Un jeu vidéo « éducatif » iranien s'en prend à Salman Rushdie

Clément Solym - 12.07.2008

Zone 51 - Insolite - Salman - Rushdie - jeu


En 1989, l’auteur britannique d’origine indienne avait été victime d’une fatwa à son encontre à la suite de la parution des Versets sataniques en 1988. Cela l’avait obligé à passer de longues années dans la clandestinité. Son livre avait été jugé blasphématoire à l’égard de l’islam par l'imam Khomeiny, guide suprême de la révolution islamique iranienne, qui le condamnait à mort.

C’est encore de l’Iran que vient ce jeu vidéo proposant aux enfants de s’en prendre virtuellement à l’auteur des Versets sataniques. Selon ses concepteurs, il s’agit là d’un jeu « éducatif ». Développé par l’Association pour la libération intellectuelle des enfants, ce jeu a pour objectif de rappeler aux jeunes générations la fatwa de l’imam Khomeyni condamnant à mort Salman Rushdie.

Le scénario n’est pas encore totalement bouclé, mais il traite de la « vie de stress et de peur » de Rushdie et de « l’exécution de la fatwa ». Avec ce jeu, les jeunes comprendront « ce qu’il en coûte de se détourner de l’islam », a déclaré à l’agence iranienne Fars News le secrétaire général de l’association proche du ministère de la Culture et de l’Orientation islamique, Mohammad Taghi Fekharian.

Cette nouvelle prend une tonalité assez particulière quand on sait que Salman Rushdie, en tournée de présentation de son nouveau livre The Enchantress of Florence aux Etats-Unis, s’est déclaré plutôt favorable aux jeux vidéos…en général.

Invité à l'émission The Colbert Report sur Comedy Central, il s’est vu poser cette question alors que le débat portait sur le vent d’ouverture qui souffle actuellement sur l’islam : « Que pouvons-nous faire pour aider ? Peut-on leur envoyer des jeux vidéo ? ». Salman Rushdie a répondu : « Je pense que les jeux vidéo, YouTube, vous savez, ce sont des choses qui changeront le monde. » On n’en doute pas !

Cette association avait déjà fait parler d’elle en proposant il y a deux ans un jeu vidéo autour du droit de l’Iran à maîtriser la technologie nucléaire. Le héros du jeu, le commandant Bahman, devait libérer un scientifique iranien spécialisé dans le nucléaire et enlevé par la coalition américaine lors d’un pèlerinage à Kerbala, en Irak…