Israël ne se sacrifiera pas

Communiqués > Essai

Jean-Jacques Benayoun - 2017-05-09 17:00:04


ISBN : 21 €

Prix : 978-2-312-05122-2 €

Jean-Jacques Benayoun est français, de confession juive,  né en Algérie, à l'époque département français.  C'est l'ensemble de sa vie  qu'il rassemble  dans un livre autobiographique.  Une histoire de migration et de construction identitaire qui débute en 1940,  avec sa naissance,  à Tlemcen dans le Nord-ouest de l'Algérie. Il a échappé à la rafle du Vel d Hiv à 2 ans !   Après une enfance difficile dû à la guerre, Jean Jacques quitte l'école  à 14 ans,  à cause de la Toussaint rouge, cette série d'attentats perpétrés par le FLN, le front de libération nationale,  qui marque rétrospectivement le début de la guerre d'Algérie. Etant Français, il participe à la guerre  pendant 30 mois, sachant qu'elle aurait pu être évitée, précise Jean-Jacques Benayoun.  Libéré en Janvier 1962, au vu de la situation catastrophique, il quitte son pays, considéré comme " traître" par ses compatriotes. " C'était partir ou mourir", confie t-il. En avril 1962, à nouveau, il échappe à deux attentats et rejoint " la métropole", comme il dit, laissant toute sa vie derrière lui, très peu de temps avant l'indépendance de l'Algérie.

La vie en métropole -- Il débarque donc à Marseille et rejoint immédiatement la capitale pour éviter la migration de masse des Algériens dans la cité phocéenne. Il se rappelle la phrase,  " je vous ai compris" que lui n'avait pas compris, et se demande pourquoi son père était gaulliste  ?  Alors qu'à l'instant même il devenait un vrai réfugié ! Est-ce que M. le Ministre des  rapatriés  de l'époque, allait le placer dans un camp de réfugiés.  Aidé par un cousin qui l'héberge., il travaille pour Hamelle, un laboratoire photo réputé. En 1964, il quitte Paris et devient photographe sur les plages basco-landaises. C'est le coup de foudre pour ce merveilleux pays".  Il s'installe à Capbreton et rencontre sa future femme. Une relation rendue compliquée par l'antisémitisme de sa belle-mère. Ensemble, pour se libérer de ce poids, ils décident en 1973 de tenter une expérience et d'aller s'installer en Israël.  Mais voilà, quelques mois après leur arrivée, c'est le  début de la guerre du kippour.  Encore une fois, l'antisémitisme, appelé cette fois l'antisionisme va lui jouer un tour !  Alors que les musulmans ont le choix de s'installer dans une trentaine de pays,  ils lui refusent le droit de vivre dans le seul Etat juif, Israël, confronté à la guerre depuis sa création en 1948. Date à laquelle, pour la première fois il se faisait traiter de "sale juif", il avait 8 ans. Refusant le bruit des bombes en permanence et le fait de voir ses quatre enfants vivre  perpétuellement en guerre, il décide, quelques années plus tard de revenir s'installer en France. Il se lance dans de multiples projets pour se " reconstruire". Commercialement, il est notamment à l'origine du développement de la marque l'Occitane.  A travers les lignes,  l'auteur tente également d'analyser le contexte géopolitique actuel.  Pour lui, nous payons aujourd'hui les conséquences de nos actes manqués. Ils sont nombreux !  Conflit israélo-palestinien, Syrie, Daesh, seraient les conséquences d'absence de position internationale ferme. On ne peut pas prétendre promouvoir la paix et serrer des mains remplies de sang. "La politique de l'autruche" du conseil de sécurité de l'ONU crée la situation d'aujourd'hui selon lui.  On paie les erreurs du passé comme celles qu'on a payées pour l'Algérie" résume -t-il.  Au-delà de ses souvenirs, Jean-Jacques Benayoun porte un regard aiguisé sur la montée du racisme, de l'antisémitisme et la situation des migrants. Il a écrit ce second livre pour tirer la sonnette d'alarme et " attirer l'attention" des dirigeants de la communauté internationale sur les conséquences de leurs politique à l'égard du seul Etat démocratique du Proche-Orient qui se faisait bombarder en 2014, pendant 51 jours dans le silence assourdissant de la communauté internationale. Il avoue avoir très peur pour l'avenir si  aucune mesure stricte n'est prise pour rayer toutes ces formes de terreur. Il pense avoir une solution pour clore cette période de guerre ! Il estime que ce n'est pas le vote et l'abstention en faveur des palestiniens à l'UNESCO, qui arrangerait les choses.  Mes parents, grands-parents et moi-même qui avont tant donné à notre pays, ne reconnaissent pas là, le dernier vote de la résolution qui vise à nier toute présence juive  à Jérusalem. Celle-ci vient non seulement d'effacer le premier testament, mais également le deuxième et l'existence de Jésus ! Je me dois d'informer les lecteurs que je suis pour la création d'un Etat pour le peuple Palestinien vivant à côté de l'Etat Juif d'Israël.Pour cela, les Palestiniens devront reconnaitre l'Etat Juif.  Et certainement pas comme le proclame le Hamas,  le Hezbollah et l'Iran -- détruire l'Etat d'Israël pour y créer à sa place un Etat Palestinien ! S'ils n'ont pas encore compris cela depuis 70 ans... L'espoir d'une paix prochaine restera vaine.


Ce communiqué sponsorisé n’engage en rien la rédaction de ActuaLitté.
Il ne relève que de la responsabilité de son auteur.