Double peine : les prisonniers condamnés à un accès limité aux livres 

La rédaction - 29.07.2020

 

L’accès à la littérature ou à la documentation dans les établissements pénitentiaires s’avère difficile. Outre la censure de nombreux titres dans les bibliothèques des prisons, les détenus se voient également souvent interdire de recevoir des livres, sous prétexte que ces expéditions alimentent le trafic de drogue ou la livraison d’armes.

Et si le format numérique pouvait alors se positionner comme une solution, nombreuses sont les prisons qui ont décidé de faire payer la lecture des ebooks ou les livres audio. Des titres lourdement facturés qu’il est presque impossible d’acquérir pour les détenus.

Le droit des prisonniers à la lecture se retrouve ainsi régulièrement bafoué, alors même qu’il s’agit d’une pratique souvent considérée comme essentielle pour la réinsertion postcarcérale. Propice à raviver l’imaginaire et la réflexion, le livre représente à la fois un moyen de s’évader, tout en gardant un lien avec le monde. Une sorte de bouée de sauvetage, derrière les barreaux. « Toutes les privations de la vie moderne en prison sont atroces... mais elles ne sont rien comparé à privation totale de littérature » écrivait Oscar Wilde, lors de son séjour à la prison de Reading, près de Londres.

Face à l’accès limité aux livres dans les centres pénitentiaires, l’interprofession se mobilise régulièrement à travers la planète pour offrir de la lecture. Des initiatives comme « Aux oubliées » ont ainsi vu le jour. Cette opération de solidarité consiste à récolter des ouvrages auprès de lecteurs, avant de les envoyer, dédicacés par leur soin, à des centres pénitentiaires français accueillant des femmes. Des associations comme l’Appalachian Prison Book Project offrent également des livres aux détenus et luttent pour faciliter l’accès aux ouvrages dans les prisons.
 
Photographie : pixabay license


 

Amazon oblitère toute la bibliothèque ebook d'une cliente

Ce n'est pas la première fois qu'Amazon s'immisce dans la bibliothèque de l'un de ses clients. Mais la dernière fois que la presse en a parlé, c'était pour annoncer que toutes les personnes ayant téléchargé une version de 1984, manifestement contrefaite, s'étaient retrouvées dépossédées littéralement du livre numérique. En fait, Amazon avait fouillé dans les Kindle où se trouvait la version fautive, et supprimée, sans autre forme de procès.          Ici, c'est Martin Bekkelund, qui sur son blog fait état de la mésaventure d'une certaine Linn, qui a vu sa...

Libreka! et Numilog développent leurs catalogues d'ebooks

Selon un communiqué de presse, le diffuseur de livres numériques français, Numilog, s'associe en Allemagne avec la plateforme de distribution de MVB (Marketing und Verlagsservice des Buchhandels GmbH's). Dans le cadre de leurs activités de distribution numérique, les associés pourront échanger leurs catalogues respectifs et accroître considérablement les offres de leurs points de vente partenaire.         Voilà maintenant quelques mois que la société Numilog a retrouvé son indépendance, revendue par le groupe Hachette Livre à son propriétaire originel, Denis...

La jouissance, ou comment Nicolas et Pauline vont finir au lit

À l'instar de Milan Kundera (ou en son hommage ?), le titre du dernier roman de Florian Zeller sonne comme un prélude à une grande symphonie. Naturellement, il s'ouvre donc avec ce premier chapitre « L'Ode à la joie », de Beethoven, que l'auteur admire, pour sa vaillance, sa force puisée dans la joie, envers et contre tout.   À ce premier écho, s'ajoute cette revendication commune à l'écrivain tchéco-français, celle du roman expérimental, qui combine fiction et essai, expérience et imagination. Florian Zeller, tout comme Kundera, cultive l'art de la digression,...

20 ans ferme : derrière les barreaux, l'humain

Milan est condamné à 20 ans de réclusion criminelle en 1985 : son parcours carcéral sera, pendant dix ans, balisé par les luttes, les grèves et les actes de résistance. En effet, Milan a beau avoir été déclaré coupable par la société, il n'en a pas moins gardé sa dignité. Pas question pour lui de subir les humiliations permanentes, les décisions arbitraires et les dénis de droit que lui imposent ses geôliers. Dans un monde où les gardiens et la direction font la seule loi qui tienne, Milan va unir les forces des prisonniers, résister à tout prix, pour faire...

Shakespeare à l'ombre, ou l'importance de la littérature en prison

Le désormais célèbre ouvrage contenant l'intégralité des œuvres de William Shakespeare, compagnon de cellule de Nelson Mandela (voir notre actualitté) et des prisonniers de Robben Island, refait surface par le biais de l'universitaire Ashwin Desai.   Ashwin Desai témoigne du rôle de la littérature en prison   L'ouvrage des œuvres complètes de William Shakespeare continue à faire parler de lui, puisqu'il vient d'inspirer l'universitaire sud-africain Ashwin Desai à la rédaction et à la publication d'un ouvrage sur le pouvoir et l'utilisation de la littérature...

Lire en prison : réduction de peine et réinsertion

Détention moins longue et meilleure sortie par la lecture. C'est le pari pris par les pouvoirs publics brésiliens pour désengorger les prisons fédérales. Intitulé « Rédemption par la lecture », le programme fait appel à l'évasion par le texte pour une sortie par la grande porte barbelée.   Pour chaque livre lu, les détenus sélectionnés pourront obtenir une réduction de peine de quatre jours. Seule limite, cette réinsertion par le livre sera limitée à 12 volumes par an soit 48 jours pour chaque année de détention.     Dans une politique éducative et de...

PPDA faussement soutenu par François Korber auprès des académiciens

Le 26 avril dernier, Patrick Poivre d'Arvor a été recalé dans le cadre de sa candidature à l'Académie française. Et nos confrères du Canard Enchaîné rapportent que, peu avant le jour du scrutin, les académiciens avaient reçu une lettre fictive qui se donnait pour objet de prendre la défense de l'ancien présentateur du 20H00 de TF1.   Et certains auraient fait une lecture au pied de la lettre du texte alors qu'en fait il s'agissait d'une plaisanterie signée par François Korber. Ce dernier, qui avait explicitement apposé son nom au bas de la missive, affectait de prendre...

La mort annoncée du livre est surfaite - autant que le sujet

Ah, la mort du livre... le genre de titres que l'on trouverait facilement dans des quotidiens de droite comme de gauche en manque d'inspiration et de connaissance sur le sujet du numérique... Et qui forcément, contraint les politiques à dire des bêtises grosses comme leur mandat. La dernière ânerie en date provient d'Australie, alors que deux prix littéraires, les Prime Minister's Literary Awards, ont été remis. Stephen Daisley, publié pour la première fois à 56 ans, vient de recevoir quelque 80.000 $ AU pour son ouvrage, Traitor. L'histoire d'un soldat néo-zélandais et...