Tour de France : changement de braquet poétique

Clément Solym - 22.07.2011

Zone 51 - Insolite - tour - france - poemes


Rien n'est plus idiot que ce sport qui regroupe chaque année tant de personnes sur les routes, pour voir défiler une série de sportifs sous stéroïdes vachement bien dissimulés. Rien du tout. Ou alors, une crêpe qu'on fait sauter et qui retombe par terre.

Il se trouve même des proches de la rédaction dont on ne manque pas de saluer la clairvoyance quant à l'oeuvre de Bataille, et qui se métamorphosent en bête à roue, nez dans le guidon de leur équipe, poussant des cris de putois dans les côtes et des râles d'antilopes dans les contre-la-montre. Des gens pourtant très bien...

Eh bien figurez-vous que le Tour de France n'est pas qu'une compétition de sportifs protéinés : c'est aussi un jeu de lettres, et pas des moindres. C'est que l'on se revendique de la filiation baudelairienne et sans honte.

« Quand le ciel bas et lourd pèse comme un couvercle ».


Pas certain que dans Le Voyage, le poète, invitant à plonger vers « l'inconnu pour trouver du nouveau », se soit dit à lui-même : « En selle, Charles, en selle ! » Mais après tout, ne dit-il pas : « Nos coeurs que tu connais sont emplis de rayons », hein ?

Voilà donc que le Tour est un jeu et de lettres donc, ne m'en déplaise, et que les amateurs de polésies pourront s'user le stylo en envoyant leurs créations, odes au tour, et envoyer leur texte, pour tenter de gagner

Seule - oulipienne - contrainte : « Le poème est une oeuvre personnelle rédigée en français. Le texte doit être saisi directement sur le site. » Et 250 mots maximum je vous prie.

Tous les renseignements à cette adresse.

Et bravo au bonhomme qui a vendu le projet au Conseil général d'Indre, il fallait être culotté.

Sauf que le concours est terminé, et que la gagnante est une certaine Flavie, âgée de 9 ans, pour son texte :
Le tour de France

Le tour de France,
j'ai bien confiance.

J'aimerai le faire,
mais c'est l'enfer.

C'est trop d'efforts,
jusqu'à Rochefort.

Je transpire,
c'est ça le pire.

Je roule par terre,
à cause des supporters.

J'en suis désolée,
j'aimerai y arriver.

Mais je vais me contenter
de les regarder.