Les Ensablés : Survivre en littérature

La rédaction - 09.02.2020



"Les Ensablés, survivre en littérature" est un blog créé en 2010 et depuis intégré pleinement chez Actualitté.com. Chaque semaine, des écrivains ou des amateurs de littérature présentent le roman d'un écrivain français dit "ensablé", autrement "oublié" ou carrément disparu.

C'est ainsi une histoire de la littérature "souterraine" qui est revisitée. Une fois par mois néanmoins, afin de retrouver des terres plus connues, "Les Ensablés" publient une étude sur une œuvre littéraire majeure (appelée aussi monument) du patrimoine français.

Depuis la création du blog, 400 articles ont été ainsi publiés. Les contributeurs sont: Hervé Bel, Laurent Jouannaud, Denis Gombert, Carl Aderhold, François Ouellet, Elisabeth Guichard-Roche, Henri-Jean Coudy et Antoine Cardinale.


photo Philippe Le Moine, CC BY SA 2.0

Les Ensablés - "Il faut que je parle à quelqu'un", Jean-Jacques Gautier

Le lecteur assidu des Ensablés connaît déjà Jean-Jacques Gautier (1908-1986), pour son roman "Histoire d'un fait divers", prix Goncourt 1946, dont nous avons parlé en 2016. Il a écrit d'autres livres qui méritent d'être lus: "La chambre du fond" (1970), "Maria-la-belle" (1954). Il fut le critique de théâtre redouté du Figaro pendant des années. Il meurt en 1986, bien vite oublié. Et voici qu'en 2003 un livre est publié sous son nom par Plon, avec ce titre "Il faut que je parle à quelqu'un", l'appel désespéré d'un homme âgé qui va mourir épuisé par une passion funeste....

Les Ensablés – “Souvenirs d’un vieux Romain” de Pierre de Nolhac

Chers lecteurs des Ensablés, nous avons le plaisir de vous annoncer qu'Antoine Cardinale nous livrera désormais régulièrement ses chroniques sur les historiens d'art oubliés du vingtième siècle, dont la qualité des contributions remarquables ont été à la fois historiques et littéraires. Il a bien voulu nous envoyer ce petit texte d'introduction qui nous explique ses intentions:   « Que le public considère la qualité du sujet et la pureté de mon intention, qui ne fut pas de chercher la gloire de l’écrivain, mais de célébrer le génie et de raviver le souvenir [de...

Philosophie et Ensablés au Marché du livre ancien et d'occasion

Le dimanche 10 juin se tiendra, dans le cadre du Marché du livre ancien et d’occasion, la journée de rencontres dans le 15e arrondissement de Paris. Une première pour la nouvelle association Marché qui prend la suite du Gippe. Cette journée s’articulera autour de deux grandes discussions, « Les dialogues philosophiques » suivis de « Contre l’oubli en littérature ».     Voici plus de trente ans que le Marché du livre ancien et d'occasion prend ses quartiers chaque week-end sous les deux magnifiques halles de style Baltard qui longent le parc Georges...

Les Ensablés - "Un homme tendre" de J.-H. Louwyck (1886-1983)

Dans « Plaidoyer pour le naturalisme », un article publié dans la revue Comœdia le 3 août 1927 et précurseur du mouvement populiste des années 1930, André Thérive mentionnait le roman d’un certain Jean Louwyck comme représentant d’un naturalisme renouvelé et issu de Maupassant. Ce roman, Un homme tendre, était paru six ans plus tôt chez Albin Michel.   Par François Ouellet   Mais l’auteur, chef de bureau du Crédit national, né à Haubourdin, dans le Nord, et mort presque centenaire à Longjumeau, dans l’Essonne, ne s’appelle pas Jean, mais...

Les Ensablés - "Le roman du malade" de Louis de Robert (1871-1937)

Louis de Robert est une figure méconnue de la littérature, malgré le prix Femina qu'il reçoit en 1911 pour "Le roman du malade" qui suscita l'admiration de Colette et de Marcel Proust. Les Proustiens, justement, ont déjà entendu parler de lui pour le rôle qu'il a joué dans la publication de "Du côté de chez Swann". C'est d'ailleurs par ce biais que j'ai appris l'existence du "Roman du malade". Je voulais le lire, bien sûr, ne serait-ce que pour comprendre pourquoi Proust a tant aimé ce texte. Rien d'étonnant à cela: le héros de Louis de Robert, par ses réflexions et sa...

Les Ensablés - François Augerias, une vie aventurière, de Denis Gombert

François Augiéras a laissé derrière lui une œuvre étrange et protéiforme qui continue d’interroger. Génie inspiré, prophète d’un monde nouveau ouvert sur le vaste univers ou gentil doux dingue, nostalgique  réactionnaire à la recherche d’un monde perdu ? Personne ne sait ni ne peut enfermer Augiéras. Partout, toujours, il échappe. Dans Une adolescence au temps du Maréchal (Christian Bourgeois, 1968) que les éditions Bartillat ont eu la très bonne idée de republier avec une préface de Jean Chalon, on découvre un récit autobiographique enlevé et exaltant, une...

Les Ensablés - “Le club des longues moustaches” de Michel Bulteau

La petite Vermillon vient de rééditer "Le club des longues moustaches" de l'écrivain Michel Bulteau, livre paru en 1988 aux Editions Quai Voltaire. Le titre de l'ouvrage vient de Paul Morand. C'est ainsi qu'il qualifiait Henri de Régnier et quelques autres qui, à l'orée du vingtième siècle, ne vivaient que de littérature et adoraient Venise. L'occasion pour nous de visiter un monde disparu et, avec la distance du temps, si poétique. Par Hervé BEL Qui étaient les membres de ce club très sélect? Avant tout, Henri de Régnier, écrivain et mari malheureux de Marie...

Les Ensablés - "Une adolescence au temps du Maréchal" de François Augiéras

A t-on jamais oublié François Augiéras, mort à seulement 46 ans en 1971, et qui publia trois ans auparavant, en 1968, ce texte sur son temps d’adolescence et «  quelques autres aventures » ? Je confesse ne jamais avoir entendu parler de lui avant que le journal Le Monde ne lui consacre un long article en 1986. Ce n’était que méconnaissance de ma part, car depuis le premier de ses livres Le Vieillard et l’Enfant publié en 1950, sa trace ne s’est jamais perdue et ses livres ont constamment été republiés.   Par Henri-Jean Coudy     Augieras est...