Jean Echenoz à la Bibliothèque publique d'information

Communiqués > Manifestation

- 00/00/0000


Cycle "La création à l'oeuvre"

Jean Echenoz invité à la Bibliothèque publique d'information

Lundi 18 avril 2011 • 19h • Petite Salle,
Centre Pompidou, 75004 Paris.
Entrée libre dans la limite des places disponibles

Entretien avec Bruno Blanckeman, professeur de littérature
française contemporaine à l’Université Sorbonne Nouvelle- Paris 3.


Est-il possible de parler d'art ? Et qui peut vraiment le faire ? Le mot art inclut en lui-même l'énigme de la création : la fusion entre spirituel et matériel, entre pensée et matière.
Si une œuvre d'art peut être considérée comme une idée qui se transforme, prend corps et devient substance, la question qui se pose alors est comment l'artiste transforme l'invisible en visible. Comment et pourquoi un concept, insaisissable et intangible, devient-il une image qu'on peut contempler, un livre qu'on peut lire ou une mélodie qu'on peut écouter ?
L'artiste est capable de donner forme à l'invisible : il est donc le seul qui pourra trouver les paroles pour décrire l'acte de la création, le chemin parcouru entre l'inspiration intérieure, la technique et le geste final qui donne vie à son œuvre.
Pour ce trimestre, le cycle “La création à l'œuvre” nous conduira à la rencontre de Jean Echenoz, écrivain, de Gérard Garouste, peintre, et Georges Aperghis, compositeur. Trois hommes, trois disciplines mais un seul contexte : l'art. Chacun d'entre eux évoquera son parcours, ses textes de référence, ses sources d'inspiration, et le sens, s'il existe, de son travail.

Jean Échenoz est né à Orange en 1947. Depuis son premier roman, Le Méridien de Greenwich publié en 1979 aux Éditions de Minuit, après les décennies marquées par l'expérimentation formelle, Jean Echenoz promeut dans ses fictions, le retour au récit, le plaisir de la narration, de l'action, de l'intrigue. Nourri des œuvres de Flaubert, de Roussel et de Manchette, il explore les différentes formes du romanesque, en joue avec la plus grande liberté en pratiquant une réécriture des genres populaires, en recourant aux codes du cinéma et en s'inspirant des rythmes du jazz. Dans ses trois derniers romans, Ravel, Courir, Des éclairs, il utilise les éléments biographiques d'êtres réels comme "combustible" romanesque. Le principe permanent de ses récits est l'art du décalage, du décentrage, fondé sur une ironie légère qui impose constamment une distance face au texte.

Son oeuvre aux Editions de Minuit

Le Méridien de Greenwich (1979), Cherokee (1983), L’Équipée malaise (1987),L’Occupation des sols (1988), Lac (1989), Nous Trois (1992), Les Grandes Blondes (1995), Un an (1997), Je m’en vais (1999), Jérôme Lindon (2001), Au piano (2003), Ravel (2006), Courir (2008), Des éclairs (2010).

Service Communication
Serena Nisti
01 44 78 45 41
serena.nisti@bpi.fr

légende image : Jean Echenoz © Hélène Bamberger
Ce communiqué sponsorisé n’engage en rien la rédaction de ActuaLitté.
Il ne relève que de la responsabilité de son auteur.

En savoir plus

Acheter le livre