Les Ensablés : Survivre en littérature

La rédaction - 20.01.2019



"Les Ensablés, survivre en littérature" est un blog créé en 2010 et depuis intégré pleinement chez Actualitté.com. Chaque semaine, des écrivains ou des amateurs de littérature présentent le roman d'un écrivain français dit "ensablé", autrement "oublié" ou carrément disparu.

C'est ainsi une histoire de la littérature "souterraine" qui est revisitée. Une fois par mois néanmoins, afin de retrouver des terres plus connues, "Les Ensablés" publient une étude sur une œuvre littéraire majeure (appelée aussi monument) du patrimoine français.

Depuis la création du blog, 400 articles ont été ainsi publiés. Les contributeurs sont: Hervé Bel, Laurent Jouannaud, Denis Gombert, Carl Aderhold, François Ouellet, Elisabeth Guichard-Roche, Henri-Jean Coudy et Antoine Cardinale.


photo Philippe Le Moine, CC BY SA 2.0

Les Ensablés - "Bénédiction" de Claude Silve (1887-1978)

En 1935, pour la publication de Bénédiction, son troisième roman, Claude Silve remportait le Prix Femina à 9 voix contre 5 pour Isabelle Rivière (Le Bouquet des roses rouges) et 3 voix distibuées entre Marcelle Magdinier, Andrée Sikorska et André Fraigneau. Claude Silve était le pseudonyme allusif de la comtesse de la Forest-Divonne, née Charlotte de Lévis-Mirepoix, sœur du romancier et de l’historien académicien Antoine de Lévis-Mirepoix. Publié chez Grasset et depuis jamais réédité, ce roman a aujourd’hui un petit air suranné mais délicieux, car ça reste de la...

Les Ensablés - "César Capéran ou la tradition" de Louis Codet (1876-1914)

Encore un, encore un écrivain mort pendant la première guerre mondiale, le 27 décembre 1914, des suites d'une blessure mal soignée. Louis Codet n'avait que trente-huit ans. Il avait participé à la rédaction du premier numéro de la NRF et il laissait derrière lui des poèmes et des récits dont "La petite chiquette" (1908). En 1918, à titre posthume, paraissait chez Gallimard son dernier roman "César Capéran ou la tradition". La petite Vermillon le réédite aujourd'hui avec une préface de Jean-Baptiste Harang, journaliste et écrivain dont "Jours de Mai" vient de paraître...

Les Ensablés - “La bête immonde” de Marc Agapit (1897-1985)

Chers lecteurs des Ensablés, bonne année 2019. Quels auteurs oubliés nous fera-t-elle encore découvrir? Aujourd'hui, Marc Agapit, drôle d'écrivain, dont nous avons déjà parlé en 2012.   L’angoisse en matière littéraire est un art difficile. On la confond souvent avec l’horreur, plus facile à définir, à susciter. Il suffit pour cela de quelques scènes de tortures bien décrites, dans le cadre d’une histoire pleine de suspens où le lecteur s’est identifié à la victime, et le tour est joué : j’exagère à peine. Mais l’angoisse, ce sentiment diffus qui...

Les Ensablés - "Confidences de femmes" (1916) de Annie de Pène

Amie de cœur de Colette, mère de Germaine Beaumont, Annie de Pène a joui, à l’époque de la première guerre mondiale, d’une solide notoriété comme chroniqueuse, notamment pour l’Oeuvre. Elle a publié quelques romans à l’audience restreinte, quasi introuvables aujourd’hui. Merci à Dominique Bona de m’avoir fait découvrir cette auteure grâce à sa superbe biographie « Colette et les siennes ».  Merci également au partenariat entre la BNF et Hachette livre qui m’ont permis de lire Confidences de femmes. Par Elisabeth Guichard-Roche     Alternance...

Les Ensablés - "La femme changée en renard" de David Garnett

C’est en 1922 que David Garnett, citoyen anglais, petit fils d’un conservateur de musée, fils d’une traductrice, publie son premier texte : La femme changée en renard, une fable mystérieuse qui passée sa dimension comique et originale ne cesse de nous interroger sur notre condition d’homme. Peut-on aimer plus que de raison ? Quelle est la vraie nature de notre identité ? Humaine, trop humaine ? Est-ce à dire animale ? Par Denis Gombert     Elevé dans un milieu intellectuel progressiste, David Garnett est objecteur de conscience pendant la première guerre...

Les Ensablés – “Rome et ses vieilles églises” (1942) de Emile Mâle

Le passant désoeuvré de Rome, en ce matin de mai 1924, pouvait observer, sortant du palais Farnese, le Diario Romano à la main, un homme distingué d’un âge certain, avec un air d’autorité et un grand allant dans sa marche, mis à la mode des années d’avant la guerre avec son complet de drap bleu et son chapeau melon, traversant le cortile dessiné par Antonio da Sangallo après avoir salué fort civilement le concierge.   « E l’ambasciatore di Francia ? « demande notre passant à la petite marchande qui va vendre de bon matin ses bouquets au marché du Campo...

Les Ensablés - "Les eaux mêlées" de Roger Ikor (1912-1986)

Je n’ai pas eu la chance d’être en Troisième A2 un jour lointain des années soixante, mais en troisième A 1 au Petit Lycée Condorcet, aujourd’hui collège Condorcet. Cela m'a empêché d’avoir Roger Ikor comme professeur, dont chacun parlait alors avec respect. il avait reçu le prix Goncourt quelques années auparavant pour Les Eaux Mêlées et si nous ne mesurions pas très bien l’importance du Goncourt, le prestige du prix, connu lui, donnait au professeur Ikor, agrégé des Lettres, une place toute particulière dans l’établissement. Je suis certain qu'avec...

Adrien Goetz officiellement installé à l'Académie des Beaux-Arts

Le 5 décembre dernier, Adrien Goetz a été officiellement installé à l’Académie des Beaux-Arts par son confrère Hugues R. Gall, membre de la section des membres libres. Adrien Goetz a été élu membre de l’Académie le 17 mai 2017 dans la section des membres libres au fauteuil précédemment occupé par Pierre Dehaye, directeur de l'Hôtel de la Monnaie, décédé le 16 avril 2008.   Adrien Goetz © Académie des beaux-arts / Juliette Agnel   La cérémonie s'est tenue sous la Coupole du Palais de l’Institut de France. Hugues R. Gall a prononcé le discours...