser et de conserver des textes, essentiellement issus du domaine public. Text Clock utilise la base de données du projet, en récupérant des extraits de textes pour y faire apparaître l'heure.

 

Ce n'est pas la première fois que Goodwin utilise un algorithme pour récupérer les contenus libres de droits du Projet Gutenberg : il a ainsi créé un générateur de fictions, qui permet d'obtenir un roman original après avoir défini quelques critères et les noms des personnages. Là encore, l'algorithme du programme ira chercher du contenu au sein des données du Projet Gutenberg, mais également de TVTropes, pour les ficelles narratives, de la Fondation SCP, qui s'est donné pour mission de relever et d'expliquer les phénomènes paranormaux et d'Erowid, un site spécialisé sur les effets psychoactifs.

 

Le résultat est aléatoire, mais l'outil a quelque chose de fascinant, quand bien même le style et la fluidité de la fiction viennent parfois à manquer. L'idée est venue à Goodwin après lecture de La Grande Grammatisatrice automatique, nouvelle de Roald Dahl.

 

Le programmeur a également mis en ligne Sonnetizer, un logiciel qui permet de générer des sonnets à partir de n'importe quel texte. À l'aide des sonnets de William Shakespeare, Sonnetizer a ainsi créé 10.000 nouveaux sonnets