Le Prix Renaudot

La rédaction - 29.06.2020


 

Créé en 1926 par des journalistes et des critiques littéraires qui s'ennuyaient en attendant les choix des jurés du Prix Goncourt, le Prix Renaudot s'est depuis fait une place de choix au sein des prix littéraires de la rentrée. Il emprunte son nom à Théophraste Renaudot (1586-1653), journaliste et médecin français, connu comme le créateur de la presse et de la publicité françaises...

Au cours de son histoire, le Prix Renaudot a notamment été décerné à Marcel Aymé, Louis-Ferdinand Céline, Louis Aragon, Michel Butor, Édouard Glissant, Le Clézio, Annie Ernaux, Dominique Bona ou encore Virginie Despentes. Son premier lauréat fut, en 1926, Armand Lunel.

En 2018, le Prix Renaudot avait suscité la polémique en sélectionnant un ouvrage autopublié, Bande de Français par Marco Koskas : ce n'était pas la première fois que le prix allait voir du côté de l'édition à compte d'auteur, puisqu'il avait sélectionné en 2010 L'Homme qui arrêta d'écrire, de Marc-Édouard Nabe.

 

Sophie De Mullenheim reçoit le Prix Renaudot des Benjamins 2020

Le Prix Renaudot des Benjamins 2020 a été décerné à Sophie De Mullenheim pour son livre Pierrot et Miette, Héros des tranchées, publié par les éditions Fleurus. Le prix littéraire, décerné par les élèves de CM1 et CM2 du territoire Loudunais, voyait 5 romans retenus dans sa dernière sélection. Sophie De Mullenheim, lauréate 2020 du Prix Renaudot des Benjamins, succède à Pauline Alphen, saluée en 2019 pour La vraie vie de l’école (Éditions Nathan). Le résumé de l'éditeur pour Pierrot et Miette, Héros des tranchées :   1917, à quelques...

Léa Seydoux, à l’affiche du “Bal des Folles ” d’Arnaud des Pallières

Le Bal des folles de Victoria Mas (Albin Michel) fait partie de ces romans qui ont marqué la rentrée littéraire 2019. L’ouvrage a notamment permis de mettre de nouveau en lumière cet évènement oublié qui avait lieu chaque année à l’Hospice de la Salpêtrière de Paris. Des faits historiques dont a voulu à son tour s’emparer le cinéaste français Arnaud des Pallières.   Le prochain film d’Arnaud des Pallières (Disneyland, Mon vieux pays natal, Orpheline) se concentrera sur les Bals des folles qui avaient lieu à la Salpêtrière au moment de...

Les Ensablés - "Le soleil des indépendances" de Ahmadou Kourouma

Chers lecteurs, nous sommes heureux d'accueillir à nouveau Henri-Jean Coudy qui, après de longs mois de silence, nous revient avec un nouvel ensablé, Ahmadou Kourouma. Ahmadou Kourouma, né en 1927, en Afrique Occidentale Française, était Ivoirien même s’il suivit des études secondaires à Bamako, alors grande ville du Soudan français devenue après 1960  la capitale de l’état du Mali. Il aura donc connu les dernières années de la colonisation française puis le début des nouveaux états indépendants. Par Henri-Jean Coudy   Ahmadou Kourouma avait, comme...

Retenu pour le prix Renaudot printemps, Claro refuse la “mascarade”

Le président du jury, Georges-Olivier Châteaureynaud, pouvait être fier de sa sélection établie à distance par les jurés, il ne s’attendait certainement pas à ce camouflet. En effet, le romancier et traducteur Claro, vient de signifier de la plus directe des manières, qu’il décline la sélection, dès à présent. Une claque de plus pour un prix déjà sacrément malmené. Claro - ActuaLitté, CC BY SA 2.0   Rendez-vous en septembre, certes, mais sans Claro, donc. Le prix Renaudot avait accusé le coup du départ de Jérôme Garcin, dans un premier temps, puis une...

Mort de Jacques De Decker, l'homme qui écrivait dans les 3 langues de Belgique

Nous apprenons le décès, survenu le 12 avril au soir, de Jacques De Decker (né le 19 août 1945), écrivain, passeur de littérature et secrétaire perpétuel honoraire de l’Académie royale de langue et littérature françaises de Belgique.   Germaniste de l’ULB, Jacques De Decker a consacré son mémoire au théâtre d’Hugo Claus. Un geste qui témoigne déjà de son intérêt pour le théâtre, les littératures non francophones – et particulièrement la littérature flamande. Il se lance rapidement dans l’adaptation d’oeuvres théâtrales : de Shakespeare,...

Le Clézio abandonne à son tour le Prix Renaudot

L’heure est aux grands bouleversements, et le jury du prix Renaudot en fait une fois de plus les frais. Le prix Nobel de littérature Jean-Marie Gustave Le Clézio indique qu’il va quitter ses coreligionnaires littéraires. JMG Le Clézio, ActuaLitté, CC BY SA 2.0   L’Obs l’apprend du Figaro qui l’apprend de l’intéressé : JMG Le Clézio se débarque du prix Renaudot, suivant là son camarade Jérôme Garcin qui était parti ce 11 mars. Le premier plaidait pour une féminisation de la récompense, le second s’inscrit dans ce sillon : « Je vais le suivre....

Après l'affaire Matzneff, Stupéfiant se penche sur le corps adolescent dans l'art

Pas de Grande Librairie ce mercredi 25 mars, mais un « Doc Stupéfiant » consacré à la représentation du corps adolescent dans l'art et le désir de la jeunesse exprimé par les artistes. Outre l'affaire Matzneff, qui révèle beaucoup du silence complice de l'édition, le documentaire évoquera Nabokov, Gainsbourg ou encore André Gide.   (photo d'illustration, ClaireDPhotography, CC BY 2.0) Quelques semaines après le scandale de l’affaire Matzneff, « Le Doc Stupéfiant » pose la question des relations qu’entretiennent les artistes et les écrivains avec le...

Arte Radio nous fait entendre les écrivains au travail avec Bookmakers

Arte Radio annonce la diffusion prochaine, à partir du 18 mars, d'un podcast entièrement consacré aux écrivains et à leur méthode de travail, leurs inspirations et leurs difficultés. Bookmakers — les écrivain.e.s au travail, proposé par le journaliste et auteur Richard Gaitet, se mettra à l'écoute de trois auteurs, Philippe Jaenada, Alice Zeniter et Delphine de Vigan. Illustration de Sylvain Cabot Making-of des romans et essais qui ont marqué leur époque, le podcast Bookmakers écoute tous les mois les plus grand.e.s écrivain.e.s livrer leurs secrets...