Rentrée littéraire : La fashion week des libraires

Venez danser jusqu’au bout de la nuit... dans une bibliothèque

Laurène Bertelle - 23.06.2017

Zone 51 - Insolite - soirée electro bibliothèque - bibliothèque montreuil soirée - demande à la nuit livre


La bibliothèque Robert Desnos, à Montreuil, a prévu un événement pour le moins insolite. Ce vendredi 23 juin, à l'heure où toutes les autres bibliothèques auront fermé leurs portes, celle de Montreuil accueillera les visiteurs et mélomanes pour une soirée électro gratuite et sans réservation. Et ce, toute la nuit durant... 




 

Avez-vous déjà... dansé jusqu’à 5 h du matin dans une bibliothèque ? Ce sera bientôt chose faite. Ce sera également une première pour la bibliothèque de Montreuil, qui se transformera ce soir en club électro pour une soirée « La nuit remue ».

 

Au programme : à 20 h 30, une performance de « lecture électro » par l’auteure et DJ Anne-Laure Jaeglé, inspirée de son roman Demande à la nuit, publié par la maison d’édition La ville brûle. Elle sera accompagnée par Axel Rigaud pour une rencontre hybride entre littérature et musique.

 

Puis, à partir de 22 h, six différents DJs se succéderont pour vous faire danser jusqu’au bout de la nuit. La fête se terminera à 5 h 29, heure à laquelle vous pourrez prendre le premier métro à Mairie de Montreuil. La soirée est gratuite et peut accueillir jusqu’à 250 personnes. Un service de restauration est également prévu, à bas prix.

Cependant, pour ceux qui se réjouissaient déjà à l’idée de se déhancher entre deux exemplaires de Balzac, un petit bémol : pour des raisons de sécurité, il ne sera pas possible de danser entre les rayons. La soirée se déroulera dans le grand hall de la bibliothèque, où sont souvent organisés expositions et événements. La bibliothèque ne rouvrira pas le lendemain et sera fermée tout l’été pour désamiantage ; la soirée électro est donc aussi une façon de fêter la fin de la saison et le début des travaux.

 

La bibliothèque, lieu de rassemblement et de création

 

L’événement, quant à lui, est organisé par les bibliothécaires eux-mêmes. « Ca s’est fait sur la base du bénévolat, pour se contenter des personnes qui étaient volontaires, a expliqué Fabrice Chambon, directeur de la bibliothèque, à ActuaLitté. On a une licence 2 pour l’occasion, pour vendre de la bière, et on a sollicité la protection civile et une entreprise de sécurité. » 


Si la soirée électro est une nouveauté, elle n’est toutefois pas la première initiative de la bibliothèque Robert Desnos. « On organise très souvent des événements. Ces 4 dernières années, on a augmenté de 100% le nombre de personnes qui fréquentent nos initiatives. »

 

Des concerts, des soirées ado, ateliers d’oenologie, ouverture le dimanche pendant les révisions du bac... les événements se suivent mais ne se ressemblent pas ; une manière de montrer que la bibliothèque n’est pas qu’un lieu d’étude mais aussi de rassemblement. « C’est un lieu de vie sociale où tout le monde a l’occasion de se croiser, mais où l'on doit également accueillir tous les champs de la création. »

 

Avoir une composante événementielle qui fait intervenir plusieurs formes de création et qui s’articule avec les collections, voici une définition moderne de la bibliothèque qui «  a vocation de devenir le quotidien de plus en plus de bibliothèques », selon Fabrice Chambon. 



 


Associer les mots et les sons


Anne-Laure Jaeglé, au cœur de l’événement, inaugurera donc la soirée par une lecture électronique, organisée avec avec le musicien Axel Rigaut. « Je l’avais rencontré voilà deux ans. À l’origine, c’est son idée : nous avions improvisé une première fois, lors de la sortie de mon livre, Demande à la nuit, à l’occasion de la fête du lancement. » 

 

Depuis, ces lectures électroniques se sont multipliées, « nous décidons des ambiances, de l’atmosphère, on s’adapte en fonction du public également. Axel joue avec les sons, les rythmes : tout cela passe par beaucoup de regards, en fonction de ce que je lis, et de la réaction musicale ». Et l’auteure a pris goût à ces rencontres. « Depuis un an, j’en donne régulièrement, en province, ou en Allemagne. »

 

Quand le directeur de la bibliothèque, Fabrice Chambon, l’a contactée, le projet de boîte de nuit était déjà monté. « J’étais particulièrement curieuse d’abord de voir ce qu’ils allaient monter, puis je suis passée et j’ai découvert l’exposition qu’ils avaient organisée autour des pochettes d’albums électro. Là, j’ai sincèrement été épatée : d’abord par cette organisation, ensuite, de la passion et des connaissances qu’il a de la musique électro. »
 

[Extraits] Demande à la nuit de Anne-Laure Jaegle 


Ce soir, Anne-Laure Jaeglé jouera le dernier set, après avoir ouvert la soirée en lisant des extraits de son premier livre. « Mon éditeur, La ville brûle, ne publie pas de fiction : ils avaient fait exception pour mon premier livre, pas ne souhaitent pas recommencer. » 
 

Premier, parce qu’un deuxième arrive ? Amusée, elle assure : « Il y aura un prochain livre, il est en préparation. Je sors du roman et de l’autofiction, pour cette fois plonger dans la fiction, érotico-politique, avec un peu de science-fiction. » Le nom de l’éditeur restera sous scellé... 

Plus d'informations sur la soirée sur le site de la bibliothèque.




Demande à la nuit - Anne-Laure Jaegle - La Ville Brûle - 9782360120772 - 14 €