A coeur perdu, Léa Golder

Communiqués > Roman

Léa Golder - 07/01/2015


ISBN : 978-2-312-03197-2

Prix : 15 € papier / 10,50 PDF-EPUB €

Ce livre aurait dû s’intituler Clinamen, phénomène physique indéterminé et aléatoire, permettant à deux atomes tombant parallèlement dans le vide de croiser leurs trajectoires. Le clinamen est une déviation spontanée des atomes, permettant d’expliquer l’existence des corps et la liberté humaine dans un cadre matérialiste.

1er atome : Chloé, famille bourgeoise, destin tracé, réussite sans mérite. En quête frénétique de tragédie :

« MAIS VOUS NE COMPRENEZ DONC PAS ? ? ? JE HAIS LE SEXE.

Je ne le cherche pas, je n’y vois jamais qu’une obligation, qu’un cérémonial crasseux, poisseux, gluant et bestial.

Pourquoi faut-il toujours en arriver là ? M’estimant trop cruelle de ne pas vouloir vous apporter satisfaction, vous savez faire preuve de persuasion… usant de votre meilleure arme : la culpabilisation.

HOMMES, VOUS ETES FAIBLES. Votre pire faiblesse est la femme.

FEMME, TU ES FAIBLE. Ta pire faiblesse est toi-même…

Mes amants, j’aimerais tant que vous sachiez écouter votre faiblesse, que vous captiez mes SOS de détresse face à votre empressement. Si je vous freine et vous repousse, ce n’est pas par méchanceté gratuite ou par fausse pudeur. C’est que vous m’avez déjà suffisamment déçue. Déçue de constater que vous ne savez pas donner gratuitement de la tendresse, que vos mains caressantes et vos baisers langoureux n’ont qu’une motivation : l’érection. Que vos belles paroles et supplications n’ont qu’un objectif : l’éjaculation.

(…) Si vous saviez le nombre de fois où je me suis donnée à vous pour les mauvaises raisons. Tout simplement parce que vous me faites pitié, parce que céder est le seul moyen qu’il me reste pour vous rendre votre dignité. Car votre attitude est honteuse dans ces moments-là, des enfants gâtés qui pleurent et crient de ne pouvoir posséder ce jouet. Des gamins soi-disant inoffensifs qui vous supplient de leur regard humide et de leur moue boudeuse. (…) Puis des mâles auto - satisfaits et vaniteux, fiers de leurs prouesses lamentables. Des hypocrites envers eux-mêmes qui se persuadent que le plaisir égoïste qu’ils ont arraché est forcément partagé. Qui s’imaginent que je disais non par principe, et que je cédais finalement par envie… (…) Ce qui vous importe à travers mon plaisir, c’est uniquement votre fierté. »

 

 

2nd atome : Léo. Mêmes origines, même destin, même quête :

« Vous affirmez avec indignation que les hommes sont universellement des obsédés sexuels en puissance, vous approchez de la vérité. Unique nuance : VOUS êtes responsables de votre « malheur », à trop convoiter qu’on vous convoite, vous envoyez des signes de séduction que nous sommes forcés d’interpréter comme du désir sexuel. Arrivées au moment où vous ne pouvez plus faire machine arrière, à savoir nues sur un divan, vous vous donnez à contrecœur, votre velléité  de vérifier votre sex-appeal étant satisfaite un peu trop tard. Le hic : ayant assouvi mon envie de baiser (et non pas VOUS baiser notez la nuance) que VOUS avez provoqué, vous ne m’apparaissez plus désirable pour un sou. Il ne fallait pas jouer de ma faiblesse naturelle car phallique et prendre pour argent comptant le sacrifice que vous faites en vous donnant. Car vous vous donnez, et vous savez que ce cadeau est mérité quand vous avez su user de tous vos appâts.

C’est bien VOUS qui m’allumez pour VOTRE amour-propre, me menant au besoin imminent de me libérer de ces pulsions en y cédant. Pour une fois, apprenez à ne plus me prendre pour cobaye de vos dons de séduction, et prenez plaisir à enfin avoir envie de moi, plutôt que d’avoir envie de me donner envie, dans le but narcissique de rassurer votre ego. »

 

Jusqu’au jour le clinamen opère…


Ce communiqué sponsorisé n’engage en rien la rédaction de ActuaLitté.
Il ne relève que de la responsabilité de son auteur.

En savoir plus