Double peine : les prisonniers condamnés à un accès limité aux livres 

La rédaction - 29.07.2020

 

L’accès à la littérature ou à la documentation dans les établissements pénitentiaires s’avère difficile. Outre la censure de nombreux titres dans les bibliothèques des prisons, les détenus se voient également souvent interdire de recevoir des livres, sous prétexte que ces expéditions alimentent le trafic de drogue ou la livraison d’armes.

Et si le format numérique pouvait alors se positionner comme une solution, nombreuses sont les prisons qui ont décidé de faire payer la lecture des ebooks ou les livres audio. Des titres lourdement facturés qu’il est presque impossible d’acquérir pour les détenus.

Le droit des prisonniers à la lecture se retrouve ainsi régulièrement bafoué, alors même qu’il s’agit d’une pratique souvent considérée comme essentielle pour la réinsertion postcarcérale. Propice à raviver l’imaginaire et la réflexion, le livre représente à la fois un moyen de s’évader, tout en gardant un lien avec le monde. Une sorte de bouée de sauvetage, derrière les barreaux. « Toutes les privations de la vie moderne en prison sont atroces... mais elles ne sont rien comparé à privation totale de littérature » écrivait Oscar Wilde, lors de son séjour à la prison de Reading, près de Londres.

Face à l’accès limité aux livres dans les centres pénitentiaires, l’interprofession se mobilise régulièrement à travers la planète pour offrir de la lecture. Des initiatives comme « Aux oubliées » ont ainsi vu le jour. Cette opération de solidarité consiste à récolter des ouvrages auprès de lecteurs, avant de les envoyer, dédicacés par leur soin, à des centres pénitentiaires français accueillant des femmes. Des associations comme l’Appalachian Prison Book Project offrent également des livres aux détenus et luttent pour faciliter l’accès aux ouvrages dans les prisons.
 
Photographie : pixabay license


 

Près de 20.000 ouvrages censurés dans les prisons en Floride

Le premier amendement de la Constitution des États-Unis protège la liberté d’expression, la liberté de religion, et la liberté de la presse. Pourtant dans les prisons de Floride, beaucoup d’ouvrages sont censurés, par le Département de l’administration pénitentiaire. Trop ? À ce jour, près de 20.000 titres sont interdits aux détenus.    Ichigo121212 de Pixabay  L’avocat Reggie Garcia, l’auteur de How To Leave Prison Early : Florida Clemency, Parole and Work Release a fait les frais de cette censure. Son titre vise à apporter une aide juridique aux...

Les 9 romans parfaits pour un été de lectures

Si l’expression « roman de gare » a longtemps désigné une littérature commerciale et de moindres qualités, même les plus snobs sont obligés d’admettre que cette littérature est la plus largement consommée, notamment en été. Qu’on l’achète en attendant le train ou qu’on la dévore sur la plage, cette littérature trop longtemps méprisée est pleine de surprise et de sincérité. Voici donc les 5 meilleurs de votre été.   Que faire des cons ?, de Maxime Rovere Cet essai au titre volontairement provocateur — tout de même habilement...

Irlande du Nord : la politique sur les livres paramilitaires en prison s'assouplit

Les prisonniers d’Irlande du Nord n’ont peut-être pas même entendu parler de la mesure, mais l’apprécieront très prochainement. Les services pénitentiaires du pays ont réévalué les interdictions de lecture jusqu’à présent en vigueur. Désormais, les critères sont plus strictement définis, mais surtout plus ouverts. ABN2, CC BY 2.0   Ronnie Armour, directeur général du service pénitentiaire du territoire est limpide : désormais, les seuls ouvrages autorisés à entrer dans les prisons ne devront pas contenir le moindre élément soutenant ou promouvant le...

États-Unis : l'État de l'Ohio interdit l'envoi de livres d'occasion en prison

On pensait que les prisonniers américains auraient enfin le droit de lire en paix. Mais c'était sans compter sur l'État de l'Ohio qui, malgré l'échec récent de l'État de Washington, récidive avec une nouvelle politique concernant l'envoi des ouvrages aux incarcérés. Et, bien évidemment, l'organisation à but non lucratif Books to Prisoners est en première ligne pour affronter de nouveau l'administration, afin de garantir un accès facilité à la culture pour les détenus.   babawawa - pixabay license   L'information est partie de Redbird Books, une...

La Bibliothèque parlante donne vie au texte à la BnF

Du 24 au 26 mai, la BnF ouvrira ses portes pour accueillir le festival La Bibliothèque parlante, un week-end de lectures, performances et spectacles. C’est l’occasion de célébrer le livre à voix haute, de mettre à l’honneur de livre lu et déclamé.     Plusieurs auteurs seront présents à la manifestation : Anna Gavalda, Marie-Hélène Lafon, Frédéric Boyer, Adonis. À leurs côtés, des acteurs, comédiens et professionnels du monde du spectacle seront invités pour donner la parole aux livres (Sandrine Bonnaire, Laurent Stocker, Nathalie Dessay pour ne citer...

Washington : les prisonniers pourront à nouveau recevoir des livres

La décision politique interdisant d'envoyer des livres via des associations à but non lucratif a finalement été levée le mercredi 10 avril 2019. L'association Books To Prisoners et le gouverneur de l'État de Washington Jay Inslee ont réussi à faire pression sur les autorités pénitentiaires de l'État de Washington, aux États-Unis.  Photo d'illustration : Ichigo121212 - Pixabay License) Des déclarations erronées Souvenez-vous, le Département de l'administration pénitentiaire de l'État de Washington avait discrètement publié de nouvelles règles visant à...

Washington : les prisonniers américains désormais privés de lecture

C'est en toute discrétion que le Département de l'administration pénitentiaire de l'État de Washington (États-Unis) a adopté une nouvelle politique en mars 2019, visant à interdire le don de livres à des prisonniers via des organisations à but non lucratif. N'ayant pas été mise au courant, l'association Books to Prisoners, qui distribue des livres aux prisonniers depuis le début des années 1970, se dit « prêt à combattre » cette décision. Le Département assure pourtant avoir mis en ligne un communiqué sur leur site à ce propos. (Photo d'illustration...

Selon cette étude, les jeunes Britanniques lisent de moins en moins

La National Literacy Trust (NLT) a récemment publié une étude portant sur les jeunes Britanniques et leurs rapports aux livres et à la lecture. Les données révèlent que le nombre d'enfants qui lisent tous les jours et notamment ceux qui lisent pour le plaisir est en nette diminution. (photo d'illustration - Richard Leeming CC BY SA 2.0)   C'est dans le cadre de la Journée mondiale du livre (WBD), qui se tiendra le 7 mars prochain, que le National Literacy Trust (NLT) a publié son étude. Selon les données tirées de cette neuvième enquête annuelle de la NLT sur...