Murakami : vingt fois sur le métier, bien rangé, remettez votre ouvrage

Nicolas Gary - 19.08.2015

Zone 51 - Insolite - Haruki Murakami - bureau rangement - jazz baseball


Étrange invitation au voyage, que propose le site officiel d’Haruki Murakami, et cependant très baudelairienne. À en juger par le soin qu’apporte le romancier à entretenir un bureau impeccable, on en citerait volontiers le poète : « Là, tout n’est qu’ordre et beauté, Luxe, calme et volupté. » Enfin, que ne ferait pas un éditeur pour mettre en valeur l’un de ses plus prestigieux écrivains ?

 

bureau Haruki Murakami

 

 

Le site monté par les services de Random House propose en effet de découvrir le lieu de travail de Murakami, où la propreté semble le disputer aux souvenirs de vies passées. Tout est exposé dans une série de clichés annotés, pour rappeler au voyageur en transit sur la Toile, combien l’auteur se rattache à certains éléments.

 

Ainsi est présenté le Mug Sacré, arborant fièrement le drapeau suisse. « J’aime le design simple, rouge, et qui saisit l’œil (facile à trouver) », semble commenter Murakami. Puis vient le marque-page, cadeau de Sonny Mehta, directeur éditorial de Knopf, sa maison d’édition.

 

Au pied de la lampe de bureau, des objets qui « sont comme mes talismans », venus du Laos (le pied avec une araignée gravée), de Scandinavie (le marbre avec un moustique en haut-relief). Quant aux cacahuètes « désolé, j’ai oublié ». 

 

Les indispensables et nombreux crayons de papier, posés dans deux verres – chacun faisant référence à des albums de Miles Davis, Cookin' et Relaxin'. N’oublions pas que Murakami, avant de devenir écrivain, à cause d’un match de baseball, dirigeait une boîte de jazz... On ne se refait jamais complètement.

 

Et baseball, justement, il en est question avec la figurine du lanceur Yasuhiro "Ryana" Ogawa, qui joue dans l’équipe dont Murakami est fan. Et le jazz n’est jamais loin non plus : 10.000 vinyles soigneusement rangés, de telle sorte qu’il soit impossible de les sortir de leur étagère ?

 

Oh, il y a d’autres objets : l’agrafeuse, l’imprimante, le rouleau de scotch..., et même une gomme. Mais il est certain que ces derniers entretiennent moins la légende. Quant au Mac, fièrement arboré ?

 


Pour approfondir

Editeur : Belfond
Genre : litterature japon
Total pages :
Traducteur : hélène morita
ISBN : 9782714456878

L’incolore Tsukuru Tazaki et ses années de pèlerin ...

de Haruki Murakami

Après le phénoménal succès de la trilogie 1Q84, le grand retour d'Haruki Murakami pour une œuvre plus " réaliste ", nostalgique et grave, qui fait écho aux premiers titres du maître, La Ballade de l'impossible notamment. Depuis le mois de juillet de sa deuxième année d'université jusqu'au mois de janvier de l'année suivante, Tsukuru Tazaki vécut en pensant presque exclusivement à la mort. À Nagoya, ils étaient cinq amis inséparables. L'un, Akamatsu, était surnommé Rouge ; Ômi était Bleu ; Shirane était Blanche et Kurono, Noire. Tsukuru Tazaki, lui, était sans couleur. Tsukuru est parti à Tokyo pour ses études ; les autres sont restés. Un jour, ils lui ont signifié qu'ils ne voulaient plus jamais le voir. Sans aucune explication. Lui-même n'en a pas cherché. Pendant seize ans, Tsukuru a vécu comme Jonas dans le ventre de la baleine, comme un mort qui n'aurait pas encore compris qu'il était mort. Il est devenu architecte, il dessine des gares. Et puis Sara est entrée dans sa vie. Tsukuru l'intrigue mais elle le sent hors d'atteinte, comme séparé du monde par une frontière invisible. Vivre sans amour n'est pas vivre. Alors, Tsukuru Tazaki va entamer son pèlerinage. À Nagoya. Et en Finlande. Pour confronter le passé et tenter de comprendre ce qui a brisé le cercle. Après la trilogie 1Q84, une œuvre nostalgique et grave qui fait écho aux premiers titres du maître, La Ballade de l'impossible notamment.

J'achète ce livre grand format à 23 €

J'achète ce livre numérique à 13.99 €