Etats généraux du livre : les auteurs à la recherche d'un meilleur avenir

La rédaction - 07.09.2019


Crédit Denis Bajram


 

Le 22 mai se tiendront les États généraux du livre. Parce que les auteurs ont cruellement besoin d’être entendus. Des réformes sociales pointent le bout de leur nez, et, au pays de l’exception culturelle, les artistes auteurs ne sont ici que quantité négligeable.

 

Depuis #PayeTonAuteur, le réseau Twitter est devenu le porte-voix de toute une profession, fermement résolue à ne plus apparaître comme divisée. L’union fait la force, et désormais, les auteurs apprennent à réagir comme une corporation à part entière. 

 

#AuteursEnColère succède à #PayeTonAuteur, pour dire combien la situation devient intenable. Retraite, cotisations, CSG, prélèvement à la source dès le premier euro : autant de dossiers techniques, et pourtant cruciaux pour les créateurs.

 

Dans ce grand dossier, nous avons réuni l’ensemble des publications qui permettront d’éclairer tant les enjeux que les problématiques. Et toujours en donnant aux auteurs la parole qui leur revient, pour raconter, cette fois, des histoires qui font peur – parce que sans auteurs, pas de livres.

 

Angoulême : “Le secteur de la bande dessinée est fragile“ (Pellerin)

Venue inaugurer le festival de la BD d’Angoulême, la ministre de la Culture Fleur Pellerin a baigné dans une atmosphère conviviale, mais piquante. Pas vraiment l'acidulé de ces bonbons d'enfance. Demain sera présentée la grande étude réalisée par les Etats-Généraux de la BD : ses principales conclusions sont déjà connues de tous. Et vécues. « Le secteur de la bande dessinée est fragile », a reconnu la ministre, lors de sa visite.   Fleur Pellerin avec Katsuhiro Otomo, invité d'honneur 2016 et Grand prix 2015 © MCC     Avec ses quelque 1500...

Portrait : en 2016, qu'est-ce qu'être un.e auteur.e de bande dessinée ?

En 2015, se lançaient les Etats-Généraux de la BD, en marge du Festival d’Angoulême. Ce regroupement de différents acteurs posait comme premier principe la volonté d’obtenir un panorama précis du secteur. Le constat était global : le chiffre d’affaires du secteur s’était maintenu « mais au détriment des tirages moyens : le public ne s’est pas élargi entre temps ». Il fallait comprendre, et analyser. Le temps des études est donc venu.   (ActuaLitté, CC BY SA 2.0)     « Il ne faut pas se tromper de combat : les éditeurs sont des...

Appel au débrayage des auteurs à Angoulême pour les États généraux

Le Snac BD encourage les auteurs présents lors du Salon de la BD d’Angoulême à « poser le crayon », ce vendredi 29 janvier, pour se rendre à l’espace Franquin. De 11h30 à 13h se tiendront en effet les États généraux de la BD. Pas de grande manifestation, comme l’année passée, mais un appel à la mobilisation malgré tout.   ActuaLitté, CC BY SA 2.0     Au cours des EGBD, « seront dévoilés les résultats de l’étude sur la situation des auteurs et le SnacBD y fera une intervention. La session étant filmée et la presse conviée, il est...

États Généraux de la Bande dessinée 2016 : “Auteurs, nous comptons sur vous !“

En marge du Festival d’Angoulême, les États généraux de la bande dessinée ouvriront leur deuxième session. Inaugurée l’année passée, cette réunion des professionnels du 9e Art s’ouvrait sur fond de polémique : la réforme du régime retraite des auteurs avait entraîné un besoin de mobilisation. Mais au-delà de ce mouvement, c’est tout un pan de l’édition qui manifestait la nécessité d’une réflexion posée sur son devenir.   Benoît Peeters (EGBD 2015) - ActuaLitté, CC BY SA 2.0     Pas question de « se tromper de combat : les...

États généraux de la BD : une enquête part à la découverte des auteurs

Lors du lancement en janvier dernier des États généraux de la Bande Dessinée, à Angoulême, l’enthousiasme battait son plein. Et depuis, les organisateurs n’ont pas cessé de mettre la main à la pâte. Ainsi, un questionnaire vient d’être mis en ligne, s’adressant à tous, « auteurs débutants ou confirmés, scénaristes, dessinateurs ou coloristes ». Les réponses sont à fournir avant le 15 novembre prochain.    Benoît Peeters - ActuaLitté CC BY SA 2.0     Au terme de cette enquête, nous explique Benoît Peeters, président des EG, « nous...

Angoulême : dénoncer le contrat du FIBD, 'salutaire' voire 'incontournable'

Mettre en place une concertation entre les organisateurs du Festival de la BD d'Angoulême et les éditeurs ne trompait personne. Soucieux que le FIBD puisse répondre aux attentes de chacun, tout en assurant un rayonnement international, quatre pistes se dégageaient. Sauf que, parmi « les évolutions considérables » évoquées, l'une d'entre elles passe toujours très mal.      Besoin du secours de super héros ? ActuaLitté, CC BY SA 2.0     Mi-mars, la nouvelle tombait, et les bras de beaucoup en sont tombés avec elle. Le président de l'Association,...

À Toulon, Guy Delcourt annonce un plan social des éditions Soleil

En 1989, Mourad Boudjellal fondait les éditions Soleil Productions, ouvrant un siège à Toulon. Une décision qui suivait la création de la librairie Bédulle en 1982 dans la même ville. Et 22 ans plus tard, la maison passait en totalité dans le giron des éditions Delcourt : la passion pour le ballon ovale et le Rugby club toulonnais l'emportait sur Lanfeust et Troll de Troy. En juin 2011, Soleil Prod devenait donc une maison de Delcourt.     ActuaLitté, CC BY SA 2.0     L'annonce d'un plan social, depuis le rachat de Soleil, n'étonne finalement pas. « Guy Delcourt a...

Angoulême : le Festival de la BD appartiendra-t-il à l'organisateur ?

Évidemment, si le mois de janvier angoumoisin se passait uniquement dans la contemplation des feuilles mortes, il manquerait quelque chose. C'est en substance ce que précisait le directeur de 9e Art+, la société qui organise le FIBD, grand salon des bulles, à Angoulême. Un Festival qui est « un bien commun », soulignait-il fin janvier, à l'occasion des États généraux de la BD. Et qui en est passe de connaître quelques changements.     ActuaLitté, CC BY SA 2.0     La perte serait véritable, si le Festival disparaissait du paysage angoumoisin, mais...