Un manuscrit composé par un voisin, Muse insolite de William Faulkner

Clément Solym - 11.02.2010

Zone 51 - Insolite - manuscrit - voisin - composé


Le document dans lequel Faulkner aurait puisé toute son inspiration pour créer le comté de Yoknapatawpha aurait été découvert, révèle le New York Times.

Le manuscrit original, daté du milieu du XIXè, a été écrit par Francis Terry Leak, un riche propriétaire de plantation dans le Mississippi et dont l'arrière petit-fils Edgar Wiggin Francisco Jr. était un ami d'enfance de William Faulkner. Le fils de M. Francisco Jr., se souvient que William Faulkner rendait souvent visite à la demeure familiale d' Edgar Wiggin à Holly Springs, dans le Mississippi dans les années 1930.  Agé de 79 ans, il se souvient que Faulkner était fasciné par plusieurs volumes du journal et qu'il « prenait toujours beaucoup de notes. »

Spécialistes et chercheurs sont donc étonnés et certainement un peu déçus de voir ainsi surgir les sources de l'oeuvre de leur romancier culte, lauréat du prix Nobel. « Je pense que c'est l'une des découvertes littéraires les plus sensationnelles de ces dernières décennies », a déclaré John Lowe, professeur d'anglais à la Louisiana State University. Lowe qui travaille actuellement à un livre sur Faulkner a ajouté que « Faulkner a eu une relation très proche et intellectuelle avec le père de M. Francisco ». Les deux hommes auraient eu des conversations qui semblent avoir constitué le support des dialogues d'Absalon, Absalon ! et Descends, Moïse.

Sally Wolff-King, érudite de la littérature sud américaine de l'Emory University (également le lieu d'études du Dr. Francisco !) a soutenu que « le journal intime et un certain nombre d'histoires de famille semblent avoir fourni à la puissance philosophique et thématique de certaines de ses œuvres majeures ». Les noms des esclaves que détenait Leak apparaissent dans toute  l'oeuvre de Faulkner et particulièrement dans Descends, Moïse. Le Professeur de Wolff-King qui a consacré 30 années d'études à Faulkner pense que l'auteur a tenté « de ressusciter les esclaves et de leur prêter une voix ».

Quant aux déclarations du docteur Francisco, elles sont à peine croyables : « J'ai essayé de lire ce livre il y a des années, mais je me suis tellement mis en colère que je l'ai jeté ». Ni le docteur ni son père n'ont lu l'oeuvre de Faulkner. La famille a fait don du journal à l'Université de Caroline du Nord en 1946 et possède une copie dactylographiée de celui-ci, comptant 1800 pages. Les documents originaux ont été utilisés par les économistes du sud des Etats-Unis en pensant que Faulkner, qui mourut en 1962, n'entretenait aucun lien avec eux. Les spécialistes ont reconnu qu'il était sans doute un peu tôt pour juger de l'importance du manuscrit dans l'oeuvre du romancier.