Un écrivain usurpe le nom du violoncelliste Vedran Smailovic

Clément Solym - 18.07.2008

Zone 51 - Insolite - usurpation - identité - violoncelliste


Fait divers peu commun, que Vedran Smailovic vient de soulever, en accusant Steven Galloway d'exploiter son nom. Le violoncelliste de Sarajevo, célèbre pour ses talents, a en effet inspiré un roman racontant l'histoire d'un musicien durant le conflit bosniaque de 1992.

À l'époque, Smailovic avait donné un récital pour les 22 victimes d'une attaque au mortier, jouant au-dessus des débris, face aux snipers, 22 jours de suite, assis sur un tabouret, seul avec son violoncelle. Étrangement, le personnage de Galloway offre le même concerto. Mais son « violoncelliste est basé sur un personnage réel. Il ne parle jamais dans mon livre. J'ai pris soin de ne mettre aucun mot dans sa bouche », expliquait Galloway.

Au cours d'autres interviews, il ajoute que ce personnage ne tient de rôle que pour les premières pages du livre, avant de laisser sa place. Et surtout, toutes les informations sur Smailovic dont il s'est servi étaient disponibles sur Internet.

Une trahison publicitaire

Mais le musicien est furieux : personne ne lui a demandé son avis avant de le faire figurer dans un roman. « Comment quelqu'un peut-il me voler mon travail, ma tristesse, ma tragédie ? » Et selon lui, si des gens sont capables de faire de l'argent avec cette histoire, alors une part de ces revenus... lui reviennent. « Ils ont mis mon visage en couverture, sans mon autorisation. Ils ne m'ont rien demandé pour utiliser mon nom en guise de publicité pour leur produit. Je me fiche bien de la fiction, mais pas de la réalité. »

Vedran Samilovic, crédit Wikipédia

D'autant que Galloway aurait rémunéré pour ses recherches avant l'écriture, les personnes qui lui apportèrent des renseignements, avance Smailovic . Selon un avocat, seule l'utilisation d'une photo en couverture peut être un aspect légal délicat. Cette dernière, utilisée sans l'accord de la personne tombe sous le coup du droit à l'image.