Un festival littéraire et Google pour l'anniversaire de H.G. Wells

Clément Solym - 21.09.2009

Zone 51 - Insolite - festival - littéraire - Google


Si la science-fiction en a pris pour son grade, ignorée voire méconnue par le jury du prix Booker, l'auteur H.G. Wells lui rendra ses lettres de noblesse avec tout à la fois un festival dédié à son nom, un prix littéraire et surtout, une série de logos originaux établis par Google pour illustrer l'anniversaire de la naissance de l'auteur.

L'homme invisible, L'île du Dr Moreau, La machine à explorer le temps, autant de livres qui sont des classiques de la littérature, depuis les premières publications jusqu'à aujourd'hui, cette consécration d'un festival littéraire à Sandgate en son honneur.

Le prix récompense, lui, une histoire écrite dans le genre de Wells. De quoi réhabiliter également la mémoire d'un homme qui aura enduré de vives critiques et notamment de la part de Virgihnia Woolf. « Il est aujourd'hui considéré comme un écrivain important, plus que quelques décennies auparavant », explique Simon James, maître de conférences à l'université de Durham.


Quant à Google ? Simple : le moteur a l'habitude de modifier son logo en fonction d'événements particuliers ou de commémoration. Pour Wells qui est mort en 1946, il aurait eu aujourd'hui 143 ans. La mystérieuse série de logos publiés sur le blog officiel de Google révèle que l'inspiration est en partie venue de La guerre des mondes.

L'ensemble des logos retrace une partie du livre et de l'arrivée du fameux cylindre, ainsi que l'invasion de la terre par une race martienne. Mais pour savoir comment finit cette invasion, il vous faudra lire le livre...

« Le sommet du cylindre continuait à se dévisser de l’intérieur. Déjà cinquante centimètres de vis brillante paraissaient ; quelqu’un vint trébucher contre moi et je faillis bien être précipité contre le cylindre. Je me retournai, et à ce moment le dévissage dut être au bout, car le couvercle tomba sur les graviers avec un choc retentissant. J’opposai solidement mon coude à la personne qui se trouvait derrière moi et tournai mes regards vers la Chose. Pendant un moment cette cavité circulaire sembla parfaitement noire. J’avais le soleil dans les yeux. » (retrouver le livre sur ebooks gratuits)