Un hôtel littéraire Arthur Rimbaud ouvre ses portes à Paris

Antoine Oury - 28.02.2019

Zone 51 - Insolite - hotel litteraire Arthur Rimbaud - Arthur Rimbaud hotel paris - paris arthur rimbaud


La société Les Hôtels littéraires reste fidèle à son concept fondateur et annonce l'ouverture d'un nouvel établissement, centré sur le poète Arthur Rimbaud, dans le 10e arrondissement de Paris. L'inauguration aura lieu en mars prochain, moins d'un an après l'ouverture d'un hôtel littéraire Marcel Aymé à Montmartre.

Arthur Rimbaud en terre médiévale…
(photo d'illustration, Marie Aschehoug-Clauteaux, CC BY-NC-ND 2.0)


La Société des Hôtels Littéraires poursuit sa création d'établissements avec l'ouverture d'un troisième hôtel parisien, qui vient ainsi rejoindre celui consacré à Marcel Proust, Le Swann, ouvert en 2013, et celui dédié à Marcel Aymé, ouvert à Montmartre en mars 2018. L'idée derrière ces hôtels de luxe est évidemment de faire pénétrer les clients dans l'univers de l'écrivain.

Ce ne sont d'ailleurs que des hommes que la Société, créée par Jacques Letertre, met en avant pour l'instant : l'hôtel Gustave Flaubert, ouvert à Rouen en 2015, et l'hôtel Alexandre Vialatte de Clermont-Ferrand, inauguré en 2016, complètent son offre.
 

Prié de chausser ses semelles de vent...


Situé 6 rue Gustave Goublier, tout près de la Gare de l'Est qui vit de nombreuses fois Rimbaud arriver depuis Charleville, et, un soir de septembre 1871, manquer sa première rencontre avec Verlaine, l'Hôtel Littéraire Arthur Rimbaud rend hommage à « l'homme aux semelles de vent » qui réinventa la poésie, indique la société hôtelière dans un communiqué.

L'établissement est présenté comme un équipement 4 étoiles conçu par l'architecte Aude Bruguière, doté de 42 chambres personnalisées par des poèmes et des aquarelles. Des éditions originales, des manuscrits, des œuvres d'art contemporain, notamment d'Ernest Pignon-Ernest) ainsi qu'une bibliothèque multilingue de plus de 500 livres viennent compléter le décor de l'hôtel.
Pour les tarifs, le « Best Western Hôtel Littéraire Arthur Rimbaud » devrait proposer des chambres aux prix proches de celles de l'hôtel Marcel Aymé, où le prix de la nuit, pour une personne, commence à 100 € environ, petit-déjeuner non inclus.




Commentaires
Faire du commerce avec les poètes...

Mince alors ...J aime pas



Encore un concept sans originalité..
Encore du commerce avec les poètes

Laisser les libres

J aime pas votre concept
Honteux ! Comment le marché, vorace de toute publicité, vampirise le mythe Rimbaud pour attirer le chaland ! Si au moins ils avaient la décence de reverser des royalties aux descendants ou ayants droits d'AR, mais non, rien, on peut s'approprier la notoriété des gens 70 ans après leur mort gratuitement et sans frais. Bravo ! Les lois sont bien faites... pour le capital. Je le répète et j'insiste : HONTEUX cette dérive commerciale ! Le marché pue et nous puons un peu à l'accepter. Est-ce qu'on peut fabriquer et vendre du coca, des ordi Apple ou des chaussures Nike gratuitement 70 ans après la mort de leur inventeur ?
Peut-on comparer des chaussures ou une boisson à des poèmes ? On pourrait fort bien se passer d'Apple et de son inventeur, beaucoup moins de littérature. Ces hôtels littéraires sont des hôtels comme les autres avec en plus la possibilité de voir des manuscrits, des oeuvres d'art, de lire... on ne vend pas des statuettes de Rimbaud en plastique et franchement, j'aime mieux un lieu qui honore un écrivain qu'un hôtel standardisé qui propose des produits luxe qu'on trouve partout sur la planète. Ces hôtels littéraires sont des lieux qui honorent des écrivains et permettent qu'on ne les oublie pas.
Pour Apple, faux : Combien de journalistes et d'écrivains utilisent un Mac pour écrire leurs livres ou leurs articles, hein combien ? Et pourquoi ? Parce qu'Apple fait des produits fiables et intuitifs conçus pour leurs utilisateurs.



Pour cet hôtel, c'est un hôtel de luxe, donc réservé à une élite qui passera plus ses journées apriori à se balader dans les boutiques de marques qu'à parcourir "Une saison en enfer", Le bateau ivre" ou "Les illuminations".
Franchement Appple, on pourrait s'en passer c'est d'abord une image et une pompe à argent. Je travaille (sur des livres et pour la presse) sur un pc (c'est davantage dans mes moyens) et cela marche très bien. Vos a priori sur les gens fortunés sont ridicules, il y a aussi des gens qui aiment lire et inversement, des gens très modestes qui ne sont fascinés que par les marques et n'ouvriront jamais un livre. Du reste, ces hôtels ont un espace bar où l'on peut prendre un café et regarder ce qui est exposé sans forcément appartenir à l'élite.Je ne pense pas que ceux qui ne jurent que par Apple ou Vuitton réservent dans ce genre d'hôtels, ils préféreront des établissements plus luxueux (et sans doute pas gare de l'Est).
Avez-vous déjà utilisé un Mac pour dire ça ? Permettez-moi d'en douter : Rien que la qualité de frappe du clavier d'un MacBook Air est incomparable, toutes celles et ceux qui "pissent de la copie" savent très bien ce que je veux dire.



Par ailleurs, même dans le 10e arrondissement de Paris, qui a les moyens de s'offrir une nuit dans un "hôtel de luxe" sinon des gens fortunés ? Donc, ici, la culture est réservée à une élite économique qui n'a pas besoin de ça pour y accéder, c'est tout ce que je dis. Pourquoi ne fait-on pas la même chose dans les hôtels F1 en bordure d'autoroute ?



Rimbaud a vécu sans moyens jusqu'à la fin de sa vie, rejeté et ignoré de presque tous. Il est aujourd'hui utilisé "gratuitement" pour faire rayonner une entreprise florissante. Je trouve qu'il y a quelque chose d'écoeurant dans cette récupération, dans ce mariage forcé contre nature.
Oui, j'ai eu un mac et quand il m'a lâchée j'ai pris un pc car c'était moins cher et franchement pour taper du texte, c'est aussi bien. Et j'en tape du texte. Pour moi, un ordinateur, c'est un instrument de travail pas un objet iconique. Je ne vais pas commenter ce lieu commun sur Rimbaud sans moyen et rejeté, lisez la biographie de JJ Lefrère vous verrez que le cas Rimbaud est bien plus complexe que ce que vous dites. Une nuit d'hôtel à partir de 100 euros, ce n'est pas le grand luxe, j'ai dû m'arrêter cet été près de Valence, un peu au milieu d'une autoroute, dans un Ibis et c'était le même prix. Par contre, je ne pouvais pas admirer des manuscrits et il n'y avait pas de livres en libre accès.
Et qu'est-ce qui vous fait croire que les adeptes du Mac seraient une bande de décervelés qui s'agenouillerait et prierait le Dieu de la pomme croquée comme une icône ? C'est pas un peu stéréotypé de penser ça vous qui semblez ne pas apprécier les lieux communs ?

Oui, c'est bien connu, Rimbaud passait son temps avec des prostitués, de la drogue et du champagne dans les suites royales des hôtels de luxe du 10e arrondissement de la capitale...

Si Ibis met ses chambres au même prix que celles d'un hôtel de luxe, soit c'est Ibis qui est devenu un hôtel de luxe, soit c'est l'article qui s'est trompé d'adjectif ?
Poster un commentaire

 

grin LOL cheese smile wink smirk rolleyes confused surprised big surprise tongue laugh tongue rolleye tongue wink raspberry blank stare long face ohh grrr gulp oh oh downer red face sick shut eye hmmm mad angry zipper kiss shock cool smile cool smirk cool grin cool hmm cool mad cool cheese vampire snake exclaim question

Vous répondez au commentaire de

Cliquez ici pour ne plus répondre à ce commentaire

* Laisser vide pour ne pas reçevoir de notification par email de nouveaux commentaires.