Double peine : les prisonniers condamnés à un accès limité aux livres 

La rédaction - 29.07.2020

 

L’accès à la littérature ou à la documentation dans les établissements pénitentiaires s’avère difficile. Outre la censure de nombreux titres dans les bibliothèques des prisons, les détenus se voient également souvent interdire de recevoir des livres, sous prétexte que ces expéditions alimentent le trafic de drogue ou la livraison d’armes.

Et si le format numérique pouvait alors se positionner comme une solution, nombreuses sont les prisons qui ont décidé de faire payer la lecture des ebooks ou les livres audio. Des titres lourdement facturés qu’il est presque impossible d’acquérir pour les détenus.

Le droit des prisonniers à la lecture se retrouve ainsi régulièrement bafoué, alors même qu’il s’agit d’une pratique souvent considérée comme essentielle pour la réinsertion postcarcérale. Propice à raviver l’imaginaire et la réflexion, le livre représente à la fois un moyen de s’évader, tout en gardant un lien avec le monde. Une sorte de bouée de sauvetage, derrière les barreaux. « Toutes les privations de la vie moderne en prison sont atroces... mais elles ne sont rien comparé à privation totale de littérature » écrivait Oscar Wilde, lors de son séjour à la prison de Reading, près de Londres.

Face à l’accès limité aux livres dans les centres pénitentiaires, l’interprofession se mobilise régulièrement à travers la planète pour offrir de la lecture. Des initiatives comme « Aux oubliées » ont ainsi vu le jour. Cette opération de solidarité consiste à récolter des ouvrages auprès de lecteurs, avant de les envoyer, dédicacés par leur soin, à des centres pénitentiaires français accueillant des femmes. Des associations comme l’Appalachian Prison Book Project offrent également des livres aux détenus et luttent pour faciliter l’accès aux ouvrages dans les prisons.
 
Photographie : pixabay license


 

Encourager les DRM favorise le monopole : double peine pour Hachette

Ayant officiellement reconnu que l'éditeur et lui étaient en conflit, Jeff Bezos a mandaté ses équipes pour qu'elles diffusent un message de paix et d'amour. On peut notamment y découvrir une invitation à aller acheter chez d'autres vendeurs de livres les titres du groupe Hachette US, puisqu'ils ne peuvent plus être proposés dans les meilleures conditions chez Amazon. Une clémence, une abnégation rarement constatées.      Mike_fleming CC BY 2.0, sur Flickr     Hachette Book Group a confirmé que 5000 titres étaient concernés par la sanction d'Amazon : pas de...

Prison : la Grande-Bretagne interdit les livres, la France fait pire

L'Europe est une étrange contrée. Il y a quelques jours, le Vieux Continent s'émeut en apprenant qu'un condamné à mort a été torturé pendant 45 minutes dans l'Oklahoma, suite à une injection léthale ratée. Pour autant, Grande-Bretagne et France, pays des Lumières s'il en est, ne devraient pas se sentir légitimes pour donner des leçons, au regard de conditions de détention qui interdisent jusqu'à la lecture.   Cellule suroccupée d'une maison d'arrêt, photo extraite du rapport d'activités 2013 du Contrôleur Général des Lieux de Privation de...

L'importance d'être lecteur (en prison) selon Wilde

La lecture pour les prisonniers a encore de la valeur au Royaume-Uni : une édition de l'Importance d'être constant dédicacée de la main d'Oscar Wilde à l'intention du chef de la prison sera vendue aux enchères le 18 juin par la société Bonham. D'après The Guardian, l'auteur y rendait hommage au directeur pour l' «immense et noble bonté » dont il avait fait preuve en lui permettant de posséder de quoi lire et écrire dans sa cellule…          Comme on peut le deviner, la prison fut un revers énorme la vie de l'auteur : incarcéré en 1895, il sort en...

Italie : Quand les livres font sortir plus rapidement de prison

Le Conseil régional de Calabre a reçu le 5 mai dernier le projet de loi du conseiller pour la Culture, Mario Caligiuri. Ce dernier porte sur l'accès à la lecture dans les prisons, et la réhabilitation des prisonniers. Selon l'élu, « la lecture est un antidote extraordinaire à la détresse et favorise la sensibilisation et la rédemption personnelle et sociale ». Ce programme s'inscrit dans le cadre d'une volonté politique d'encourager à la lecture, et de favoriser le marché du livre.      imagina, CC BY NC SA 2.0, sur Flickr     Les prisonniers ayant écopé d'une...

UK : Soulèvement général pour autoriser les livres en prison

Le secrétaire d'État à la Justice britannique, Chris Grayling, n'a pas fini d'entendre les professionnels du livre s'emporter contre sa décision d'interdire l'envoi de livres aux prisonniers. Originellement, son idée était d'empêcher ces derniers de recevoir des colis comportant des produits stupéfiants ou des armes. Et comment mieux cacher une barrette de shit ou un couteau, que dans un livre ? Brillant…     Scott Smith, CC BY NC ND 2.0 sur Flickr     Le problème maintenant, c'est que les auteurs se sont largement emparés de la question, et qu'ils sont aujourd'hui...

Un rapport accablant sur l'accès à la lecture et à l'information en prison

Le ministère de la Culture a fait de 2014 l'année des bibliothèques, et a tenu à souligner la nécessité d'un accès simplifié et complet aux livres et à la lecture dans les établissements pénitentiaires. Il serait temps, au vu du dernier rapport d'activités 2013 du contrôleur général des prisons, publié il y a quelques jours. L'accès à la lecture et à l'information, mais aussi la confidentialité des documents privés, y sont quasiment inexistants, explique le document.   Cellule d'Alcatraz. Le règlement intérieur stipule que nourriture, vêtements, abri et soins...

Une Pussy Riot défend la présence de livres dans les prisons anglaises

La décision du secrétaire d'État à la Justice Chris Grayling d'interdire l'envoi de livres aux prisonniers ne cesse de provoquer la contestation. Une dizaine d'écrivains et artistes originaires notamment de Biélorussie, d'Ouzbékistan, du Cameroun ou encore de Cuba, viennent en effet de rejoindre la campagne menée par la Howard League for Penal Reform d'après The Guardian. Parmi eux, l'ancienne Pussy Riot Nadezhda Tolokonnikova.     Nadezhda Tolokonnikova lors de son procès en 2012, Denis Bochkarev, CC BY-SA 3.0     « Grâce aux livres, vous savez que chaque jour...

Ne zappez pas : "Spot", 35ème nouvelle du Projet Bradbury

Je ne sais pas pour vous, mais il m'arrive d'avoir de drôles d'idées en regardant les publicités à la télévision. Par exemple, j'imagine que les personnages prisonniers à l'intérieur des spots m'observent du coin de l'oeil, bien à l'abri derrière l'écran. Après tout, ce n'est pas une idée totalement stupide : nous vivons entourés de publicités désormais, elles font partie de notre quotidien et ne cessent de se faire plus présentes, voire carrément intrusives. Les business models de nombreuses industries reposent sur sa pérennité. Mais quand la publicité prend le...