La SCELF face à la lecture publique : la redevance qui indigne

La rédaction - 22.08.2018

Sans titre
Denis Bocquet, CC BY 2.0
 


La lecture à haute voix de livres, en totalité ou sous forme d‘extraits, est considérée comme une “représentation”, et tombe de facto sous le coup du “droit de représentation”. Jusque-là, ce droit était géré par une société d‘auteurs, la SACD, mais depuis le 1er janvier 2016, et sans que grand monde en ait été informé, la gestion du droit de lecture est passée dans l'escarcelle de la SCELF, une société d'éditeurs.
 

Or, celle-ci a décidé d'appliquer à la lettre le barème de la SACD : trente euros minimum, même sans billetterie ! Y compris pour les “heures du conte”, les associations de lecteurs bénévoles, ou les auteurs lisant leurs propres textes…

 

Cette situation désespère l’interprofession, et auteurs, bibliothécaires, éditeurs, associations se mobilisent pour faire reculer la Société Civile des Éditeurs de Langue Française. 

 

Face à une demande ubuesque, qui a été arbitrairement mise en place par l’organisme, chacun se doit de porter le plus loin possible cette demande : que cesse cette tentative de taxation de la lecture publique.

Une pétition est en ligne. A suivre sur les réseaux avec le hashtag #SCELFcontrol et sur Facebook.

 

Lettres du Monde : “Découvrir des cultures en même temps que des littératures”

À l'approche de sa 15e édition, le festival Lettres du monde peut se féliciter d'avoir fait perdurer un modèle atypique en matière d'événement littéraire : le festival itinérant. Pour offrir à tout un territoire la possibilité de découvrir des littératures du monde entier, Lettres du monde explore depuis des années des thèmes et des pays variés. Rencontre avec Cécile Quintin, directrice de Lettres du monde, et Mégane Peinturaud, chargée de communication.     ActuaLitté : Quelle est l'idée derrière ce « festival itinérant » ?   Cécile Quintin...

France : “Préserver, avant tout, l’accès à la lecture pour tous ”

#ScelfControl – Les associations représentant les auteurs, les bibliothécaires et les organisateurs de manifestations littéraires ont pris acte du communiqué publié par la SCELF. La décision de mettre un terme à la perception des droits au titre des lectures à voix haute « à un niveau collectif » vient d’être unanimement saluée.  Disney, CC BY ND 2.0   « Nous négociions depuis presque deux ans avec la SCELF, sous l’égide du ministère de la Culture, sur le périmètre de perception des lectures publiques, avec pour principal objectif de...

La SCELF renonce à toute forme de perceptions sur les lectures à voix haute

La SCELF, Société Civile des Éditeurs de Langue Française, organisme de gestion collective représentant des éditeurs, s'était lancée dans la mise en place de perceptions au titre des lectures publiques. Elle estimait que les maisons d'édition devaient être rémunérées pour ces événements autour des textes. Après des mois de négociations et devant l'absence d'accord avec les parties concernées, l'organisation jette l'éponge. (photo d'illustration, Cellule Communication, CC BY-SA 2.0)     C'est dans un communiqué laconique que la SCELF annonce sa...

Une loi sur les bibliothèques pour “la gratuité de l'accès et du prêt” (ABF)

#ABF2018 – Le 64e congrès annuel de l'Association des Bibliothécaires de France se déroule actuellement à La Rochelle : les professionnels discutent des nouvelles pratiques, des sujets brûlants et, plus généralement, de leurs métiers. Xavier Galaup, président de l'ABF, est revenu avec nous sur les principaux points qui préoccupent les bibliothécaires, alors que le gouvernement met en place un plan bibliothèques. (ActuaLitté, CC BY SA 2.0)     ActuaLitté : Un an après l'annonce d'un plan pour les bibliothèques, le ministère de la Culture a brillé par son...

Loi fake news : quand le ministère de la Culture vous raconte des histoires

Ce 10 avril était une journée consacrée par le ministère de la Culture aux bibliothèques. La ministre Françoise Nyssen intervenait pour présenter, difficilement, un plan d’action, qui fait suite au rapport d’Érik Orsenna et Noël Corbin.  Françoise Nyssen - ActuaLitté, CC BY SA 2.0   Si l’on comprend encore mal comment cette ouverture améliorée des établissements de prêt s’articule – une sorte d’option facultative obligatoire pour les élus ? –, on a pu interroger la ministre sur un vieux dossier... La perception réclamée par la SCELF pour des...

“Taxer les lectures de manifestations littéraires, c'est une histoire de cornecul”

« La question des rémunérations des écrivains touche le cœur de notre travail. » C'est ce que disent Olivier Chaudenson, directeur de la Maison de la poésie, et Bertrand Morisset, directeur de l'agence Tome 2. Grands absents du débat autour de la redevance réclamée par la SCELF pour la lecture publique, les organisateurs d'événements littéraires sont pourtant en première ligne. Retour sur une situation qui pourrait dégénérer. ActuaLitté, CC BY SA 2.0   Durant presque 20 années avec les Correspondances de Manosque, depuis 8 ans avec Paris en toutes...

Faire payer l'accès à la médiathèque, une “discrimination territoriale”

La séance du 14 décembre 2017 du conseil municipal de la Trinité donna lieu à l'adoption d'une mesure surprenante, portée par Jean-Paul Dalmasso, maire de la ville. Désormais, l'accès à la médiathèque Les Quatre-Chemins, pour les non-résidents de la ville, sera payante, à la hauteur d'une cotisation annuelle de 30 €. L'Association des Bibliothécaires de France dénonce ce qu'elle considère comme « une discrimination territoriale ». La médiathèque de La Trinité     Depuis le 9 janvier dernier, les usagers de la médiathèque municipale de La Trinité, dans...

L'humeur de Chereau : Vous ne me méritez pas !

Tout artiste logé au creux de sa mansarde sous un clair de lune blafard – et manquerait plus qu’il soit plein, le satellite ! – le sait : la Postérité est une ingrate déesse. Et plus encore, peut-être, la reconnaissance de son vivant par le public.    D’ailleurs, face aux flammes qui ravageaient la cité de Rome, Néron lui-même s’en fit la remarque : « Qualis artifex pereo ! » Ce qui signifie peu ou prou : « Je ne m’éteindrai que deux heures après ma mort. » Dure, dure, la postérité, dans ces conditions.    Lecture publique : la fin de la...