Les Ensablés : Survivre en littérature

La rédaction - 03.12.2019



"Les Ensablés, survivre en littérature" est un blog créé en 2010 et depuis intégré pleinement chez Actualitté.com. Chaque semaine, des écrivains ou des amateurs de littérature présentent le roman d'un écrivain français dit "ensablé", autrement "oublié" ou carrément disparu.

C'est ainsi une histoire de la littérature "souterraine" qui est revisitée. Une fois par mois néanmoins, afin de retrouver des terres plus connues, "Les Ensablés" publient une étude sur une œuvre littéraire majeure (appelée aussi monument) du patrimoine français.

Depuis la création du blog, 400 articles ont été ainsi publiés. Les contributeurs sont: Hervé Bel, Laurent Jouannaud, Denis Gombert, Carl Aderhold, François Ouellet, Elisabeth Guichard-Roche, Henri-Jean Coudy et Antoine Cardinale.


photo Philippe Le Moine, CC BY SA 2.0

Mort de l'extraordinaire Jean d'Ormesson

L’écrivain français, Académicien, aux yeux bleus étincelants, Jean d'Ormesson est décédé. À l’âge de 92 ans, celui qui fit tous les métiers de l’écrit – journaliste, chroniqueur, écrivain, philosophe – et joua même à l’acteur, quitte la scène littéraire.    Jean D'ormesson - ActuaLitté, CC BY SA 2.0   Il avait publié dernièrement aux éditions Gallimard, Je dirais malgré tout que cette vie fut belle, dernier ouvrage, qui restera comme un testament, mais également ultime recueil de réflexions.    « Ce livre est un livre de...

Les Ensablés - Chroniques de Denis Gombert: "L'homme qui savait" de E.Bove

Emmanuel Bove connait une sorte de gloire littéraire posthume. Son roman Mes amis qui fut découvert par Colette en 1927 est devenu un classique souvent réédité. On s’interroge sur le mystère Bove. Ses récits qu’on classe volontiers dans le genre de la littérature documentaire mettent en scène des individus en butte à la machine sociale. Ordre hiérarchique, absurdités et lourdeurs administratives, jeux de pouvoir, incompréhensions, la société broie l’individu.   Kafka n’est pas loin. Mais Bove distille par la plume une grâce et un malaise qui lui est...

Les Ensablés - “Vie d’Adrien Zograffi” de Panaït Istrati (1884-1935)

Lecteur, si tu n’as pas encore pas lu Panaït Istrati, ses œuvres t’attendent en trois gros volumes valant leur pesant d’or chez Libretto. À lire au petit bonheur des temps libres, mais impérativement. Istrati, ce n’est pas banal. Il y a dans toutes ces pages, écrites avec ferveur, l’empreinte du vrai écrivain, dont l’oubli dans les méandres ingrats de la mémoire littéraire ne saurait masquer la grandeur de l’écriture. Par François Ouellet     Istrati est né en Roumanie, dans un quartier misérable de la petite ville portuaire de Braïla....

Les Ensablés - Chroniques du lac : “La gerbe et le fagot”, d'André Devaux

Outre le plaisir de flâner au soleil, les brocantes estivales sont une source inépuisable pour dénicher des romans ensablés. La Gerbe et le Fagot (1954) est l'une de ces trouvailles. La dédicace est une invitation à la lecture. « La forêt a toujours été pour l'homme des champs le lieu de mystère et des puissances invisibles. Terre de labours, terre d'amour, terre boisée, terre fermée. De l'une sort la gerbe dorée, de l'autre le fagot gris. »    Par Elisabeth Guichard-Roche   Les frères Lambrette, bûcherons de leur état, débarquent en gare de...

Les Ensablés - "Les séquestrés" de Yanette Delétang-Tardif (1902-1976)

"Les séquestrés" (1945) de Yanette Delétang-Tardif (quel nom étrange!) est un court roman de 140 pages que viennent de rééditer les éditions de l'Arbre Vengeur avec une préface instructive de Mathieu Terence. Sa brieveté n'est que matérielle. Alors que la beauté du style, sa poésie, nous apparaissent aussitôt, à nous qui aimons Poe et Nerval, il faut lire le roman et le relire pour en comprendre toute la subtilité et ses multiples significations qui, bien après la lecture, laissent songeur. Par Hervé Bel   Il semble qu’il y ait deux sortes de...

Les Ensablés - "La nuit myope" d'A.D.G. (1947-2004)

Le rire est parfois le meilleur moyen de susciter la mélancolie, car les contraires se touchent souvent. "La nuit myope", récemment réédité par "La Petite Vermillon" (toujours elle!) en est l'illustration. Récit désopilant d'un cadre décidé à l'aventure, c'est aussi, sous-jacent, celui d'une vie qui se cherche et ne se trouvera pas. Toute vie est un échec, au bout du compte. ADG, de son vrai nom Alain Fournier (sic!), prend le parti d'en plaisanter avec maestria. Par Hervé BEL   Domi rentre chez lui en taxi: il est quatre heures du matin. Paris dort encore, et lui...

L'épouse d'André Schwarz-Bart confie leurs archives à la BnF

imone Schwarz-Bart a choisi de faire don à la Bibliothèque nationale de France de ses archives et de celles de son époux André. Grâce à sa générosité, un premier lot vient de rejoindre les collections de la BnF, qui, à terme, conservera ensemble, et pour toujours, les archives de ces deux grandes figures de la littérature française.  André Schwarz-Bart   Primé par le prix Goncourt en 1959 pour Le Dernier des Justes, poignant témoignage sur la persécution du peuple juif, André Schwarz-Bart épouse en 1961 Simone Brumant. Cette jeune Guadeloupéenne, qui...

Yambo Ouologuem, premier lauréat africain du Prix Renaudot, est mort

L'écrivain Yambo Ouologuem, originaire du Mali et premier lauréat africain du Prix Renaudot en 1968, est mort le 14 octobre 2017 à Sévaré, dans le centre du Mali. Il avait reçu la récompense pour son premier livre, Le Devoir de violence, une distinction par la suite entachée par des accusations de plagiat pour l'écriture de ce roman. Ouologuem avait ensuite écrit d'autres livres, mais s'était éloigné d'un milieu littéraire qui l'avait déçu.   Yambo Ouologuem, en 1968 (capture d'écran ina.fr)   Né le 22 août 1940 à Bandiagara au Mali, alors le Soudan...