Les Ensablés : Survivre en littérature

La rédaction - 03.12.2019



"Les Ensablés, survivre en littérature" est un blog créé en 2010 et depuis intégré pleinement chez Actualitté.com. Chaque semaine, des écrivains ou des amateurs de littérature présentent le roman d'un écrivain français dit "ensablé", autrement "oublié" ou carrément disparu.

C'est ainsi une histoire de la littérature "souterraine" qui est revisitée. Une fois par mois néanmoins, afin de retrouver des terres plus connues, "Les Ensablés" publient une étude sur une œuvre littéraire majeure (appelée aussi monument) du patrimoine français.

Depuis la création du blog, 400 articles ont été ainsi publiés. Les contributeurs sont: Hervé Bel, Laurent Jouannaud, Denis Gombert, Carl Aderhold, François Ouellet, Elisabeth Guichard-Roche, Henri-Jean Coudy et Antoine Cardinale.


photo Philippe Le Moine, CC BY SA 2.0

Les Ensablés – “Temples grecs, maisons des Dieux” d'André Suarès

En 1873, dans sa leçon inaugurale à l’université de Vienne, le professeur Thausing exigeait qu’on bannît le mot « beau » et récusait toute Histoire de l’art où cet adjectif figurât ; depuis, d’autres savants ont surenchéri en prétendant afficher à l’entrée des amphithéâtres : « Ici il est défendu d’admirer ». En obéissant à ces critères, on ne voit pas qu’André Suarès et  son Temples grecs, maisons des Dieux, dont L’Eveilleur nous donne une passionnante réédition, documentée et remarquablement illustrée, puisse trouver sa place sur les...

Les Ensablés - "Dans la Russie des soviets", Albert Londres

Le Grand Palais présente actuellement une superbe exposition Rouge, art et utopie au pays des soviets. De l’espoir d’une société nouvelle suscitée par la révolution d’Octobre 1917 à la mort de Staline en 1953, le visiteur assiste au foisonnement des multiples groupes artistiques dans les années 20 et à la prise en charge croissante des arts par l’Etat. Parcourant d’un regard rapide l’étalage de bouquins proposés par la boutique de l’exposition, j'ai été attirée par un petit livre d’Albert Londres Dans la Russie au pays des soviets. La quatrième de...

Les Ensablés - "Tu seras ouvrier" de Georgette Gueguen-Dreyfus (1892-1973)

Le Maitron (Dictionnaire biographique du mouvement ouvrier) nous apprend que Georgette Gueguen-Dreyfus et son mari Georges Dreyfus militaient au sein du Parti communiste et qu’ils étaient membres de l’Association des Écrivains et Artistes Révolutionnaires (AEAR). Ensemble, ils participèrent activement à la Résistance dans le maquis de l’Indre, ce dont l’écrivaine rendra compte dans des reportages à la Libération. Elle en tirera un ouvrage en deux tomes, Résistance Indre et vallée du Cher (Éditions sociales en 1970). Par François Ouellet   En 1935,...

Âme damnée, dandy sans limite : Paul Gégauff

ENTRETIEN – Il est tout à la fois la belle gueule et la face noire de la Nouvelle Vague, un personnage de fiction flamboyant perdu au milieu du morne réel. Presque trop beau pour être vrai. Paul Gégauff, dandy désabusé, aristo scélérat, séducteur misogyne, meurt à 60 ans, poignardé le soir de Noël par sa jeune épouse de 25 ans. Il lui aurait dit : « Tue-moi si tu veux, mais arrête de m’emmerder. » Le ton est donné.   entretien mené par Denis Gombert   crédit Le monde de Paul Gégauff   En 1958 parait Une partie de plaisir chez Minuit aux...

Les Ensablés - "Un homme nu dans une malle" de Louis Roubaud (1887-1941)

Réédité par l'Eveilleur et préfacé par Xavier Rosan, directeur de cette belle maison d'édition dont le but est de "explorer et redécouvrir des territoires méconnus ou négligés de la littérature", Un homme nu dans une malle ravira les lecteurs qui ont gardé dans leur coeur un souvenir ému des lectures enfièvrées des aventures de Rouletabille et d'Arsène Lupin. Comme d'habitude, le livre lui-même est soigné, orné d'illustrations du temps où la figure replète de l'auteur, un certain Louis Roubaud, apparaît à côté d'une question: "Qui a tué?". Par Hervé...

Les Ensablés - "Raphaël" (1926) de Henri Focillon (1881-1943)

J’ai mis longtemps à aimer Henri Focillon. Ses œuvres de jeunesse me montrait un écrivain doué, mais abusant de ses dons ; sa correspondance un homme d’une valeur morale décevante et souvent, un historien resté trop «  artiste ». Je ne pouvais me forcer à admirer les deux volumes et les mille pages de l’Histoire de la peinture au XIXème siècle, les formules  de la Vie des formes ou même son Piranesi qui était gâché par des digressions que je ne trouvais pas indispensables. Je le lisais, mais sans bienveillance, dans l’esprit de le trouver médiocre ou...

Les Ensablés - “Le garçon d'orage”, de Roger Vrigny (1920-1997)

À la fin des années cinquante, dans un petit village de la vallée de la Cèze entre Avignon et Nîmes, vit Marcellin Lapeyrade, trente-cinq ans, directeur d’un grand domaine de vignes. Nous sommes entre deux mondes, celui des restrictions de la guerre et celui du début du tourisme de masse. Solitaire et réservé, Marcellin mène une vie chaste aux côtés d’une mère qui n’a guère connu le bonheur dans sa vie, entre un premier époux défunt, « Pauvre Jules » et un deuxième compagnon infidèle, « Ce galoupiot de Fernand ». Par Pascal...

Les Ensablés - La mort, un chemin aisé : "Le passage" de Jean Reverzy

Je connais trois grands romans dont le sujet principal est l'agonie humaine: La mort d'Ivan Illitch de Tostoï, La mort du père un des volumes des Thibault de Martin du Gard, et Le passage de Jean Reverzy. Reverzy (à ne pas confondre avec Reverdy) est malheureusement moins connu que les deux autres. Pourtant, en 1954, Le passage, son premier roman lui apporta le prix Renaudot et une gloire fugace. Après, enfermé dans sa province lyonnaise, comme d'autres, il fut oublié ou presque. Il avait été médecin dans la Résistance, et l'un de ses bons amis était un autre docteur,...