“Vous n'avez pas de marque-pages”, le concours marketing qui déborde

Nicolas Gary - 14.09.2019

Zone 51 - Insolite - Marque pages - concours réseaux sociaux - éditeur marketing


Pour animer les communautés à travers les réseaux sociaux, les éditeurs montrent parfois une inventivité épatante. Mais le concours « Don’t have a bookmark ? » (Vous n’avez pas de marque-pages) n’émane pas d’une maison d’édition, mais d’une société spécialisée dans les gâteaux gras, que Greenpeace avait sévèrement pointée du doigt.


Si, si, vraiment...
 

Oréo, lié à la destruction de l’habitat des orangs-outans en Indonésie, c’était le grand dossier présenté par Greenpeace en novembre 2018. Les accusations étaient frappantes : l’organisation internationale déplorait « le goût déforestation » des biscuits, produits par la société Mondelēz. 

Dans l’un de ses derniers messages, pour promouvoir ses produits, Oreo s’est donc fendu d’un petit tweet qui fait depuis fureur : les internautes, prompts à dégainer, ont suivi le mouvement avec délice, et multiplié les photos de marque-pages invraisemblables. Le principe du biscuitier est simple : vous n’avez pas de marque-pages, essayez du lait et des biscuits (sous-entendu, de notre confection) à la place.

« Aucun livre n’a été blessé au cours de cette trempette », garantit le compte de la firme, mais les producteurs de livres, eux, ne l’ont pas si bien accepté. 


Le groupe Random House y est même allé de son commentaire : « C’est le pire concours sur les réseaux de l’histoire et nous vous demandons de l’arrêter IMMÉDIATEMENT. Les livres sont des objets qui méritent notre respect. Maintenant, allez au coin et réfléchissez à ce que vous avez fait au nom du “contenu”. » C'est connu, on déverse des flots de “contenus” sur les réseaux, pour se faire repérer, remarquer ou injurier : tout buzz est bon à prendre.

C’est que différentes marques de produits alimentaires ont sauté sur l’occasion, employant tout ce qui servait leurs intérêts promotionnels comme marque-pages.


Un libraire a tout de même tenté de mettre un peu d’intelligence dans tout ce principe, mais on peut douter que l’engouement soit freinable avec le seul bon sens.
 


Ce qui reste étonnant, c’est que l’opération n’a pas été suivie d’un hashtag qui aurait certainement fait « boule de net »… Quant au plus gore, mention recyclage des ressources naturelles, il revient de toute évidence à cette peau de souris tannée, retrouvée dans un manuscrit de 1623.
 



via PR Week


Commentaires
L'hypocrisie du "Les livres sont des objets qui méritent notre respect." par celui qui en envoie au pilon à la tonne simplement pour le business...
En même temps, le pilon est indissociable de l'objet livre et puis, c'est pas vraiment le sujet. Dans le fonds, ils ont raison, c'est quoi cette idée stupide d'utiliser boisson et nourriture comme marque-page... C'est jute mon pire cauchemar pour moi, qui bosse comme orang-outang.... grin
Poster un commentaire

 

grin LOL cheese smile wink smirk rolleyes confused surprised big surprise tongue laugh tongue rolleye tongue wink raspberry blank stare long face ohh grrr gulp oh oh downer red face sick shut eye hmmm mad angry zipper kiss shock cool smile cool smirk cool grin cool hmm cool mad cool cheese vampire snake exclaim question

Vous répondez au commentaire de

Cliquez ici pour ne plus répondre à ce commentaire

* Laisser vide pour ne pas reçevoir de notification par email de nouveaux commentaires.