Double peine : les prisonniers condamnés à un accès limité aux livres 

La rédaction - 29.07.2020

 

L’accès à la littérature ou à la documentation dans les établissements pénitentiaires s’avère difficile. Outre la censure de nombreux titres dans les bibliothèques des prisons, les détenus se voient également souvent interdire de recevoir des livres, sous prétexte que ces expéditions alimentent le trafic de drogue ou la livraison d’armes.

Et si le format numérique pouvait alors se positionner comme une solution, nombreuses sont les prisons qui ont décidé de faire payer la lecture des ebooks ou les livres audio. Des titres lourdement facturés qu’il est presque impossible d’acquérir pour les détenus.

Le droit des prisonniers à la lecture se retrouve ainsi régulièrement bafoué, alors même qu’il s’agit d’une pratique souvent considérée comme essentielle pour la réinsertion postcarcérale. Propice à raviver l’imaginaire et la réflexion, le livre représente à la fois un moyen de s’évader, tout en gardant un lien avec le monde. Une sorte de bouée de sauvetage, derrière les barreaux. « Toutes les privations de la vie moderne en prison sont atroces... mais elles ne sont rien comparé à privation totale de littérature » écrivait Oscar Wilde, lors de son séjour à la prison de Reading, près de Londres.

Face à l’accès limité aux livres dans les centres pénitentiaires, l’interprofession se mobilise régulièrement à travers la planète pour offrir de la lecture. Des initiatives comme « Aux oubliées » ont ainsi vu le jour. Cette opération de solidarité consiste à récolter des ouvrages auprès de lecteurs, avant de les envoyer, dédicacés par leur soin, à des centres pénitentiaires français accueillant des femmes. Des associations comme l’Appalachian Prison Book Project offrent également des livres aux détenus et luttent pour faciliter l’accès aux ouvrages dans les prisons.
 
Photographie : pixabay license


 

Hors Cadre : action culturelle en milieu pénitentiaire

Depuis 1997, Hors Cadre met en œuvre des projets de diffusion et de médiation, là où la présence de la culture ne va pas de soi. D’abord intervenant dans le domaine de l’éducation à l’image, l’association s’est intéressée à la place du livre dans les établissements pénitentiaires en affirmant un droit fondamental pour chaque détenu : le droit à la culture, et donc le droit à la lecture. Mais comment créer les conditions d’accès au livre dans ces lieux de privation de liberté ? Éléments de réponse avec Nicolas Huguenin, directeur de Hors Cadre, et...

Les prisonniers s'évadent et retrouvent leurs proches, grâce à la lecture

Pas facile de maintenir le lien avec sa famille lorsqu'on est en prison. Pour aider les incarcérés à communiquer plus facilement avec leurs proches, certains systèmes sont mis en place avec plus ou moins d'efficacité. L'un d'entre eux est un service de lecture numérique, appelé JPlay. babawawa - Pixabay (CC0)   C'est l'entreprise GlobalTel, spécialisée dans la technologie de communication en prison, qui lance ce nouveau projet. Ce dernier devrait aider les prisonniers et leurs familles à partager de nouvelles expériences, même en étant séparés. Le PDG de...

Lire en prison : reconnaître un “droit à la lecture” pour chaque personne détenue

Faire entrer le livre et la lecture en prison, par le développement d’un véritable service public de bibliothèque à l’intérieur des murs, stimuler le désir d’écriture chez les détenus par l’intervention d’auteurs. Cela implique également des ateliers d’écriture. Tout ce qui peut devenir salutaire, voire indispensable pour assurer un vecteur d’insertion. my_southborough, CC BY ND 2.0   Chargé du développement culturel à la direction de l’administration pénitentiaire, de 1990 à 2000, puis conseiller livre et lecture à la direction régionale de...

T411, outil pour auteurs : “Pas de bruit autour de votre livre ? Il meurt, asphyxié”

Quand des sites de partage/piratage ferment, les cris de désespoir et les hochements de tête satisfaits se mêlent. Perte d’accès à la culture pour les uns, manque à gagner pour les autres. Pour moi, c’est la fermeture d’un de ces comptoirs qui m’offraient gratuitement ce que Facebook et Google me font payer 50 euros par jour pour la même denrée : de la visibilité.   par Kane Banway nrkbeta, CC BY SA 2.0   Avant de me faire lyncher immédiatement par des confrères : non, je ne parle pas au nom d’un grand nombre. Pour une raison simple : je ne...

« Debout ! », le Livre à Metz dresse ses 30 bougies

« Debout ! », mot d’ordre du Livre à Metz, a rassemblé 35.000 visiteurs du 6 au 9 avril. Cette 30e édition du festival lorrain dédié à la littérature et au journalisme a été traversée,  à trois semaines des élections, par les grandes questions contemporaines sur l’identité, l’accueil, la résistance ou encore la lutte contre l’obscurantisme, témoignant de la volonté du public de comprendre le monde tel qu’il ne va pas et réaffirmant, contre le désenchantement, le pouvoir de l’écrit.   "La punition la plus sévère est d'être commandé par...

Faire entrer la lecture en prison pour tourner la page

Pour soutenir l’accès au livre dans les prisons, l’association Lire pour s’en sortir cherche à faire entrer la lecture dans ces lieux pour aider les prisonniers à tourner la page. Une opération spéciale est conduite dans la prison pour femmes de Versailles. L’idée était au départ de reprendre l’initiative brésilienne qui consistait à accorder des remises de peine aux condamnés engagés dans des activités culturelles.     De son côté, l’association Lire pour s’en sortir est déjà présente au sein de neuf prisons françaises. Le partenariat avec...

Anthony Marx, directeur de la New York Public Library : s'engager pour le public

ENTRETIEN – Directeur général de la New York Public Library, Anthony Marx sera présent à Paris, dans le cadre du Tandem Paris-New York. En amont de cette rencontre, il répond à ActuaLitté : lecture, accessibilité, numérisation, prison et prêt numérique, autant de sujets cruciaux pour l'établissement.   Catherine Cronin, CC BY SA 2.0     ActuaLitté : Après la crise économique, les financements des bibliothèques ont été menacés par des compressions budgétaires. Comment la NYPL fait face à cette situation ?   Anthony Marx : Les...

Dans les prisons du Texas, on censure Salman Rushdie, pas Mein Kampf

Les prisonniers du Texas n’en reviennent pas : qu’on les prive d’accès à certains livres, passe encore. Mais que la lecture de Mein Kampf et autres soit acceptée au détriment de romans, semble-t-il plus tolérables, là, on s’interroge...   Henry Agnäs, CC BY 2.0     « C’est comme de vivre à l’Âge des Ténèbres », explique Dan Slater au Guardian. L’auteur de Wolf Boys compte parmi les auteurs censurés dans ces prisons texanes, en dépit de tout bon sens. En découvrant cette censure, il a décidé de s’intéresser aux politiques...