Le Prix “Envoyé par La Poste”

La rédaction - 15.01.2020



Créé par la Fondation d’entreprise La Poste, le prix « Envoyé par La Poste » récompense un manuscrit (roman ou récit) adressé par courrier, sans recommandation particulière, à un éditeur qui décèle, avec son comité de lecture, un talent d’écriture et qui décide de le publier.

Le Prix « Envoyé par La Poste » s’inscrit dans une logique de soutien que la Fondation apporte à la création littéraire depuis plus de 20 ans : partenaire du Prix Wepler Fondation La Poste, du Prix Sévigné, du Prix Clara, du Prix Vendredi, elle a créé en 2015 le Prix des postiers écrivains et le Prix « Envoyé par La Poste ».

Le lauréat reçoit 2500 €, son livre est recommandé notamment auprès des 500 000 postiers actifs et retraités et La Poste passe commande de 600 exemplaires à l’éditeur.

 

Comment La Poste a choisi de favoriser Amazon contre les libraires

Depuis le 1er janvier 2015, La Poste a modifié deux ou trois choses dans sa politique tarifaire. Après avoir fait augmenter le prix du petit timbre rouge en octobre 2014, ce sont les envois de courriers et colis qui ont subi un ravalement de façade. De quoi agacer pas mal... les éditeurs. Et conférer un redoutable avantage à Amazon sur les libraires. Un de plus...         « Nous avons un problème qui mesure trois centimètres », expliquait, jovial, un éditeur parisien récemment. Et pour cause : depuis le 1er janvier, une maison d'édition ne peut plus...

Les Ensablés - Journal (tome 2) de Roger Rudigoz (1922-1996) réédité chez les Editions Finitude

Le lecteur assidu se rappellera peut-être que notre blogue avait déjà consacré un article à Rudigoz lors de la parution du premier tome de son journal intitulé "Saute le temps" (cliquer ici) ainsi qu'à son roman "Le dragon Solassier" (cliquer ici). Les Éditions Finitude rééditent aujourd'hui le deuxième tome du Journal (1963) sous le titre "A tout prix". Nous les remercions vivement de nous l'avoir envoyé, car ce fut, comme lors de la lecture du premier tome, un grand plaisir.   Par Hervé Bel       On y retrouve tout à la fois la gravité et l'humour...

"Le désir de littérature ne peut disparaître", Jean-Hubert Gailliot

Le prix Wepler récompensait ce 10 novembre Jean-Hubert Gailliot, pour son livre Le soleil, paru aux éditions de L'Olivier. Doté de 10.000 €, le prix s'est donné pour mission de « donner une chance de plus aux écrivains d'exister sur la scène littéraire ». Le lauréat du prix 2014 s'inscrit dans une liste d'auteurs et d'écrivains prestigieux, auxquels il rend hommage dans ce discours, prononcé durant le prix.       Le désir de littérature ne peut pas disparaître. Ce qui disparaît, c'est le temps, long, très long, qui est parfois nécessaire à son élaboration...

L'auteur américain James Patterson kidnappé : les fans se mobilisent

L'auteur américain James Patterson, qui a récemment fait don d'1 million $ pour les librairies indépendantes de son pays, a visiblement été kidnappé tôt dans la matinée. Le ravisseur, dont l'identité reste inconnue, n'a pas hésité à hacker la page Facebook de l'écrivain pour afficher des photos et des indices qui pourraient mener à l'auteur d'Alex Cross. Les fans se sont emparés de l'affaire.   Une photo d'un homme cagoulé, probablement Patterson, postée sur la page Facebook     L'auteur de cet enlèvement a tout l'air d'avoir développé des penchants sadiques...

"Saute le temps" de Roger Rudigoz (1922-1996), sale temps pour un écrivain

Bien sûr, il y a le journal de Gide, le journal de Green, celui de Renard. Bien sûr. On les lit souvent comme une page d'histoire, on a le sentiment d'approcher le "grand" écrivain. On cherche le détail, ce qui nous fera comprendre des événements auxquels ils furent mêlés, et l’œuvre qui nous a tant marqués. Évidemment, s'il s'agit du journal d'un ensablé, la démarche est très différente. On y cherche l'homme avant toute chose, et son métier d'écrivain exercé dans la platitude d'une vie qui ressemble à la nôtre. On mesure la difficulté qu'il y a à poursuivre vaille...

Fuyant l'Angleterre, Tony Blair, premier ministre en cavale

Tony Blair est sans doute encore plus critiqué maintenant que lorsqu'il était en poste. Peut-être la perte de son statut donne-t-elle des ailes à ses détracteurs. Toujours est-il que pour Tony, l'air est meilleur à l'étranger. Alors que son livre, qui a déjà fait tant de bruit, sortira le 1er septembre, l'ex-ministre s'exile chez ses amis les Américains. L'Anglais dînera à la Maison Blanche mercredi, et prendra part aux négociations pour la paix au Moyen-Orient. L'homme qui a envoyé ses troupes guerroyer apparaît toujours comme un émissaire de paix. De quoi faire...

Frédéric Mitterrand à Rodez : protéger les livres de la menace numérique

Frédéric Mitterrand, manifestement peu tracassé par l'éventuel remaniement ministériel qui pourrait survenir prochainement, était en déplacement dans la région de Rodez en fin de semaine dernière. Muséer de Fenaille, musée Denys Puech, le tout calmement effectué, car le ministre de la Culture n'est pas pressé : il entend voir, se faire expliquer et comprendre. Mais manifestement aussi parce qu'il avait fait une vilaine chute qui ne lui permettait pas d'aller trop vite non plus. Au cours de cette visite officielle, le ministre ne pouvait par ailleurs pas rater le petit...

Antoine de Saint-Exupéry, parcours d'une vie, deuxième partie

Faisant suite à la biographie de Saint-Exupéry que nous avions mise en ligne, voici la deuxième partie. Rédigée avec la collaboration de Le Petit Prince. 1921 : Antoine de Saint-Exupéry est affecté au 2e Régiment d’aviation de Strasbourg, comme seconde classe et mécanicien : il n’a pas de brevet de pilote et l’armée ne dispense pas des cours de vol. Antoine de Saint-Exupéry profite, avec la complicité de ses supérieurs, de la présence sur le même aéroport des appareils d’une compagnie civile : aidé financièrement par sa mère qui fait un emprunt à sa...