Les Vents du Nord, de Brahim Saci

Communiqués > Poésie

Brahim Saci - 11/06/2020


ISBN : 978-2-312-07328-6

Prix : 15 € €

Avancer sur les sentiers salvateurs de l’humanisme

 

Il est des temps incertains qui poussent le poète à s’interroger, sur tout, sur son parcours, sur son vécu, sur l’avenir de l’humanité. Partie de Chine, une petite chose invisible a semé la mort à travers les quatre coins du monde. Pour une fois dans l’histoire de l’humanité, presque tous les pays du monde ont obligé leurs populations à rester chez elles, confinées. Le temps que la situation s’arrange, un peu.


Le Covid-19 est l’un des thèmes de ce cinquième livre de poésie de Brahim Saci, Les Vents du Nord, publié aux éditions du Net. Le poète décrit son malaise face à cette mystérieuse maladie en s’insurgeant contre toutes ces défaillances de la société humaine d’aujourd’hui et d’hier en espérant une société meilleure à l’avenir. 

 

Brahim Saci trace dans ses poésies une sorte de programme pour que l’homme se réveille et respecte l’autre, respecte la nature ; il pointe du doigt quelques dérives qui font mal, si mal, depuis déjà de longues années. Cette recherche du gain matériel insensée et interminable, ce manque de spiritualité et d’amour, le monde désincarné de ceux qui ne pensent qu’à l’argent et au profit. Même la science n’échappe plus aux bandits, aux directives des plus puissants. Les Vents du Nord est aussi une quête d’amour absolu et infini.


Dans ses virées parisiennes, en Normandie, en Bretagne ou en Kabylie, le poète se souvient de la femme aimée, il tente de comprendre ce qu’il est difficile de saisir, il fait défiler dans son cerveau les temps heureux de jadis. Dans les estaminets parisiens, le poète rencontre d’autres femmes, belles, mais fuyantes, il apprécie leur beauté, il leur rend hommage, mais il n’arrive pas à oublier la musicienne, la fille aux cheveux d’or qui lui rend encore visite dans ses rêves. Il faut pourtant accepter notre condition de mortels, il faut pourtant accepter ce temps qui s’en va et qui emporte avec lui le merveilleux. 

 

Restent les mots du poète que des générations et des générations liront et, parfois, s’y retrouveront, s’y sentiront concernés et éprouveront des sensations similaires. En s’interrogeant, le poète nous donne les clés pour entreprendre de multiples quêtes ; il ne nous garantit rien du tout, mais il nous incite à voir la lumière du jour, la lumière du cosmos qui vient de si loin pour nous éveiller, pour nous bercer. Brahim Saci lui aussi s’inscrit dans cette démarche.


Il y a dans Les Vents du Nord un espoir généré par l’expérience de la vie du poète qui ne veut plus perdre son temps dans des futilités. La poésie nous fait comprendre l’importance de notre existence, l’importance de toutes les luttes que nous avons menées pour arriver à une certaine forme de sagesse, à cette belle expérience de l’humilité et de la modestie. Cette expérience est précieuse pour tous ceux qui veulent avancer sur les sentiers de l’harmonie et de l’humanisme salvateur. 

 

Youcef  Zirem


Ce communiqué sponsorisé n’engage en rien la rédaction de ActuaLitté.
Il ne relève que de la responsabilité de son auteur.