Rentrée littéraire : La fashion week des libraires

Usurpation d'identité sur Twitter : le ministère de la Culture dérape

Victor De Sepausy - 18.07.2017

Zone 51 - Insolite - usurper identité twitter - piratage compte ministère - twitter ministere culture


Tout cela s’est déroulé durant la nuit du 17 au 18 juillet : le compte Twitter du ministère de la Culture s’est mis à réagir étrangement. Des réponses qui ont intrigué les autres utilisateurs, avant que, rapidement, les conclusions ne s’imposent. Et quelques captures d’écran témoignent encore de ce petit dérapage, en direction tout droit vers le fossé.


 

Il faut avouer qu’un compte de réseau social qui se fait pirater, cela a toujours un certain panache… dans le mauvais goût. Celui du ministère de la Culture n’a évidemment pas été épargné, quand un petit margoulin en a pris possession.

 

 

Et durant une partie de la nuit, les messages furent parfois plus velus encore : « on va monter une équipe on va te niquer ta mère, tsais pas qui chui moi chte nique ta mère ». Impressionnant. Et la conclusion s’impose rapidement : « On m’a envoyé d’autres screens. Je pense que @MinistereCC s’est fait pirater. Cela m’étonnerait qu’un CM pète un plomb sur ce compte. »

 

Et d’autres captures d’écrans de ces hauts faits traînent sur la toile, émanant d’un internaute à l’origine de ce piratage – un jeune qui prétendait être le fils de la community manager du ministère. En lisant ce type de message, on comprend pourquoi : 

 

 

Évidemment un hashtag, #MinistereChomage va rapidement fuser et permet de retrouver toutes les péripéties nocturnes de ce non-événement, tragi-comique.

 

Vers 9 h ce matin, la rue de Valois a toutefois sonné radicalement la fin de la récréation. À travers différents messages, le pirate, qui n’en était peut-être pas un, assurait n’avoir rien piraté du tout, mais simplement pris possession du compte au détriment de sa mère. Dans un communiqué, Valois fait dans l’expéditif : « Le compte du ministère de la Culture a été usurpé dans la nuit du 17 au 18 juillet. Le ministère de la Culture présente toutes ses excuses pour ces tweets indésirables. Les messages inappropriés ont été supprimés depuis. »