La Désillusion du monde, Frederico Garcia Lorca (La différence)

Communiqués > Poésie

La différence - 19/06/2012


ISBN : 978-2-7291-1982-9

Prix : 5 € €

Passionné de musique, de romances, et d’imagerie populaire d’Andalousie, musicien lui-même et drama- turge. Manuel de Falla l’admire, Salvador Dalí l’initie au surréalisme. Assassiné au début de la guerre civile espagnole, il laisse une œuvre inachevée, irrationnelle et tragique, savante et simple, incomparablement enchan- teresse. Son obscurité même reste lumineuse. Ce choix de poèmes pris au cœur de l’œuvre reflète ses visions rieuses, sensuelles et somnambules, mais où ne cessent de battre les tambours voilés de la mort. 



Federico García Lorca est né en Andalousie en 1898. Après des études de lettres à Gre- nade, il s’installe à Madrid où il se lie, entre autres, avec Luis Buñuel, Juan Ramón Jimenez, Rafael Alberti et Salvador Dalí. Il publie des pièces de théâtre et des recueils de poèmes, dont le plus connu, le Romancero gitan (1928) obtient un succès considérable. De 1930 à 1935, il consacre beaucoup de temps à sa compagnie théâtrale La Barra- ca. Quand la guerre civile éclate en 1936, il rentre à Grenade où il est fusillé par les franquistes. 



Coches cerrados llegaban

a las orillas de juncos
donde las ondas alisan

romano torso desnudo.

Coches, que el Guadalquivir

tiende en su cristal maduro,

entre láminas de flores

y resonancia de nublos. 



« Des voitures fermées arrivaient

aux rives de joncs
où les ondes lissent
un torse romain dénudé.

Voitures, que le Guadalquivir

dédouble dans son cristal mûr,

entre gravures de fleurs

et résonance de nuages.
Les enfants tissent et chantent

la désillusion du monde,
près des vieilles voitures

perdues dans le nocturne.

Mais Cordoue ne tremble pas

sous le mystère confus,

même si l’ombre élève

l’architecture de la fumée,

un pied de marbre affirme

son chaste éclat desséché.

Des pétales de fer-blanc fin

brodent les gris purs

de la brise dépliée
sur les arcs de triomphe.
Et tandis que le pont souffle

dix rumeurs de Neptune,

des vendeurs de tabac

fuient par le mur éboulé. » 


Traduit de l’espagnol et préfacé par Yves Véquaud Édition bilingue 



Ce communiqué sponsorisé n’engage en rien la rédaction de ActuaLitté.
Il ne relève que de la responsabilité de son auteur.

En savoir plus

La différence

Acheter le livre