Les Ensablés : Survivre en littérature

La rédaction - 09.02.2020



"Les Ensablés, survivre en littérature" est un blog créé en 2010 et depuis intégré pleinement chez Actualitté.com. Chaque semaine, des écrivains ou des amateurs de littérature présentent le roman d'un écrivain français dit "ensablé", autrement "oublié" ou carrément disparu.

C'est ainsi une histoire de la littérature "souterraine" qui est revisitée. Une fois par mois néanmoins, afin de retrouver des terres plus connues, "Les Ensablés" publient une étude sur une œuvre littéraire majeure (appelée aussi monument) du patrimoine français.

Depuis la création du blog, 400 articles ont été ainsi publiés. Les contributeurs sont: Hervé Bel, Laurent Jouannaud, Denis Gombert, Carl Aderhold, François Ouellet, Elisabeth Guichard-Roche, Henri-Jean Coudy et Antoine Cardinale.


photo Philippe Le Moine, CC BY SA 2.0

Âme damnée, dandy sans limite : Paul Gégauff

ENTRETIEN – Il est tout à la fois la belle gueule et la face noire de la Nouvelle Vague, un personnage de fiction flamboyant perdu au milieu du morne réel. Presque trop beau pour être vrai. Paul Gégauff, dandy désabusé, aristo scélérat, séducteur misogyne, meurt à 60 ans, poignardé le soir de Noël par sa jeune épouse de 25 ans. Il lui aurait dit : « Tue-moi si tu veux, mais arrête de m’emmerder. » Le ton est donné.   entretien mené par Denis Gombert   crédit Le monde de Paul Gégauff   En 1958 parait Une partie de plaisir chez Minuit aux...

Les Ensablés - "Un homme nu dans une malle" de Louis Roubaud (1887-1941)

Réédité par l'Eveilleur et préfacé par Xavier Rosan, directeur de cette belle maison d'édition dont le but est de "explorer et redécouvrir des territoires méconnus ou négligés de la littérature", Un homme nu dans une malle ravira les lecteurs qui ont gardé dans leur coeur un souvenir ému des lectures enfièvrées des aventures de Rouletabille et d'Arsène Lupin. Comme d'habitude, le livre lui-même est soigné, orné d'illustrations du temps où la figure replète de l'auteur, un certain Louis Roubaud, apparaît à côté d'une question: "Qui a tué?". Par Hervé...

Les Ensablés - "Raphaël" (1926) de Henri Focillon (1881-1943)

J’ai mis longtemps à aimer Henri Focillon. Ses œuvres de jeunesse me montrait un écrivain doué, mais abusant de ses dons ; sa correspondance un homme d’une valeur morale décevante et souvent, un historien resté trop «  artiste ». Je ne pouvais me forcer à admirer les deux volumes et les mille pages de l’Histoire de la peinture au XIXème siècle, les formules  de la Vie des formes ou même son Piranesi qui était gâché par des digressions que je ne trouvais pas indispensables. Je le lisais, mais sans bienveillance, dans l’esprit de le trouver médiocre ou...

Les Ensablés - “Le garçon d'orage”, de Roger Vrigny (1920-1997)

À la fin des années cinquante, dans un petit village de la vallée de la Cèze entre Avignon et Nîmes, vit Marcellin Lapeyrade, trente-cinq ans, directeur d’un grand domaine de vignes. Nous sommes entre deux mondes, celui des restrictions de la guerre et celui du début du tourisme de masse. Solitaire et réservé, Marcellin mène une vie chaste aux côtés d’une mère qui n’a guère connu le bonheur dans sa vie, entre un premier époux défunt, « Pauvre Jules » et un deuxième compagnon infidèle, « Ce galoupiot de Fernand ». Par Pascal...

Les Ensablés - La mort, un chemin aisé : "Le passage" de Jean Reverzy

Je connais trois grands romans dont le sujet principal est l'agonie humaine: La mort d'Ivan Illitch de Tostoï, La mort du père un des volumes des Thibault de Martin du Gard, et Le passage de Jean Reverzy. Reverzy (à ne pas confondre avec Reverdy) est malheureusement moins connu que les deux autres. Pourtant, en 1954, Le passage, son premier roman lui apporta le prix Renaudot et une gloire fugace. Après, enfermé dans sa province lyonnaise, comme d'autres, il fut oublié ou presque. Il avait été médecin dans la Résistance, et l'un de ses bons amis était un autre docteur,...

Les Ensables - "Les suppliciés" de René Naegelen (1894-1976)

Paru presqu’une décennie après la fin de la Première Guerre mondiale, Les Suppliciés racontent l’histoire de Jacques Féroul, un soldat d’infanterie qui participe aux principaux combats, depuis la Champagne jusqu’au Chemin des Dames, en passant par Verdun. Par Carl Aderhold   Le sous-titre de ce roman, « Histoire vécue » révèle la nature exacte de l’entreprise. Naegelen entend témoigner, témoigner de sa propre expérience de combattant. Jean Norton Cru, qui a recensé dans son ouvrage Témoins, les témoignages littéraires sur la guerre, insiste sur...

Les Ensablés - "Madame Orpha" de Marie Gevers (1883-1975)

Bien que plusieurs récits de Marie Gevers soient disponibles dans la collection de poche « Espace Nord », on ne peut pas dire que l’écrivaine soit très connue à l’extérieur de sa Belgique natale. C’est pourtant une œuvre très belle, à redécouvrir. Par François Ouellet     Marie Gevers est née à Edegem, près d’Anvers, dans le domaine familial de Missembourg, qui tiendra une place centrale dans son œuvre et qu’elle ne quittera jamais, puisqu’elle s’y installe avec son mari en 1908, un an après la mort de son père, et qu’elle y meurt elle-même...

Les Ensablés - "Misère du matin" d'André Vers

En 2009, Finitude a réédité "Misère du matin" d'un auteur totalement oublié, André Vers (prononcer Versse). Il portait une belle moustache comme Fallet et Brassens, et il affectionnait les vieux cafés comme Hardellet : tout naturellement, il fut l'ami de ces trois hommes-là. De sacrés types qui aimaient l'amitié, les femmes et la bonne chère. Mais attention, ces quatre-là étaient des mélancoliques, cachant comme Trenet, derrière le rire, le sentiment angoissant de la finitude des choses de la vie. De celles-ci, ils en connaissaient donc le prix, et leur gaîté, leur...