L'humeur de la rentrée littéraire

La rédaction - 22.08.2018

065/365: Show us your smile!


Parce qu’il faut de l’humour pour inventer un moment de l’année où près de 600 romans vont s’affronter pour trouver une place en librairie, rions ensemble.

 

Les humeurs, les travers, les matins du pied gauche et les étoiles dans les yeux, ici, retrouvez tout sur le off de la rentrée littéraire.
 

 

Et toujours l’oeil d'Actualitté – impertinent, voire surprenant!

 

* Les critiques de la rentrée littéraire : ceux qu’on aime, et les autres.

* Les interviews de la rentrée littéraire : des secrets inavouables…

* Les prix littéraires de la rentrée : alors, qui offrira le champagne cette année ?

* Le catalogue des nouveautés éditeurs de la rentrée : demandez les programmes

 

Le dossier complet : Rentrée littéraire 2017, la fashion week des libraires
photo Ben Smith, CC BY SA 2.0

L'humeur de Chereau : Bonne année 2018... et surtout la santé

Nous y voici : faites chauffer les cotillons et tout ce qui permettra de faire du bruit, l’année nouvelle approche. Son lot de résolutions impossibles avec elle, ses sincères intentions de mieux faire : 2018 va faire du bien, apportant son lot de lectures nouvelles. Plein de nouveautés...!   Maître Chereau, siégeant depuis l’Olympe à la droit de Zeus, a tenu à présenter ses vœux les meilleurs, au nom de toute l’équipe, pour les journées bien chargées à venir. Et comme notre aimable dessinateur ne cesse de le répéter, citant Hésiode dans Les travaux et les...

Sortez (les) couverts ! Hosanna au “traîneau” des cieux ! Joyeuses Fêtes !

Ah, les effluves conjugués de résineux de synthèse — 4 vaporisations maximum par heure, tenir les enfants éloignés durant l’aspersion —, de dinde qui chauffe doucement, et de bouteilles de vin qui décantent… Impossible de s’y tromper, cela n’a rien à voir avec un pot de départ : c’est Noël. Et heureusement, toute la famille réunie s’apprête à manger à outrance, avec une joie non dissimulée.      Pendant que chacun s’affaire pour aménager la table, et réorganiser le plan, pour éviter d’être à côté de l’oncle divorcé, de la tante qui...

L'humeur de Chereau : comment oublier l'année 2017 ?

Dans quelques jours maintenant, on célébrera les dindes, les paquets cadeaux, autour d’une belle table. Du moins, voilà bien le pire que l’on vous souhaite. Mais pour titiller la mauvaise conscience, songez à ces dessinateurs qui n’auront que leurs crayons pour la représenter sur une feuille A4, cette dinde. Et un dessin, dans une assiette vide, c’est tout de même moins goûtu...    Maître Chereau, un toast de caviar dans une main, une bouteille d’ambroisie dans l’autre, reste un homme simple. Il sait que le succès est un dieu volage et inconstant. Que son...

L'humeur de Chereau : de la dinde au livre, le goût du pilon

Le livre est-il écoresponsable ? L’industrie de l’édition agit-elle vertueusement dans la gestion du papier sur lequel s’imprimeront les plus belles histoires dont les lecteurs se régaleront ? Une récente étude communiquée par le Syndicat des éditeurs le laisse entendre. Maître Chereau, sur sa palette graphique penchée, s’en gratte encore l’occiput.     Le mythe du livre numérique écolo s’effrite doucement, mais sûrement. Alors quid du livre papier ? Notre espiègle dessinateur a mené son enquête : la lecture, cette saine et belle activité, c’est...

L'humeur de Chereau : adieu veau, vaches et cochon, vive l'étable des libraires

Qu’est-ce donc que le métier de libraire ? Large question, vaste chantier que d’y répondre, et plus délicat encore d’établir une classification... Indépendants, enseignes, chaînes, groupe : les libraires se définissent-ils par leur indépendance éditoriale ou par leur indépendance économique ? Existerait-il un intermédiaire ?     Maître Chereau, sur sa palette graphique penché, tenait en sa main un bouquin... D’où venait ce livre, qu’était-il, et dans quelle étagère aboutirait-il : toutes ces questions turlupinent notre dessinateur du vendredi. On...

L'humeur de Chereau : le dilemme marketing, pain, brioche ou praline ?

« Si les auteurs, illustrateurs, scénaristes ont faim, et n’ont pas de pain, qu’ils mangent de la brioche, enfin... », disait Marie-Antoinette, dont le goût pour les sucreries était bien connu. Évidemment : la reine, disant cela, n’avait déjà plus toute sa tête – et l’on sait qu’elle a fini par la perdre. Mais les créateurs du monde du livre, quitte à choisir, préféreraient croquer plus gourmandement une part du gâteau.   Une nouvelle fois à Montreuil, trois ans après une première grande manifestation, l’interprofession des auteurs se retrouvait...

L'humeur de Chereau : Black Friday, commande et tu seras obéi

Toute l’année, les éditeurs en ont rêvé, de ce moment d’extase capitalistique, où se concentre toute la vague consumériste déchaînée, focalisée sur deux journées d’achats compulsifs. L’orgasme du marketeux, le LSD du publicitaire, le poids des mots, le chèque des badauds. Bienvenue, Saint Black Friday a sonné, Saint Cyber Monday le suivra…     Maître Chereau, sur son arbre continuellement perché, tenait à part lui cette intime réflexion – (oui, Maître Chereau est sujet à l’in petto) « Ben dis donc… » Et sa stupéfaction devant...

L'humeur de Chereau : on ne dit plus “nègre”, mais “porte-plume”

 Au royaume de la tolérance, la novlangue est reine : pour que cesse l’emploi récurrent de l’expression « nègre littéraire », il a finalement été décidé de changer pour « prête-plume ». L’expression ne manquera certainement pas de faire réagir Bernard Pivot, mais au moins la société et la langue françaises font une belle avancée. Ou pas ?     Maître Chereau sur sa table de travail perché tenait donc bien un sujet dans son bec. Et voici qu’il le laisse s’échapper : nègre littéraire ou porte-plume, la réalité reste la même. Pour le...