Double peine : les prisonniers condamnés à un accès limité aux livres 

La rédaction - 29.07.2020

 

L’accès à la littérature ou à la documentation dans les établissements pénitentiaires s’avère difficile. Outre la censure de nombreux titres dans les bibliothèques des prisons, les détenus se voient également souvent interdire de recevoir des livres, sous prétexte que ces expéditions alimentent le trafic de drogue ou la livraison d’armes.

Et si le format numérique pouvait alors se positionner comme une solution, nombreuses sont les prisons qui ont décidé de faire payer la lecture des ebooks ou les livres audio. Des titres lourdement facturés qu’il est presque impossible d’acquérir pour les détenus.

Le droit des prisonniers à la lecture se retrouve ainsi régulièrement bafoué, alors même qu’il s’agit d’une pratique souvent considérée comme essentielle pour la réinsertion postcarcérale. Propice à raviver l’imaginaire et la réflexion, le livre représente à la fois un moyen de s’évader, tout en gardant un lien avec le monde. Une sorte de bouée de sauvetage, derrière les barreaux. « Toutes les privations de la vie moderne en prison sont atroces... mais elles ne sont rien comparé à privation totale de littérature » écrivait Oscar Wilde, lors de son séjour à la prison de Reading, près de Londres.

Face à l’accès limité aux livres dans les centres pénitentiaires, l’interprofession se mobilise régulièrement à travers la planète pour offrir de la lecture. Des initiatives comme « Aux oubliées » ont ainsi vu le jour. Cette opération de solidarité consiste à récolter des ouvrages auprès de lecteurs, avant de les envoyer, dédicacés par leur soin, à des centres pénitentiaires français accueillant des femmes. Des associations comme l’Appalachian Prison Book Project offrent également des livres aux détenus et luttent pour faciliter l’accès aux ouvrages dans les prisons.
 
Photographie : pixabay license


 

Brésil : remise de peine pour bonnes lectures, en prison

La législation brésilienne semble se montrer sensible à l'activité que les détenus pourraient avoir durant leur incarcération. Et plus particulièrement à la lecture de livres, derrière les barreaux. En effet, une nouvelle législation, publiée aujourd'hui au journal officiel, explique que les prisonniers recevront une remise de peine de une journée sur l'ensemble de leur durée de détention, pour chaque 12 heures passées dans la salle de classe. Une décision étonnante, et d'autant plus qu'elle s'applique à tous les prisonniers, quel que soit le crime pour lequel ils...

Les Ensablés : Survivre en littérature, mode d'emploi d'Hervé Bel

Hervé Bel a publié son premier roman l'an passé aux Editions Lattès, La nuit du Vojd. Aujourd'hui, travaillant à son prochain livre, il nous raconte l'autre pan de son activité : les Ensablés.     ActuaLitté : Pouvez-vous nous présenter vos Ensablés ? Hervé Bel : Les ensablés, c'est l'image de monuments anciens enfouis sous le sable, intacts, que des archéologues découvrent, émerveillés. Sauf qu'ici il s'agit d'écrivains dont on ne parle plus pour de multiples raisons, des raisons injustes. Attention, un auteur oublié n'est pas forcément un ensablé....

Les prisonniers d'Édimbourg récompensés pour leur bibliothèque

À Édimbourg, on n'est pas peu fier de J.K.Rowling. Mais un nouveau motif de fierté vient de surgir : la bibliothèque de la prison, construite par les prisonniers, et qui vient de remporter cette année le Libraries Change Lives Award. Jacqueline Clinton, directrice de l'établissement, voit elle-même le changement préconisé par Victor Hugo, ouvrir une école pour fermer une prison... Et les prisonniers, hier, piétinaient d'impatience de recevoir leur prix. Dans une aile rénovée de l'établissement, la bibliothèque s'est construite progressivement, avec quelques rares...

Censure : Neruda et Gide interdits de prison au Texas

Non mais de quoi ça s'agit ? Depuis 2005, le romancier John Grisham a vu quatre de ses best-sellers bannis, et des ouvrages de Harold Robbins, James Patterson, Pat Conroy ou des Nobel Pablo Neruda et André Gide ont connu le même sort. Attendez, ce n'est pas fini, la liste s'allonge : des lauréats du National Book Award, tels que Pete Dexter, Joyce Carol Oates, Annie Proulx et William T. Vollmann, ou encore des finalistes comme Katherine Dunn et Barry Hannah, sont également sur la liste noire du Texas. Quant aux prix Pulitzer Alice Walker, Robert Penn Warren et John Updike, ils...

Trafic de trombones, de drogue et de CD en prison

On avait connu le livre dans lequel on place des explosifs pour faire exploser une mosquée à Bagdad ; on avait aussi connu le blanchiment d'argent de la drogue avec l'achat de BD rares ; dernièrement, c'était le transfert de drogue en prison par le biais de dictionnaires... Restons donc dans le sujet... Un programme destiné à apporter des livres aux détenus de l'établissement pénitencier de Charlottesville en Virginie a été stoppé après plus de 20 ans d'activité. Les risques pour la sécurité grandissaient à l'aune des ouvrages apportés aux prisonniers et de la...

Potter à Guantánamo : George Bush ressemble à Voldemort

Les bibliothèques en établissements pénitentiaires peuvent offrir une alternative aux détenus, autant qu'un moyen d'évasion. Et à Guantánamo Bay, le bibliothécaire vient d'expliquer qu'au cours des trois dernières années, le nombre de livres a triplé, avec plus de 13.500 ouvrages aujourd'hui. Des livres en 16 langues, dont l'anglais, l'arabe, l'ourdou et plusieurs autres langues centrales d'Asie. Harry Potter aura été cette année le plus emprunté de tous, devant le Don Quichotte de Cervantès, et Dreams from My Father, de Barack Obama. Contrairement à un préjugé...

Des bibliothèques en prison, c'est légal, pas dans les écoles ?

Philip Pullman, Francesca Simon, Michael Rosen (celui qui estimait que l'école faisait perdre le goût de la lecture), ainsi que le secrétaire général du National Union Teaches, Christine Blower ou encore Dave Prentis, d'Unison... voilà du beau monde sensible au sort des bibliothèques scolaires en Angleterre et qui a signé une pétition pour leur sauvegarde. Car, ce n'est pas neuf, elles sont menacées. Alors que les prisonniers disposent d'un droit légal à une bibliothèque, les élèves n'en ont pas et ces personnes estiment qu'il s'agit d'une carence grave. « Nous soutenons...