Les romans de la rentrée littéraire : 2020, l'année inédite

La rédaction - 27.10.2020

Librairie Decitre à So Ouest


Le coup de feu est lancé : plusieurs centaines de romans sortiront en librairie ces prochaines semaines et jusqu’à la fin du mois d’octobre. En soi, rien d’étonnant. Mais la rentrée littéraire marque une période bien spécifique — au sein d’une année qui aura été mondialement chamboulée.


Des jeunes premières et premiers, des vétérans, des poids lourds, et un cortège de prix attendus, qui viendront consacrer les uns et les autres : voilà le programme. Et bien entendu, le roman d'Amélie Nothomb sans qui la rentrée ne serait pas la même. 

Notez bien que nous nous gardons, pour le moment, de donner le nombre de titres qui sortiront : nous avions découvert l’an passé que sur les 524 annoncés, 43 intrus s’étaient glissés.

Covid oblige, pas de présentation aux libraires, la plupart des maisons sont passées par des conférences en ligne — en direct et en différé. De quoi présenter les titres de (presque) chacun, avec un peu moins d’ambiance, certes, mais tout aussi ( ou presque) efficacement.

La rédaction a fait ses choix, nous aurons le plaisir de vous les exposer au fil des semaines dans nos critiques — et plusieurs ouvrages ont d’ores et déjà fait l’objet d’avant-parution, avec des extraits inédits. 

Et force est de constater que l’on a vraiment de petits bijoux à vous faire découvrir. D'ailleurs, cette rentrée pourrait s'accompagner de quelques surprises que nous vous réservons – entre podcast et partenariats. Si, si...


photo : ActuaLitté, CC BY SA 2.0


 

N’en fais pas une affaire personnelle, mais brise tout de même l'omerta

ROMAN FRANCOPHONE - Non, ne mentez pas. Comme moi, vous avez un jour craqué pour cette nouvelle crème antirides hors-de-prix, séduite par la promesse de jeunesse éternelle, symbolisée par cette gamine de 24 ans et demi qui doit certainement se nourrir exclusivement de graines, de seitan et d’eau au concombre. Quel talent ces publicitaires. Quelle imagination. Quelle créativité. Mais surtout, combien d’heures passées à trouver la phrase choc, l’image qui claque, la lumière idéale, le tout juste assez sans en faire trop. Combien de propals, de briefs et de debriefs,...

Première sélection du Prix Wepler-Fondation La Poste

Le jury du Prix Wepler Fondation La Poste s'est réuni pour établir la sélection 2020 du Prix qui sera remis le 2 novembre. Pour cette 23e édition, le Prix récidive en pérennisant ce qui l'a différencié de bien d’autres : le renouvellement intégral du jury, sa mixité de lecteurs et de professionnels, son indépendance, son engagement et son exigence visionnaire qui explore sans limite aucune les territoires de la création romanesque, en prenant le risque d’une langue neuve.   La sélection 2020 est donc la suivante :  Lise Charles, La Demoiselle à cœur ouvert,...

Tom Connan, Radical : et basculer vers le chaos

ROMAN FRANCOPHONE - Radical, c’est le moindre adjectif pour qualifier le roman éponyme de Tom Connan. Le jeune auteur français livre un texte uppercut sur une jeunesse brûlante et aveuglée, tant dans ses engagements politiques qu’amoureux.          Alors que se déploient le mouvement social des Gilets jaunes, le rejet des élites et la montée des communautarismes, Nicolas, étudiant de gauche à Sciences Po Paris, cherche à comprendre cette fracture sociale.   Trop timoré pour s'engager activement, sa rencontre avec Harry, jeune activiste d’extrême droite, va...

Premières sélections des Prix Rive Gauche à Paris

Les Prix Rive Gauche à Paris couronnent une œuvre littéraire écrite en langue française, ainsi qu'une œuvre littéraire traduite en langue française, toutes deux parues depuis janvier de l’année en cours, ainsi qu’une revue littéraire. Pour la 10e édition, les membres du Jury ont établi leurs premières sélections.     Le jury est composé de 15 membres, tous appartenant au milieu littéraire : Stephan Lévy-Kuentz, Brigit Bontour, Julien Cendres, Gilles Bornais, Marie Céhère, Florence Marguerie, Stéphanie Hochet, Sophie Carquain, Marine Baron, Aissatou...

Je suis le fils de Beethoven : un pépin dans la pompompompom ?

ROMAN RANCOPHONE – Y’a-t-il haine plus farouche que celle portée à un père inconnu, dont on serait le bâtard aux yeux d’une société allemande, en cette fin de XVIIIe siècle ? Ludwig van Beethoven ignorait-il que l’amour de sa vie, une servante officiant dans le château de Martonvásár, lui avait donné un fils ? Et s’il ne l’ignorait pas, comment la postérité a-t-elle pu négliger l’existence de cet enfant — un fils !?  Italo Zadouroff, fils illégitime de Rózsa et Ludwig, né d’amours passionnées, permises par la guérison d’une colique dont...

Sélections du 8e Prix La voix des blogs, littérature Ado et Junior

Les sélections de la huitième édition du Prix La Voix des Blogs viennent d’arriver. Ils seront remis par des blogueurs et des blogueuses en littérature jeunesse et ado au Salon du livre et de la presse jeunesse de Montreuil. Deux catégories sont mises en avant, Littérature ado et Littérature junior.   Une Mention des lecteurs et lectrices est également remise par les internautes dans chaque catégorie, choisie parmi les livres de la sélection initiale. Chaque sélection est composée de huit romans. En tout seize romans dont le jury du prix revendique l’exigence,...

7 livres sélectionnés pour le Prix de la littérature arabe 2020

Créé en 2013, le Prix de la littérature arabe est la seule récompense française distinguant la création littéraire arabe. Ce prix (doté de 10.000 €) promeut l’œuvre (roman ou recueil de nouvelles) d’un écrivain ressortissant de la Ligue arabe et auteur d’un ouvrage écrit ou traduit en français et publié entre le 1er septembre 2019 et le 31 août 2020.  La sélection 2020 est la suivante : Mauvaises herbes de Dima Abdallah (Liban), Sabine Wespieser Les Jango (traduit de l'arabe par Xavier Luffin) d'Abdelaziz Baraka Sakin (Soudan), Zulma La langue...

Black Manoo : Paris devient l'enfer de Dante, Gauz en guide touristique

ROMAN FRANCOPHONE – Paris est une bête immonde, où logent temporairement tous types de créatures. Certaines, mieux loties que d’autres, voient cette transhumance avec dédain, logée à belle enseigne. Celles qui restent, voire arrivent en catimini, plongent dans les entrailles. Le monde se divise ainsi en deux catégories : ceux qui ont des papiers, et ceux qui en voudraient. Peut-être.   Black Manoo n’a rien d’un reportage en zone de guerre, et pourtant tout le roman parle d’affrontements. Que ce soit Abidjan, Paris, ou dans une tierce partie du monde où rugissent...