Les Ensablés : Survivre en littérature

La rédaction - 22.03.2020



"Les Ensablés, survivre en littérature" est un blog créé en 2010 et depuis intégré pleinement chez Actualitté.com. Chaque semaine, des écrivains ou des amateurs de littérature présentent le roman d'un écrivain français dit "ensablé", autrement "oublié" ou carrément disparu.

C'est ainsi une histoire de la littérature "souterraine" qui est revisitée. Une fois par mois néanmoins, afin de retrouver des terres plus connues, "Les Ensablés" publient une étude sur une œuvre littéraire majeure (appelée aussi monument) du patrimoine français.

Depuis la création du blog, 400 articles ont été ainsi publiés. Les contributeurs sont: Hervé Bel, Laurent Jouannaud, Denis Gombert, Carl Aderhold, François Ouellet, Elisabeth Guichard-Roche, Henri-Jean Coudy et Antoine Cardinale.


photo Philippe Le Moine, CC BY SA 2.0

Les Ensablés - De l'utilité de Marcel Proust (1871-1922) pour l'entreprise

Ce weekend, j'étais en Normandie, par un temps glacial qui invitait à la lecture, près de la cheminée. Je me suis donc installé à côté de la fenêtre, d'où je pouvais, lorsque l'envie me prenait, regarder la neige et les arbres en bâtons de glace. Puis, comme cela m'arrive souvent, lorsque je veux être certain d'être heureux, j'ai pris un des Pléiades de la Recherche du temps perdu, et j'ai ouvert au hasard. C'est l'avantage de ceux qui ont lu plusieurs fois l'œuvre énorme, unique de Proust, de s'y plonger à n'importe quel endroit et de se laisser emporter par le courant....

Les Ensablés - Autopsie de Calet (3)

J'avais laissé Henri Calet dans le sud de la France, après son évasion d'Allemagne, libre enfin d'écrire. Il voulait faire un grand roman qui se serait passé en Amérique du sud, il n'y parvint pas (Un grand voyage sera un échec). Cela ne l'intéressait pas ou plus. Ce qu'il avait à dire n'avait rien à voir avec le tourisme, l'aventure, c'était de lui dont il voulait parler, de sa vie quotidienne, de Paris, sa ville fétiche.   Par Hervé Bel    Il lui semblait, comme à tant d'autres, qu'il n'y avait pas de meilleur sujet que lui-même. Exprimer en mots simples...

Les Ensablés - Calet l'aventurier (2)

Pardon, j'avais laissé Henri Calet à la sortie de la station "Arche de la Défense" (voir Calet dans le métro). Depuis, je me demande comment parler de lui pour le faire aimer comme je l'aime. Plus je le lis et plus je l'aime. C'est rare et, entre parenthèse, la preuve évidente de la supériorité du livre sur l'être humain dont la trop grande connaissance finit toujours par décevoir. Pour écrire dans ce blog, j'ai ainsi relu Monsieur Paul, un délice. Il me faudra montrer pourquoi...   Par Hervé Bel     Et d'abord dire quelques mots sur sa vie. L'homme...

Les Ensablés - Calet dans le métro (1)

Le métro, le matin, est comme le lit conjugal où chacun cherche à tout prix un petit coin frais et tranquille. A l'heure où je le prends (7H30), sur la ligne 1, c'est encore possible. Il règne un grand silence dans la rame. Beaucoup de places assises, éloignées les unes des autres. Quelques cadres en cravates et manteaux, mais surtout des employés, des ouvriers, ceux qui se lèvent tôt, mais rentrent tôt, assis, qui dorment encore. Peu de femmes et pas des plus belles. Elles lisent. Je jette un coup d'œil. Des titres qui ne me disent rien (un certain Marc Musso, ou quelque chose...

Les Ensablés - La blessure de Raymond Guérin (3), suite et fin

Le style de Guérin, dans L'apprenti, penche vers Céline. On l’a reproché à Guérin. Je m’étonne toujours de ces reproches. Reproche-t-on à un compositeur de musique d’être influencé par un autre ? Entre Ravel et Debussy, ne pourrait-on pas dire que… ?  Mais personne n’y songe, tandis qu’en littérature…   Par Hervé Bel       Oui, Guérin penche vers Céline, mais principalement dans L'apprenti, parce que le propos s'y prête : le style de Céline comme un outil. Quand on lit Parmi tant d’autres feux, on y découvre Guérin qui s'essaie...

Les Ensablés - La blessure de Raymond Guérin (2)

Monsieur Hermès, héros de L'apprenti, est un loup solitaire, mais un loup sans canines, car, si Monsieur Hermès se plaint de sa vie, il ne fait pas grand chose pour s’en échapper... Comme beaucoup d’entre nous, et c’est bien pourquoi ce roman nous touche. Il hait le monde, les puissants et les pauvres, mais il va chaque jour travailler pour servir les riches et cohabiter avec les pauvres.   Par Hervé Bel       Il est si faible, si vrai, qu’on éprouve parfois de la difficulté à s’attacher à lui: il a tellement de morgue, il est si lamentable...

Les Ensablés- La blessure de Raymond Guérin (1)

Avez-vous lu l’Apprenti ? Un gros roman de 500 pages serrées, publié chez Gallimard, premier tome d’une «Ébauche d’une mythologie de la réalité » que l’auteur, Raymond Guérin, ne put finir. A la suite de l’Apprenti, il y a tout de même Parmi tant d’autres feux (800 pages) et les Poulpes (idem). Ce dernier texte raconte la captivité en Allemagne de son héros récurrent, Monsieur Hermès. Guérin le termine peu de temps avant sa mort. Il est sûr qu’il tient un chef-d’œuvre : c’est du Céline, mais pas seulement ! Il tient enfin, il en est sûr, le succès,...

L'amour et le livre

Au fait, un mot. Je ne tiens pas à parler des œuvres qui ne me plaisent pas. On sait pourquoi on aime un livre. Si on ne l'aime pas, c'est parfois par ignorance, insuffisance intellectuelle, culturelle. Évidemment, je ne parle pas des livres qui n’en sont pas, dont les faiblesses sont évidentes. Non, je parle de ces livres ayant de la tenue, du style, et qui me laissent indifférents, ou m’exaspèrent, de ces livres dont me parlent ceux que j'admire et que j'écoute poliment, enrageant de ne pouvoir les comprendre. Toujours, je me retiens de juger. Je respecte davantage la...