Rentrée littéraire 2018 : les fashion weeks du libraire

La rédaction - 11.10.2019


Des auteurs paniqués, des éditeurs mondains, des libraires déjà épuisés, des distributeurs satisfaits – les seuls actuellement... –, des représentants (peut-être) en vacances, des transporteurs en retard, un ministère avec le Culture entre deux chaises, des lecteurs perdus, des blogueurs survoltés, des Instragrameurs pour lesquels nous n’avons pas trouvé de rime, des journalistes éreintés... 
 

Et au milieu, notre rédaction heureuse, souriante et accomplie. Vous avez tout de même de la chance de nous lire.


 

Tout ce joyeux maelstrom a un nom : la rentrée littéraire. Une aberration que l’industrie du livre à travers le monde envie à notre hexagonale France [NdlR : Mais euh ! Pourquoi ?].

Comme tout le monde vous a déjà dit qu’il y avait 567 titres à venir sur cette période de deux mois et demi grosso modo, soit une quantité indigeste de 9,783333333 livres – n’imaginez pas qu’on les a tous lus ! – à engloutir quotidiennement : nous ne le répéterons pas.

 

Ah, tiens, si.

 

Nous ne vous dirons pas lesquels sont les meilleurs, lesquels se vendront le mieux, lesquels auront tel prix, lesquels passeront à la télé, lesquels nous ont fait rire tant ils étaient mauvais. Nous avons rencontré des éditeurs, leurs auteurs, des libraires, des attachées de presse qu’on avait oubliées un peu plus haut — qu’elzéhils soient bénis, pour leur patience, leur dévouement et leur abnégation.

 

Et puis... Et puis nous avons plongé. Tête baissée. Sans filet. On a lu, Lu, LU, jusqu’à plus soif, plus faim, plus dormir, plus parler, prostrés à plus savoir écrire. 

 

Pour au final ne vous parler dans ce dossier, que de ces livres qui nous ont intrigués, étonnés, esbaudis, émus, sidérés. Et parfois, peut-être, éventuellement, quand on en aura le temps, des autres. 

Mais c’est pas sûr. 

 

Car comme dirait Bartleby : « Je préférerais ne pas. » 

 

Bonne rentrée.


crédit illustration : ActuaLitté, CC BY SA 2.0


 

À vos télécommandes, Guilaume Sire refait les programmes

ROMAN FRANCOPHONE - Si toute réalité est bonne à écrire, elle se révèle parfois dure à lire. Avec Réelle, Guillaume Sire signe une fable démoralisante de modernité. Dédié à cette génération terrorisée par le silence et la solitude, bercée par le PING des notifications, biberonnée au télé-crochet, ce roman fait le récit incisif d’une société qui déraille. Comme un nouvel épisode de Black Mirror, le titre saura vous happer tout en vous rebutant de véracité.   À l’heure où les stars et idoles d’hier se meurent, la relève ne saurait être...

Une étrange et douce lueur de malveillance

ROMAN ETRANGER - La mort qui frappe un peu partout dans un roman aux allures policières trompeuses. Dan Chaon joue avec ses personnages, les formes, les genres, les codes les plus ancrés de l'écriture et bien sûr avec le lecteur et ses convictions. Tout cela teinté sans aucun doute d'Une douce lueur de malveillance. Pique au vif et fait chauffer les neurones.   D'emblée, l'on a le sentiment de plonger dans un roman policier. L'on saute d'un personnage à l'autre, Dustin, Kate, Jill, Aquil, Aaron Rabbit et Dennis. Un psychologue, sa famille. Traditionnel. Mais un patient...

Jean-Louis Comolli, Prix François Mauriac 2018

L'écrivain Jean-Louis Comolli a été désigné lauréat du Prix François Mauriac pour l'année 2018, pour son livre Une terrasse en Algérie, publié par les éditions Verdier. Le prix lui sera remis le vendredi 5 octobre à Malagar, par Alain Rousset, président de la région Nouvelle-Aquitaine, et Jean-Noël Jeanneney, président du jury.   Le jury du Prix François Mauriac retient l’ouvrage d’un écrivain de langue française dont la teneur, quel que soit le genre (roman, théâtre, poésie, essai, journalisme), manifeste un engagement de l’auteur dans son...

Le 6e Prix des lecteurs de l'Escale du livre : sélection

Cette année encore, pour sa 6e édition, le Prix des Lecteurs - Escale du livre 2019 invite les lecteurs des bibliothèques de Bordeaux Métropole et du département à découvrir la vitalité de la littérature française contemporaine. 21 établissements de lecture publique de Bordeaux et sa métropole participent à ce grand événement littéraire... Estelle Sarah-Bulle au Livre sur la Place 2018 (ActuaLitté, CC BY SA 2.0)   Les cinq romans sélectionnés sont les suivants :   Là où les chiens aboient par la queue, Estelle-Sarah Bulle (Liana Levi) Frère...

Gunnar Staalesen et Varg Veum : le diable a encore frappé

POLAR ÉTRANGER – Cambriolage dans une bijouterie, totalement bidonné, mais particulièrement violent. Varg Veum, détective privé de Bergen (capitale du comté de Hordaland, en Norvège), mène l'enquête. Entre la disparition d'un enfant, survenue voilà 25 ans, et ce crime, un lien ?   Varg Veum c'est du polar nordique pur sucre dont avait été tirée une série. Le mec est dépressif et fait tout le temps la gueule. Voilà d'ailleurs trois ans qu'il a perdu sa petite amie, Karin (voir son précédent roman) — ce qui explique la spirale autodestructrice dans...

Frère d’âme : le chant tragique du conte guerrier

ROMAN FRANCOPHONE - C’est la voix du tirailleur sénégalais Alfa Ndiaye qui se fait entendre, à la manière d’un griot, dès l’ouverture de Frère d'âme publié lors de cette rentrée littéraire 2018 par David Diop. Une voix de conteur africain, aux formules répétitives, presque incantatrices, souvent poétiques. Un récit qui s’enracine dans l’expérience traumatisante de l’agonie et de la mort au front, près des tranchées de Mademba Diop, ce tout jeune homme qui était plus qu’un frère pour Alfa Ndiaye.     Le ventre déchiré par un coup de...

L'humeur de Chereau : romans à clefs, pour serrures de chasteté

Les romans à clefs ont fleuri durant cette rentrée littéraire. Des secrets à demi-mot dévoilés, des vérités qui éclaboussent – à condition de comprendre et savoir lire entre les lignes. Fort heureusement, pour cela, il y a des journalistes qui décryptent pour les lecteurs.   Maître Chereau a été initié aux arcanes les plus mystérieux de la cryptologie. Dans ses BD, il a révélé les trames oubliées du sourire de la Joconde. Pour qui a su déchiffrer, il a également fourni la recette alchimique qui change le plomb en or.   Il a même donné les...

Huit romans retenus pour le 6e Prix littéraire du Parisien Week-end

Le supplément Parisien Week-End vient de produire sa sélection pour la 6e édition de son prix littéraire. Présidée par Laurent Seksik, cette récompense retient pour l’instant huit ouvrages avec une thématique commune : retracer la vie de personnalités majeures.     Au menu, Ava Gardner et Alain Delon, l'auteure italienne Elsa Morante, la dirigeante indienne Indra Gandhi, le peintre le Tintoret. « Avec ce prix unique en son genre, Le Parisien Week-end, amoureux des livres et des grands destins, veut récompenser les écrivains qui savent sublimer la réalité....