Vous êtes stressé ? Ce stylo va devenir votre objet préféré

Elodie Pinguet - 18.01.2017

Zone 51 - Insolite - stylo stress - concentration stylo - concentrer cours stylo


Le Think Ink Pen est un stylo anti-stress du futur qui se veut révolutionnaire. Financé par une campagne de crowfunding, il a été élaboré par deux amis dont l’un avait une fille agitée qui ne se calmait qu’avec une balle anti-stress.

 

 

 

Le temps des stylos qu’on clique à répétition ou qu’on fait tourner — plutôt maladroitement à moins d’un enraînement poussé — est révolu ! Et pour cause, deux amis, Kent Lyon et Jym Daniel, se sont lancés dans la production d’un stylo un peu particulier, le Think Ink Pen.

 

D’apparence sobre, ce stylo aurait le pouvoir de révolutionner vos meetings, réunions, cours... En bref, tous ces moments d’ennuis ou de stress, c'est selon. En acier et titane, il est flexible et possède un dispositif ressemblant à un bâtonnet qui semble s’aimanter à l’envie : le déplacer, l’utiliser pour faire tourner son stylo, ou simplement le manipuler...

 

D’après les créateurs, le Think Ink Pen contribuerait à augmenter votre concentration tout en vous amusant. Il agirait donc comme un puissant développeur de capacités et promet que « vous aurez enfin quelque chose à bricoler au bureau ou en classe sans déranger ceux qui vous entourent ». Tout est prévu pour vous occuper : la tige, la flexibilité et une petite bille que l’on peut faire tourner.

 

Une campagne de financement, qui a abouti, avait été lancée sur internet entre novembre et décembre. Le stylo devrait ainsi être commercialisé dès le mois d’avril 2017. Attention, la concentration et l’anti-stress ont tout de même un prix, comptez 46 € pour un stylo.

 

 

Les deux amis ont également développé une alternative, pour ceux qui sont attachés à leur crayon de papier fétiche, des petits gadgets qui s’adaptent sur les crayons. Certes, l’idée est moins poussée et vous ne disposerez pas de petite tige aimantée, mais elle reste très utile à tous ceux qui ne peuvent pas rester en place.

 

Voilà peut-être une solution pour les grands stressés et les hyperactifs. Qui sait, peut-être pourra-t-il aider les auteurs à résoudre leur syndrome de la page blanche !