J'ai bien connu ta mère, de Claude-Sophie Gibrat

Communiqués > Roman

Claude-Sophie Gibrat - 07/01/2015


ISBN : 978-2-312-01737-2

Prix : 13 € / 9,10 € PDF-EPUB €

Après la mort de sa mère, Camille met cinq ans avant de pouvoir ouvrir les cahiers d'écriture qu'elle a laissés. Trop de peine, trop de difficulté à l'exprimer. Le deuil ne se fait pas...
Lorsqu'elle les ouvre enfin, elle découvre que sa mère, encore toute jeune, a vécu un amour dévorant qui s’est soldé par un échec douloureux.
 

 

Camille, qui a toujours vu sa mère écrire, comprend à quel point l’écriture a été vitale pour dépasser cet échec.

« Je sais maintenant que l'écriture m'a sauvée de quelque chose qui s'apparentait, je pense, à de la folie. Longtemps, j'ai cru que l'écriture me libérait mais elle ne me libérait pas, elle me donnait vie."


Camille décide de retrouver l’amour de jeunesse de sa mère, seulement désigné par l'initiale "R" dans ses carnets. Elle doit alors se replonger dans les années de la deuxième guerre mondiale.

 

Ce roman alterne des extraits des carnets de sa mère et l'enquête que Camille entreprend, à un moment où son père est encore en vie et où elle doit lutter contre sa culpabilité envers lui, d'autant que leurs relations se sont dégradées suite au décès de sa mère.
"En perdant ma mère, j'ai aussi perdu mon père, du moins celui que je connaissais ou que je croyais connaître".

 

Il met en écho l’écriture d’une mère et celle de sa fille, l’écriture comme moyen de dépasser le deuil, de se libérer d'une peine trop grande, de retrouver le goût de la vie ?
L’écriture comme fil rouge de deux vies ?

« N’est-on pas toujours un peu sa mère ? »



Claude-Sophie Gibrat est artiste peintre. Elle vit à Marseille.


Ce communiqué sponsorisé n’engage en rien la rédaction de ActuaLitté.
Il ne relève que de la responsabilité de son auteur.