Etats généraux du livre : les auteurs à la recherche d'un meilleur avenir

La rédaction - 07.09.2019


Crédit Denis Bajram


 

Le 22 mai se tiendront les États généraux du livre. Parce que les auteurs ont cruellement besoin d’être entendus. Des réformes sociales pointent le bout de leur nez, et, au pays de l’exception culturelle, les artistes auteurs ne sont ici que quantité négligeable.

 

Depuis #PayeTonAuteur, le réseau Twitter est devenu le porte-voix de toute une profession, fermement résolue à ne plus apparaître comme divisée. L’union fait la force, et désormais, les auteurs apprennent à réagir comme une corporation à part entière. 

 

#AuteursEnColère succède à #PayeTonAuteur, pour dire combien la situation devient intenable. Retraite, cotisations, CSG, prélèvement à la source dès le premier euro : autant de dossiers techniques, et pourtant cruciaux pour les créateurs.

 

Dans ce grand dossier, nous avons réuni l’ensemble des publications qui permettront d’éclairer tant les enjeux que les problématiques. Et toujours en donnant aux auteurs la parole qui leur revient, pour raconter, cette fois, des histoires qui font peur – parce que sans auteurs, pas de livres.

 

M. Macron, “s’il faut donner ses droits d’auteurs, allez donner les vôtres”

Réforme sociale désastreuse, décret opaque et discriminant concernant la sécurité sociale, États généraux du livre que les pouvoirs publics méprisent... les auteurs ont quelques motifs de manifester une vive colère.    « En ce moment, les auteurs sont sur la brèche pour défendre les quelques rares droits qui leur restent et refuser de se faire déplumer à chaque réforme qui passe », explique Adrien Tomas.   Auteur adulte et jeunesse, romancier œuvrant dans le fantastique et la fantasy, Adrien Tomas apostrophe le président de la République. « Avec...

Sécurité sociale : auteurs, un décret avec “certain goût d'inachevé”

Le Conseil Permanent des Écrivains vient de s’exprimer sur le contenu du décret portant sur la compensation de la CSG. Un message encore dubitatif quant au champ d’application et qui laisse la porte ouverte aux négociations. Si jamais ces dernières peuvent encore avoir lieu. ActuaLitté CC BY SA 2.0   Le Conseil Permanent des Ecrivains prend acte de la publication du décret du 15 mai 2018 relatif à l'augmentation non compensée de la CSG pour les auteurs.   Ce décret constitue de toute évidence une étape importante pour nos revendications, mais laisse aux...

“Les écrivains, remplaçables comme les ouvrières du textile au Pakistan ?”

Entre des États généraux du livre porté par les auteurs, que les pouvoirs publics dédaignent, et la question de la sécurité sociale, balayée à la hâte et mise sous le tapis, les créateurs sont malmenés. Le président Macron, qui répétait à l'envi que la France doit être une nation de lecteurs, semble avoir oublié qu'il fut lui-même auteur. Et que ses droits d'auteurs, comme il l'expliqua, lui ont permis de vivre. Invité régulier de nos colonnes, Neil Jomunsi pose quelques réflexions sur le double mouvement, #AuteursEnColère et #PayeTonAuteur, qui actuellement porte...

Une “aide-pourboire” pour la sécurité sociale des artistes auteurs

S’il n’avait pas été aussi mal construit, le décret « 2018-356 du 15 mai 2018 instituant une mesure de soutien au pouvoir d’achat des artistes auteurs pour l’année 2018 » aurait pu être bien accueilli. En effet, la promesse faite aux auteurs semblerait bien tenue – reste à voir quel est son périmètre...     Publié ce jour au Journal Officiel, le décret revient sur la promesse du ministère de la Culture de compenser la hausse de la CSG pour les artistes auteurs. Pour l’année 2018, est donc mise en avant « une aide financière de l’État »...

Mobilisation sans précédent des auteurs contre les réformes sociales

Marc Levy, Guillaume Musso, Pénélope Bagieu, Tatiana de Rosnay, Grégoire Delacourt, Aurélie Valognes, Joann Sfar ou encore Pierre Lemaître, Muriel Barbery et Fabrice Luchini... Ce n’est pas ici une liste des meilleures ventes. Ce sont quelques-uns des grands noms de l’édition française, mobilisés unanimement pour les États généraux du livre.     On le dit, on le répète, mais le message passe mal : « Sans auteurs, pas de livres. » Et pourtant, à moins d’une semaine des États généraux, les différents interlocuteurs des ministères impliqués...

“Éditeurs, nous aurions besoin de votre présence à nos côtés”, Gaël Aymon

Les États généraux du livre se tiendront le 22 mai prochain à la Maison de la poésie. Depuis des semaines, la mobilisation autant que la colère de n’avoir aucune réponse des pouvoirs publics, grandissent. Gaël Aymon avait diffusé un texte sur sa page Facebook. Il nous a proposé de le reprendre dans les colonnes d'ActuaLitté, publié dans son intégralité.       Chères éditrices et chers éditeurs pour la jeunesse (mon domaine, celui que je connais le mieux), Je ne m’exprime du haut d’aucune tribune, seulement à titre personnel, bien que je ne sois...

Quand le président Macron oublie l'écrivain Emmanuel

« Le gouvernement manifeste un j’m’en-foutisme sidérant », entend-on dans les organisations d’auteurs. Alors que les États généraux du livre débutent le 22 mai, aucune réponse émanant des ministères impliqués dans la réforme sociale du statut des auteurs n’est parvenue aux organisateurs. « Ça devient ahurissant : on a dépassé le mépris, à ce stade. »     Une salve était partie des auteurs à travers les réseaux sociaux : face au silence effarant des ministères de l’Économie, des Solidarités et de la Santé ou encore de la Culture,...

L'humeur de Chereau : Facebook, une puissance qui paye les loyers

Alors que les organisations d'auteur rencontrent un silence assourdissant de la part des ministères concernés par la réforme sociale, la résistance s'organise. Et dans le même temps, les Etats généraux qui doivent porter la parole des auteurs prennent de l'ampleur. Avec des revendications qui sont claires et nettes.   Maître Chereau, depuis son sanctuaire, se plonge dans sa boule de cristal : certes, les auteurs luttent, incroyablement, pour que leur présence lors de manifestations littéraires soit rémunérée. Et le combat est loin d'être achevé. Restera bientôt un...