Les Ensablés : Survivre en littérature

La rédaction - 17.03.2019



"Les Ensablés, survivre en littérature" est un blog créé en 2010 et depuis intégré pleinement chez Actualitté.com. Chaque semaine, des écrivains ou des amateurs de littérature présentent le roman d'un écrivain français dit "ensablé", autrement "oublié" ou carrément disparu.

C'est ainsi une histoire de la littérature "souterraine" qui est revisitée. Une fois par mois néanmoins, afin de retrouver des terres plus connues, "Les Ensablés" publient une étude sur une œuvre littéraire majeure (appelée aussi monument) du patrimoine français.

Depuis la création du blog, 400 articles ont été ainsi publiés. Les contributeurs sont: Hervé Bel, Laurent Jouannaud, Denis Gombert, Carl Aderhold, François Ouellet, Elisabeth Guichard-Roche, Henri-Jean Coudy et Antoine Cardinale.


photo Philippe Le Moine, CC BY SA 2.0

Les Ensables - "Les suppliciés" de René Naegelen (1894-1976), par Carl Aderhold

Paru presqu’une décennie après la fin de la Première Guerre mondiale, Les Suppliciés racontent l’histoire de Jacques Féroul, un soldat d’infanterie qui participe aux principaux combats, depuis la Champagne jusqu’au Chemin des Dames, en passant par Verdun. Par Carl Aderhold   Le sous-titre de ce roman, « Histoire vécue » révèle la nature exacte de l’entreprise. Naegelen entend témoigner, témoigner de sa propre expérience de combattant. Jean Norton Cru, qui a recensé dans son ouvrage Témoins, les témoignages littéraires sur la guerre, insiste sur...

Les Ensablés - "Madame Orpha" de Marie Gevers (1883-1975)

Bien que plusieurs récits de Marie Gevers soient disponibles dans la collection de poche « Espace Nord », on ne peut pas dire que l’écrivaine soit très connue à l’extérieur de sa Belgique natale. C’est pourtant une œuvre très belle, à redécouvrir. Par François Ouellet     Marie Gevers est née à Edegem, près d’Anvers, dans le domaine familial de Missembourg, qui tiendra une place centrale dans son œuvre et qu’elle ne quittera jamais, puisqu’elle s’y installe avec son mari en 1908, un an après la mort de son père, et qu’elle y meurt elle-même...

Les Ensablés - "Misère du matin" d'André Vers

En 2009, Finitude a réédité "Misère du matin" d'un auteur totalement oublié, André Vers (prononcer Versse). Il portait une belle moustache comme Fallet et Brassens, et il affectionnait les vieux cafés comme Hardellet : tout naturellement, il fut l'ami de ces trois hommes-là. De sacrés types qui aimaient l'amitié, les femmes et la bonne chère. Mais attention, ces quatre-là étaient des mélancoliques, cachant comme Trenet, derrière le rire, le sentiment angoissant de la finitude des choses de la vie. De celles-ci, ils en connaissaient donc le prix, et leur gaîté, leur...

Les Ensablés - "Paulina 1880" de Pierre Jean-Jouve

Pierre Jean Jouve écrit Paulina 1880 en 1925. Le poète sort alors d’une grande crise existentielle qui le marquera durablement et l’orientera vers de nouveaux choix de vie. Il divorcera de première femme Andrée Charpentier pour épouser Blanche Reverchon, une des rares femmes psychiatres intéressée par les théories révolutionnaires de Freud. Jouve reniera toute la partie de son œuvre publiée avant 1925. Ce titre Paulina 1880 sonne donc pour lui comme un nouveau départ. Article paru en 2014.   Par Denis Gombert     A sa sortie, présent sur la liste du...

Les Ensablés - "Le club des neurasthéniques" de René Dalize

Voilà un bien curieux livre exhumé par L'Arbre Vengeur, maison d'édition émérite qui perpétue la réputation littéraire de Bordeaux. Plutôt qu'une "exhumation" d'ailleurs, il faudrait plutôt parler de re-création, car "Le club de neurasthéniques" n'a jamais été publié en volume, mais seulement en 50 feuilletons qui suscitèrent l'enthousiasme des lecteurs du journal "Paris Midi" des années 1900. L'auteur s'appelait René Dalize, en réalité René Dupuy des Islettes, un temps officier de marine, et un des meilleurs amis de Guillaume Apollinaire. Cet article est paru pour la...

Les Ensablés - "Derrière l'abattoir" d'Albert-Jean (1892-1975)

De la Grande Guerre dont on vient de commémorer le centenaire, on évoque les tranchées, les soldats poivrés d’obus, les taxis de la Marne, les chars de l’année 18. Bref, les combats atroces qui se déroulèrent sur les champs lunaires de Champagne ou de la Somme, cet « abattoir international » comme l’appelle Bardamu dans Voyage au bout de la nuit (1933). La littérature avec Dorgelès, Chevallier, Martin-du-Gard, Genevoix, Galtier-Boissière, et tant d’autres, a décrit cet horrible massacre qui coûta entre 1.4 et 1.6 millions d’hommes à la France. Mais aujourd’hui,...

Les Ensablés - "Ces Dames aux chapeaux verts" de Germaine Acremant

Prix Nelly Lieutier en 1921, édité par Plon en 1922, traduit en 25 langues, adapté en comédie puis au cinéma à quatre reprises entre 1929 et 1979, Ces Dames aux chapeaux verts connaît un vif succès en France et Outre – Atlantique. D’abord intitulé Quatre vieux cœurs, c’est le premier roman de Germaine Acremant qui en publiera une trentaine. Aucun ne connaîtra la même audience. Par Elisabeth Guichard-Roche   Suite à des affaires hasardeuses à l’origine du suicide de leur père, Arlette et Jacques sont totalement ruinés. Il faut vendre l’hôtel...

Les Ensablés - "Ruskin et la religion de la beauté", Robert de La Sizeranne

« Il y a quelques années, étant à Florence, je voulus étudier dans le cloître de Santa Maria Novella. Un soleil splendide brillait sur les dômes de la ville des Lys. Voulant être seul, j’arrivai dès neuf heures du matin. Le sacristain avait refermé la porte. Par les vieux arceaux, brillaient les gazons verts. Les cloches sonnaient à toute volée, lorsqu’en approchant de la chapelle des Espagnols, j’entendis naître et croître un léger bruit de paroles, de lecture, de prière. J’entrevoyais dans l’ombre lumineuse des silhouettes de jeunes femmes au profil giottesque,...